12 08, 2020

Orthokératologie chez l’adulte

2020-08-03T15:43:01+02:00

Et si, grâce au port de lentilles nocturnes, il était possible d’avoir une vision nette tout au long de la journée malgré une myopie ? Telle est la promesse formulée par l’orthokératologie pour adulte. Quel est le principe de cette technique de correction ? Qui peut bénéficier de ce traitement ? Indications, efficacité, limites… découvrez tous ce qu’il faut savoir sur l’orthokératologie pour adulte.

 

Qu’est-ce que l’orthokératologie ?

Pour corriger la myopie, plusieurs solutions sont possibles. Tout d’abord, le patient peut choisir entre le port de lentilles de contact ou le port de lunettes de vue, en fonction de ses préférences en terme d’esthétisme et de confort. Aussi, pour corriger son trouble de la vision de manière permanente, le patient peut recourir à une chirurgie réfractive, s’il remplit tous les critères. Enfin, une autre méthode permet de corriger la vue pendant son sommeil : l’orthokératologie.

L’orthokératologie est une technique réversible et non invasive où le port nocturne de lentilles rigides est utilisé pour compenser un défaut optique et obtenir une vision nette et sans correction la journée. Cette méthode permet d’induire une correction temporaire de la myopie, dont la durée couvre la journée suivante. La lentille possède un rayon de courbure calculé pour écraser le centre la cornée, afin de provoquer un remaniement de l’épithélium cornéen. Pour les myopies de 3 dioptries, il faudra attendre un délai de 2 semaines jusqu’à ce que le patient puisse voir tout au long de la journée sans ajout de correction.

 

Pour qui l’orthokératologie est-elle indiquée ?

L’orthokératologie peut être indiquée aux enfants à partir de 5 ou 6 ans pour ralentir le développement de la myopie et jusqu’à l’âge de 50 ou 60 ans chez l’adulte pour corriger la myopie en modifiant les courbures cornéennes par le port de lentilles rigides la nuit.

Les sportifs et les personnes travaillant dans un environnement où il est difficile de porter lunettes ou lentilles peuvent prétendre à l’orthokératologie pour adulte. Toutefois, le patient doit remplir certains critères pour bénéficier du traitement d’orthokératologie pour adulte :

  • Le patient ne doit pas faire état d’antécédents pathologiques ;
  • Le patient doit accepter de suivre un protocole de pose, de retrait et d’entretien des lentilles nocturnes ;
  • Le patient doit compléter plus de 6 heures de sommeil quotidiennement ;
  • Le diamètre pupillaire du patient ne doit pas être trop important ;
  • Le patient ne doit pas avoir d’allergies sévères.

Les lentilles de nuit sont des dispositifs médicaux devant faire l’objet d’une prescription médicale et d’un suivi régulier. Avant de commencer l’adaptation, le patient devra se conformer à une série d’examens réalisés chez un ophtalmologiste expérimenté et qualifié. Parmi eux, la topographie cornéenne sera nécessaire afin d’obtenir certaines  propriétés géométriques de la surface cornéenne comme sa courbure, son épaisseur ou encore son relief. Les lentilles nocturnes sont réalisées à partir des résultats du topographe cornéen. L’examen de la topographie cornéenne est à effectuer à chaque visite de contrôle afin de surveiller les changements cornéens.

 

Quelles sont les contre-indications à l’orthokératologie pour adulte ?

L’orthokératologie est contre-indiquée aux patients atteints de pathologies touchant la surface de la cornée telles que les dystrophies cornéennes et le kératocône. En cas d’insuffisance lacrymale, les lentilles de nuit peuvent être tentées mais le confort ne peut être assuré.

 

Quelles sont les limites de l’orthokératologie ?

Globalement, les résultats attendus sont ceux d’une vision nette et stable pendant près de 16 heures. Cependant, la correction par orthokératologie peut être problématique en vision nocturne, soit 16 heures après le port des lentilles rigides la nuit précédente. L’effet de l’orthokératologie est limité aux myopies faibles, de moins de 3 dioptries. Aussi, elle ne corrige pas, ou de manière imprédictible l’astigmatisme.

Dès lors que le traitement est arrêté la cornée reprend sa forme initiale au bout de 24 à 48 heures et la vision se dégrade. Il est donc nécessaire de porter ses lentilles nocturnes chaque nuit afin de garder une bonne qualité de vision. Le port de lentilles nocturnes à des fins de remodelage superficiel de la cornée nécessite une hygiène irréprochable ainsi que des cycles du sommeil régulier.

Bien qu’elles ne soient pas gênantes, les lentilles nocturnes peuvent toutefois se déplacer et perturber la vision du lendemain. Aussi, les lentilles nocturnes peuvent induire des halos nocturnes chez les personnes à larges pupilles.

Comme pour la plupart des lentilles de contact, le risque premier des lentilles nocturnes réside dans leur potentiel infectieux. Ces infections sont principalement dues à une utilisation et à un entretien inadaptés des lentilles.

 

L’orthokératologie est-elle une alternative à la chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive (LASIK ou PKR) consiste à remodeler la cornée de manière définitive à l’aide d’un laser. Réalisée sous anesthésie locale, l’opération des yeux au laser peut traiter les différents troubles de la vision tels que la myopie, l’hypermétropie, la presbytie et l’astigmatisme.

Présenter l’orthokératologie comme une réelle alternative à la chirurgie réfractive est source de nombreux débats. Tout d’abord, de part ces risques d’infections et ses contraintes, le traitement par orthokératologie pour adulte peut accumuler un certain nombre de désavantages par rapport à la chirurgie réfractive. Parmi eux, la possibilité de développer un kératocône. Le kératocône correspond à une déformation de la cornée qui s’amincit progressivement et perd sa forme sphérique pour adopter une forme de cône irrégulier. Dans de nombreux cas de kératocônes, les frottements oculaires répétés de la cornée sont l’un des facteurs majeurs du développement de la pathologie. Les lentilles nocturnes peuvent être une source de stress mécanique chronique des cornées et exercer une action déformante du dôme cornéen.

L’orthokératologie ne représente pas réellement une technique avantageuse pour la plupart des myopes, notamment pour les myopies supérieures à 3 dioptries qui ne peuvent pas bénéficier du traitement. Cette méthode peut être intéressante pour les myopies non stabilisées de l’adolescent et du jeune adulte et pour ralentir le développement de la myopie faible chez les jeunes sujets. Le port de lunettes de vue, de lentilles souples et la chirurgie réfractive demeurent à ce jour les trois méthodes de correction les plus sûres et les plus efficaces.

 

Orthokératologie chez l’adulte2020-08-03T15:43:01+02:00
10 08, 2020

Comment prendre soin de ses yeux au quotidien ?

2020-08-03T15:39:54+02:00

En permanence sollicitée, les yeux ont besoin d’une attention particulière pour rester en bonne santé. Pollution, chauffage, climatisation, soleil, écrans d’ordinateur ou encore lentilles de contact, vos yeux subissent de nombreuses agressions, que vous ayez des troubles de la vision ou non. Découvrez comment prendre soin de vos yeux pour les garder en bonne santé durablement.

 

 Quels sont les bons réflexes pour prendre soin de ses yeux au quotidien ?

Prendre soin de ses yeux permet de préserver une bonne vision le plus longtemps possible. Loin d’être contraignant, garder ses yeux en bonne santé passe par l’adoption de gestes simples :

  • Retirer ses lentilles de contact tous les soirs : il est conseillé de retirer ses lentilles de contact après 12 heures d’utilisation. Avant de les manipuler, pensez à bien laver vos mains afin d’éviter tout risque d’infection. Aussi, dans la mesure du possible, remplacez vos lentilles de contact par des lunettes de vue un à deux jours par semaine. Bien sûr, n’oubliez pas que les lentilles de contact journalières ne doivent pas être remises le lendemain.
  • Bien se démaquiller avant le coucher : particulièrement irritant, le maquillage doit impérativement être retiré avant le coucher. Si vous avez les yeux sensibles, privilégiez le mascara hypoallergénique.
  • Adapter son alimentation : pour prendre soin de ses yeux, le contenu de l’assiette est important. Les aliments riches en oméga-3, en zinc et en luthéine sont essentiels à la bonne santé de vos yeux. Un régime alimentaire sain et équilibré vous aidera à prévenir l’apparition de pathologies oculaires telles que la cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l’âge.
  • Lutter contre la sécheresse oculaire : confrontés aux écrans, à la climatisation, au chauffage, aux poussières, au vent et à la pollution, les yeux peuvent être victimes de sécheresse. Si la sécheresse est légère, l’instillation de sérum physiologique peut aider à retrouver un certain confort. En cas de sécheresse prolongée, il est recommandé de consulter un ophtalmologue afin d’obtenir une prescription de larmes artificielles associées à un gel lubrifiant si nécessaire.

 

Pourquoi il ne faut pas frotter ses yeux ?

Le frottement oculaire est connu pour être l’un des facteurs majeurs de développement du kératocône. Le kératocône est une maladie oculaire progressive qui est caractérisée par une cornée qui adapte une forme de dôme, s’amincit et se gonfle pour former un cône.

Aussi, toucher ses yeux reste le moyen le plus facile d’introduire une bactérie pathogène et de contracter une infection. Pour soulager les démangeaisons, la solution la plus efficace reste l’instillation de sérum physiologique. Des gouttes antihistaminiques pourront vous être prescrites par votre ophtalmologiste dans le cas où des allergies seraient à l’origine de vos démangeaisons oculaires.

 

Comment protéger ses yeux du soleil ?

Quotidiennement en contact avec les rayons UV, les yeux accumulent des dommages irréversibles s’ils ne sont pas bien protégés. En effet, l’exposition prolongée aux rayons ultraviolets sans protection adaptée peut entrainer des dommages permanents et augmenter vos chances de développer la cataracte ou la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Dès le plus jeune âge, porter des lunettes de soleil est un geste indispensable pour prendre soin de ses yeux. Idéalement, il est conseillé d’acheter ses lunettes de soleil chez un opticien. Les lunettes de soleil doivent comporter la mention CE et être capable de bloquer 100 % des rayons UVB et UVA. Aussi, la paire doit être adaptée au niveau d’ensoleillement auquel vos yeux sont confrontés.

 

Qu’en est-il des lumières bleues ?

La lumière bleue est émise naturellement par les rayons du soleil, mais aussi artificiellement par des sources lumineuses telles que les écrans numériques. La télévision, l’ordinateur, le téléphone ou encore la tablette sont autant de sources de lumières bleues qui agressent vos yeux. Une exposition prolongée au rayonnement des lumières bleues artificielles peut engendrer une fatigue visuelle accrue ainsi que des lésions photochimiques de la rétine.

Pour prendre soin de vos yeux au quotidien, il est recommandé d’équiper vos écrans et vos lunettes de vue de filtres anti lumières bleues et d’éloigner votre regard des écrans le plus souvent possible.

 

Quand consulter un ophtalmologue ?

Pour prendre soin de ses yeux, consulter un ophtalmologiste régulièrement est essentiel. L’ophtalmologiste est le seul professionnel de la santé pouvant dépister une pathologie oculaire et délivrer de précieux conseils pour garder vos yeux en bonne santé. Qu’il soit nécessaire de corriger votre vue ou non, pensez à prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste au moins une fois tous les deux ans. À partir de 60 ans, il est recommandé de prendre rendez-vous tous les ans afin de prévenir le développement d’une cataracte ou d’un glaucome. À noter que le risque de développer un glaucome augmente significativement après 70 ans.

Comment prendre soin de ses yeux au quotidien ?2020-08-03T15:39:54+02:00
7 08, 2020

Est-ce que tous les patients ont des halos lumineux suite à une chirurgie réfractive ?

2020-08-03T15:36:24+02:00

Rapportés après une chirurgie réfractive par LASIK notamment, les halos lumineux peuvent être un effet indésirable de l’intervention. Généralement, ce phénomène est transitoire et ne concerne qu’une petite partie des patients ayant eu recours à une chirurgie réfractive. Dans quelles circonstances les halos lumineux apparaissent-ils ? Quels sont les facteurs aggravants ? Quel est le lien entre le LASIK et les halos lumineux ?

 

Qu’est-ce que les halos lumineux ?

Les halos lumineux correspondent à des auréoles plus ou moins étendues autour de lumières telles que les phares de voitures ou les éclairages citadins. Dans la majeure partie des cas, ces halos lumineux sont perçus à la tombée du jour, dans une pièce peu éclairée ou encore sur la route la nuit.

En vision nocturne, lorsque la luminosité est faible, la pupille irienne se dilate de manière spontanée afin de permettre l’entrée de la lumière et d’augmenter les capacités de vision. Dans cette situation, la pupille se dilate et les rayons lumineux qui traversent la pupille en périphérie sont moins bien réfractés. Résultat : ils contribuent à l’augmentation du taux d’aberrations optiques ainsi qu’à la dégradation de la qualité de l’image rapportée à la rétine.

La perception des halos lumineux peut également être influencée par la haute dynamique des scènes visuelles. Au quotidien, les scènes visuelles à haute dynamique sont celles où les lumières vives contrastent sur un environnement plus sombre. Il peut notamment s’agir des phares de voitures, des lampadaires ou des néons.

 

Chirurgie réfractive par LASIK : quelles sont les causes des halos lumineux ?

Les halos lumineux peuvent être la conséquence de deux anomalies optiques. Tout d’abord, il peut s’agir d’une réduction de la transparence des milieux oculaires. L’œdème de cornée et la cataracte sont notamment deux pathologies pouvant induire la présence d’halos lumineux. L’augmentation des aberrations optiques, en particulier des aberrations sphériques, constitue la seconde une cause d’halos lumineux.

Après une chirurgie cornéenne par LASIK, des halos lumineux peuvent apparaître. Cependant, ils ne touchent pas tous les patients. Il existe des facteurs de risques de halo lumineux après une chirurgie réfractive :

  • Le degré de correction : les halos lumineux sont plus fréquents au-delà de 5 dioptries de correction. Ce phénomène s’explique par le raccord entre la zone centrale traitée et la zone périphérique qui n’engendre pas d’augmentation majeure de la courbure de la cornée. La chirurgie réfractive de la myopie (LASIK ou PKR) augmente le taux d’aberrations sphériques positives. De ce fait, le risque de halos est important, notamment si le défaut visuel initiale du patient est prononcé. À contrario, la chirurgie cornéenne de l’hypermétropie peut augmenter le taux d’aberrations sphériques négatives, tout comme la présence d’une cataracte nucléaire.
  • Le type de correction : pour réduire le risque de halos lumineux nocturnes, des traitements asphériques, optimisés ou guidés par le front d’onde ont été mis au point. L’évolution des plateformes de traitement permettent actuellement de préserver le profil asphérique de la cornée et de délivrer le traitement laser sur de plus larges zones optiques qu’auparavant.
  • Le diamètre de la pupille : dans le cas où la pupille est plus large que le diamètre de la zone optique, il existe en théorie un risque accru de halos lumineux après une chirurgie réfractive. Lorsque la courbure de la cornée augmente de manière rapide entre la périphérie de la zone optique et la zone non traitée après une opération de la myopie au laser, l’apparition de symptômes visuels gênants tels que les halos lumineux peuvent apparaître au moment où la pupille se dilate. Cependant, avec les techniques de photoablation utilisées pour le LASIK moderne et les zones optiques supérieures ou égales à 6 mm, les différentes études n’ont pas montré de corrélations entre le risque de halos et le diamètre de la pupille en condition de faible éclairage.

De manière générale, les halos lumineux après une opération des yeux au laser sont temporaires et s’atténuent 1 à 3 mois après l’intervention. S’ils font état d’aberrations optiques, il pourra être nécessaire de planifier une autre intervention afin de soulager le patient.

 

Comment sont diagnostiqués les halos lumineux ?

Afin d’établir un diagnostic lié à l’apparition de halos lumineux, un examen aberrométrique sera nécessaire. L’examen par aberrométrie permet de caractériser l’origine optique des halos lumineux. Cet examen est par ailleurs indiqué toutes les fois on l’on cherche à déterminer la cause d’une réduction de la qualité optique de l’œil, qu’elle soit due à un dédoublement des images, aux halos lumineux autour des sources de lumière vive ou à l’absence de contrastes. Avant l’opération des yeux au laser, l’examen de la qualité optique de l’œil et du diamètre de la pupille par l’intermédiaire de l’aberromètre fera partie du bilan préopératoire, indispensable avant l’intervention.

 

Est-ce que tous les patients ont des halos lumineux suite à une chirurgie réfractive ?2020-08-03T15:36:24+02:00
5 08, 2020

Pourquoi la pupille se dilate dans le noir ?

2020-07-21T11:41:59+02:00

La pupille joue un rôle majeur dans les capacités de vision des individus. La nuit, la pénombre est une des causes de la dilatation des pupilles. Cette variation du diamètre de la pupille est un mécanisme naturel que l’œil réalise afin de laisser la lumière pénétrer. Quelles sont les autres causes de la dilatation des pupilles ? Découvrez tout ce qu’il est important de savoir sur le fonctionnement de la pupille.

 

Qu’est-ce que la pupille ?

La pupille fait référence à l’orifice circulaire noir situé au centre de l’iris, localisé entre le cristallin, à l’arrière, et la cornée, à l’avant. Elle joue un rôle essentiel dans la vision, notamment dans la vision nocturne.

Diaphragme optique naturel, la pupille humaine est positionnée avec un décalage de 0,5 mm vis-à-vis de l’axe optique. Le diamètre de la pupille peut varier selon plusieurs facteurs, dont celui de l’intensité lumineuse. Lorsque la pupille rétrécie, on parle de myosis. À l’inverse, la mydriase correspond à la dilatation de la pupille.

 

Pupille dilatée dans le noir : comment expliquer le phénomène ?

La dilatation des pupilles s’effectue sous l’effet de deux muscles : le sphincter pupillaire qui diminue le diamètre de la pupille et la dilatateur pupillaire qui augmente le diamètre de la pupille.

Le mécanisme de pupille dilaté se traduit par un agrandissement du diamètre de la pupille. Dans un environnement lumineux, la taille normale des pupilles varie de 2,0 à 4,0 millimètres (mm). Cependant, dans le noir, la pupille se dilate pour atteindre de 4,0 à 8,0 millimètres. Ce phénomène s’explique par la nécessité de la pupille à s’agrandir afin de permettre à toute la lumière disponible d’y entrer. À contrario, lorsque la luminosité est trop importante, la pupille se referme pour contrôler le flux de lumière réfracté par la cornée à destination de la rétine. Une latence d’environs 0.2 à 0.5 secondes avant que le diamètre de la pupille ne se réduise sous l’effet de l’illumination est observable.

Avec l’âge, la réactivité pupillaire tend à diminuer. Alors que la pupille peut se dilater jusqu’à 8 millimètres à l’adolescence, chez les individus octogénaires le diamètre pupillaire n’excède généralement pas les 5 millimètres. Ce phénomène est qualifié de « myosis sénile ».

 

Pupille dilatée : quelles sont les autres causes ?

La pénombre n’est pas le seul facteur ayant pour effet de dilater les pupilles. La pupille dilatée peut aussi être observée lorsque la luminosité ne change pas. Un grand nombre de causes peuvent impacter la dilatation pupillaire :

  • L’émotion : différentes émotions peuvent être à l’origine de la pupille dilatée. Plusieurs études ont notamment démontré un lien entre la dilation des pupilles et l’attirance sexuelle.
  • La prise de médicaments : certains médicaments, sur ordonnance ou en vente libre, peuvent provoquer une dilatation des pupilles. C’est le cas notamment des antidépresseurs, des antihistaminiques, des médicaments contre l’épilepsie et les nausées ou encore des médicaments contre la maladie de Parkinson. Aussi, médicaments comme les collyres mydriatiques ou l’atropine peuvent être instillés par l’ophtalmologiste pour obtenir une pupille dilatée et mieux observer le fond de l’œil.
  • La consommation d’alcool et de drogues à usage récréatif : consommés ensemble ou séparément, l’alcool et les drogues, comme la cocaïne, le cannabis, les amphétamines ou encore le LSD, peuvent réduire la capacité de la pupille à rétrécir son diamètre après une exposition à une source lumineuse vive.
  • Un problème cérébral important : il peut s’agir d’un traumatisme crânien, d’un accident vasculaire cérébral ou encore d’une tumeur cérébrale. Ces lésions cérébrales ont une incidence sur la capacité des pupilles à se contracter face à la lumière. Les deux yeux ou un seul œil peuvent être impactés. La dilatation pupillaire est notamment contrôlée après un choc à l’aide d’une lampe de poche afin de dépister un éventuel traumatisme crânien. La pupille dilatée peut aussi être un symptôme de l’AVC. Si la dilatation pupillaire vous paraît anormale et soudaine, il est vivement conseillé de faire appel à un médecin.

 

Qu’est-ce que la pupille d’Adie ?

La pupille tonique de l’Adie est un trouble neurologique rare. Cette pathologie se caractérise par une pupille anormalement dilatée qui se contracte plus lentement à la lumière que l’autre, voire qui ne se contracte pas du tout. La pupille tonique s’observe le plus souvent chez les femmes jeunes. Son origine est encore méconnue. Cependant, elle peut être associée dans certains cas à un traumatisme, à une mauvaise circulation sanguine, à une infection ou à une chirurgie.

Pourquoi la pupille se dilate dans le noir ?2020-07-21T11:41:59+02:00
3 08, 2020

La couleur des yeux a-t-elle un impact sur la sensibilité à la lumière ?

2020-07-21T11:42:04+02:00

La couleur des yeux a-t-elle un impact sur leur sensibilité à la lumière ? C’est ce qu’affirme une croyance tenace selon laquelle la sensibilité à lumière est plus accrue chez les personnes aux yeux bleus. Est-ce que les yeux clairs sont plus sensibles à la lumière que les yeux marron ? La sensibilité à la lumière est-elle plus importante chez les individus aux yeux bleus ? Découvrez si le mythe est une réalité.

 

Les yeux clairs sont-ils plus sensibles ?

Contrairement aux idées reçues, les yeux clairs ne sont pas plus sensibles à la lumière que les yeux foncés. La sensibilité à la lumière des yeux bleus est une croyance répandue qui est cependant fausse. Les yeux bleus, et de manière générale les yeux clairs ne sont pas plus sensibles à la lumière que les yeux foncés.

La couleur des yeux varie en fonction de la concentration en mélanine dans la première couche superficielle de l’iris. La densité en cellules mélanocytaires ainsi que la densité des pigments contenus par les cellules mélanocytaires déterminent la couleur de l’iris. Plus l’iris contient de cellules mélanocytaires denses en pigments, plus il aura une couleur foncée.

La seconde couche de l’iris est parfaitement pigmentée de façon homogène chez tous les individus. C’est elle qui assure la protection des yeux, quelle que soit leur couleur. C’est pourquoi la couleur des yeux déterminée par la couche superficielle de l’iris n’a aucune incidence sur leur sensibilité à la lumière.

Toutefois, une dépigmentation dans le cas d’un albinisme sévère a bel et bien une incidence sur la sensibilité des yeux à la lumière. L’albinisme est une maladie génétique causée par l’absence ou le déficit d’une enzyme impliquée dans la production des pigments de mélanine. Dans la majeure partie des cas, l’albinisme engendre une forte sensibilité à la lumière.

 

Pourquoi vos yeux sont-ils sensibles à la lumière ?

La sensibilité des yeux bleus, verts, marron ou noirs peut se faire ressentir lorsque la lumière du soleil est trop vive, face aux reflets de l’eau et de la neige, ou encore en sortant d’une pièce plongée dans le noir comme une salle de cinéma.

Cependant, il existe plusieurs degrés de sensibilité des yeux à la lumière. En cas d’intolérance accrue à la lumière, on parle de photophobie. Elle se traduit par le besoin de fermer les yeux, l’apparition de maux de tête, d’importantes douleurs oculaires face à la lumière et des rougeurs oculaires.

Cette forte sensibilité des yeux à la lumière n’a aucun lien avec leur couleur. Elle peut être provoquée par plusieurs causes :

  • Une migraine ;
  • Une abrasion cornéenne ;
  • Une conjonctivite ;
  • Un glaucome ;
  • Une uvéite aigüe ;
  • Un ulcère cornéen.

Pour comprendre les causes de votre sensibilité à la lumière, il est recommandé de prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste afin de réaliser un bilan complet de la santé de vos yeux.

 

Pourquoi faut-il protéger ses yeux du soleil ?

Quelle que soit la couleur de vos yeux et peu importe votre niveau de sensibilité à la lumière, les protéger du soleil est essentiel. Les rayons UVA et UVB augmentent le risque de développer de nombreuses pathologies telles que la cataracte, la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou encore la kératite.

Chez les enfants, la protection des yeux face aux rayons UV est encore plus essentielle. Chez l’enfant de 0 à 1 an, le cristallin ne réussit à filtrer que 10% des UV. Jusqu’à l’âge de 12 ans, ce taux ne dépasse pas les 60%.

 

Comment protéger ses yeux sensibles à la lumière ?

Pour protéger vos yeux des effets nocifs des rayons UV, le port de lunettes de soleil est indispensable. Les lunettes de soleil permettent notamment de réduire la sensibilité des yeux face à la lumière, mais aussi de les mettre à l’abri des rayons UV.

Pour bien choisir vos lunettes de soleil, veillez à ce qu’elles respectent la réglementation européenne. Le sigle « CE » doit apparaître sur la monture suivi d’un chiffre de 0 à 4 qui indique la catégorie de protection. Pour une bonne protection et un confort optimal, la catégorie 3 est idéale dans les situations de fort ensoleillement.

La couleur des yeux a-t-elle un impact sur la sensibilité à la lumière ?2020-07-21T11:42:04+02:00
1 08, 2020

Quels médicaments pour soigner la cataracte ?

2020-07-21T11:42:20+02:00

La cataracte est une pathologie relativement fréquente. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la cataracte liée à l’âge est la première cause de cécité dans le monde. Existe-t-il un médicament contre la cataracte ? Découvrez comment se soigne la cataracte et comment prévenir efficacement cette pathologie.

 

Qu’est-ce que le cataracte ?

La cataracte se traduit par une opacification du cristallin, partie transparente de l’œil qui se situe derrière la pupille et l’iris. Cette lentille élastique de l’œil permet de focaliser la lumière sur la rétine en modifiant ses courbures lors de l’accommodation. Lorsque le cristallin perd de sa transparence, les rayons lumineux ne parviennent plus correctement à la rétine. L’opacification progressive du cristallin peut se manifester par plusieurs symptômes :

  • Une vision floue, brouillée et voilée ainsi qu’une diminution de l’acuité visuelle ;
  • Une perception des couleurs modifiée et une mauvaise perception des contrastes ;
  • Une vision de nuit diminuée ;
  • Une plus importante sensibilité à la lumière ;
  • Une gêne pour lire et des difficultés à distinguer les reliefs.

 

Comment traiter la cataracte ?

Au début de l’évolution de la cataracte, il est possible d’améliorer la vision en portant des lunettes de vue. À ce jour, aucun médicament contre la cataracte n’a prouvé son efficacité. Le seul traitement possible de la cataracte est la chirurgie. La chirurgie de la cataracte a pour objectif d’extraire le cristallin opacifié et de le remplacer par une lentille artificielle équivalente. L’implant intraoculaire est sélectionné selon la morphologie de l’œil du patient et ses besoins en termes de correction visuelle.

Comment se déroule la chirurgie de la cataracte ?

À défaut d’un médicament pour traiter la cataracte, la seule option thérapeutique consiste à planifier une intervention chirurgicale. L’opération de la cataracte se déroule sous anesthésie locale, dure en moyenne 15 à 30 minutes, et est indolore. Généralement, un seul œil est opéré à la fois.

Le praticien procède à une incision d’environ 2 mm à travers la cornée afin de permettre l’accès à l’enveloppe du cristallin. Puis, une sonde à ultrasons est insérée dans le cristallin par l’incision pour déstructurer le noyau du cristallin sans endommager la capsule. Cette étape nommée « phako-émulsification » précède l’insertion de l’implant intraoculaire. Les implants sont fabriqués dans des matériaux acryliques hydrophiles ou hydrophobes, souples et à mémoire de forme. En plus de traiter la cataracte, les implants permettent aussi de corriger la vue du patient, qu’il soit myope, hypermétrope, astigmate ou presbyte. Le type de lentille inséré dépendra donc des troubles du patient et de ses antécédents. Trois types d’implants peuvent être insérés : les implants monofocaux, les implants bifocaux et les implants toriques.

Opération de la cataracte : quelles suites opératoires ?

Après une chirurgie de la cataracte, la vue s’améliore immédiatement pour la plupart des patients. Généralement, la guérison complète prend un mois. Le praticien pourra prescrire un traitement composé d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques sous forme de collyres à instiller durant plusieurs semaines. Ces collyres ne constituent pas un médicament contre la cataracte. Ils sont un traitement post opératoire afin de prévenir les risques d’infections oculaires.

 

Comment prévenir la cataracte ?

La cataracte est un phénomène naturel causé par le vieillissement du cristallin. Cette pathologie peut également être secondaire à un traumatisme, à une maladie des yeux pré existante, à un traitement médical ou être causé par certaines maladies chroniques. D’autres facteurs peuvent augmenter le risque de développement d’une cataracte : le tabagisme, la consommation élevée et régulière d’alcool ou encore l’exposition aux UVB.

Tout comme pour son traitement, il n’existe aucun médicament pour prévenir la cataracte. En prévention, d’autres mesures peuvent être adoptées :

  • Limiter sa consommation de tabac et d’alcool ;
  • Protéger ses yeux des UVB en portant une monture solaire performante ;
  • Effectuer des bilans sanguins prescrits par votre médecin afin de contrôler régulièrement votre diabète ;
  • Porter des lunettes de protection en cas de manipulation d’objets dangereux ;
  • Faire examiner vos yeux régulièrement par un ophtalmologiste à partir de 40 ans.
Quels médicaments pour soigner la cataracte ?2020-07-21T11:42:20+02:00
30 07, 2020

Déformation cornée : pourquoi se frotter les yeux est mauvais ?

2020-07-21T11:42:32+02:00

Par fatigue ou simplement par réflexe, le frottement oculaire est un geste qui peut paraître anodin. Toutefois, il n’est pas sans conséquence. Découvrez pourquoi le frottement des yeux représente un danger pour votre santé oculaire.

 

Pourquoi le frottement des yeux est-il dangereux pour leur santé ?

Frotter ses yeux lorsqu’ils démangent est un acte qu’il est difficile d’éviter. Fatigue oculaire, exposition aux écrans, allergies ou encore poussière dans l’œil, le frottement oculaire peut être tentant dans de nombreuses situations.

Pourtant résister au frottement des yeux est essentiel afin de préserver la santé de la cornée. Composant oculaire essentiel au fonctionnement de la vision, la cornée représente la partie antérieure, transparente et convexe de la tunique fibreuse de l’œil. Son rôle : faire converger les rayons lumineux afin qu’il se dirigent à travers chambre antérieure de l’œil pour atteindre le cristallin puis la rétine.

La cornée peut être endommagée de plusieurs manières en frottant vos yeux. Tout d’abord, ce geste peut avoir pour conséquence une abrasion de la cornée. Cette égratignure de la cornée peut être causée par des évènements traumatiques notables, mais aussi par le fait de se frotter les yeux en ayant du sable, de la poussière et d’autres petites particules à l’intérieur.

Le frottement oculaire peut aussi être responsable de différentes infections. En contact avec de nombreuses surfaces infectées, les mains ont de fortes chances de contaminer les yeux en transportant des germes. Il est fortement conseillé de ne jamais toucher ses yeux sans avoir correctement lavé ses mains afin de supprimer toutes les traces de bactéries pathogènes et d’éviter les infections, comme la conjonctivite par exemple.

 

Déformation de la cornée : qu’est-ce que le kératocône ?

Le frottement régulier des yeux peut endommager la cornée de façon permanente. La déformation de la cornée peut évoluer en kératocône. Le kératocône est une dystrophie cornéenne caractérisée par une cornée qui adopte une forme de cône. Cette déformation de la cornée survint la plupart du temps à la fin de l’adolescence et engendre des troubles de la vision. Même si ce n’est pas avec le même niveau de sévérité, le kératocône touche généralement les deux yeux.

Cette pathologie oculaire peut avoir plusieurs causes. Elle peut résulter d’une fluctuation hormonale, être due à des prédispositions allergiques ou encore être en lien avec une autre maladie génétique ou ophtalmologique. Facteur de risque non négligeable, le frottement oculaire peut avoir une incidence sur l’apparition d’un kératocône. Réalisés avec les phalanges, les mouvements circulaires ou latéraux avec écrasement des globes oculaires peuvent provoquer la déformation et l’amincissement progressifs de la paroi cornéenne.

La déformation de la cornée peut être à l’origine des troubles de la vision comme la myopie et peut également entraîner une sensibilité accrue à la lumière et une irritation oculaire.

Le kératocône peut se traiter par le port de lentilles de contact ayant pour objectifs de corriger la vision tout en gommant une grande partie des irrégularités de la cornée. Dans les cas les plus sévères ou si l’évolution de la déformation de la cornée se poursuit, le recours à la chirurgie cornéen sera nécessaire. Trois types de chirurgies pourront être conseillées au patient en fonction de l’avancée du kératocône. Il pourra s’agir d’introduire des anneaux intra-cornéens dans l’épaisseur de la cornée, d’un traitement cornéoplastique des kératocônes par modification du collagène cornéen ou d’une greffe de la cornée dans les cas les plus graves.

 

Comment éviter le frottement oculaire ?

Le frottement des yeux est souvent associé aux allergies. En complément des écoulements nasaux et des maux de gorge, les démangeaisons oculaires font partie des symptômes de différentes allergies. Pour soulager ces démangeaisons, les personnes souffrant d’allergies ont tendance à se frotter vigoureusement la cornée. Véritable cercle vicieux, le frottement des yeux pour apaiser les démangeaisons dues aux allergies libère d’importantes quantités d’histamine et d’acide dans l’œil ayant pour effet d’exacerber les picotements. Le moyen le plus efficace de ne pas aggraver l’irritation est de ne surtout pas toucher vos yeux. Prenez rendez-vous avec votre médecin afin qu’il vous prescrive des gouttes antihistaminiques si nécessaire.

Une autre méthode efficace consiste à instiller des gouttes ophtalmiques pour lubrifier les yeux et lutter contre le phénomène de sécheresse oculaire. Vous pouvez également rincer vos yeux à l’eau saline pour les rafraîchir et les apaiser.

Si les démangeaisons deviennent récurrentes, il est fortement conseillé de prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste dans le but de définir la source du trouble et d’obtenir des conseils et un traitement adapté.

 

Déformation cornée : pourquoi se frotter les yeux est mauvais ?2020-07-21T11:42:32+02:00
28 07, 2020

Chirurgie réfractive : remboursement par la mutuelle

2020-07-21T11:42:39+02:00

Intervention chirurgicale largement plébiscitée, l’opération au laser des yeux présente de nombreux avantages. La chirurgie réfractive offre au patient la possibilité de corriger les troubles de la vision sans avoir à porter de lunettes ni de lentilles. Est-elle prise en charge par l’Assurance Maladie ? La chirurgie réfractive peut-elle faire l’objet d’un remboursement par une mutuelle santé ?

 

Combien coûte une chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive est une opération des yeux visant à corriger un ou plusieurs troubles de la vue de manière définitive, sans avoir à porter des lunettes de vue ni de lentilles de contact.

Réalisée sous anesthésie locale en chirurgie ambulatoire, l’intervention peut corriger la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie. Elle consiste à sculpter la cornée pour modifier son rayon de courbure afin d’accroître ou de réduire la puissance optique de l’œil.

Le tarif d’une chirurgie réfractive dépend de plusieurs facteurs :

  • La technique d’intervention utilisée : PKR classique, TransPKR, LASIK ;
  • Le défaut visuel corrigé : la presbytie, l’hypermétropie, astigmatisme ou la myopie.

Le coût de l’intervention varie également selon les frais de dépassements d’honoraires facturés par le chirurgien ophtalmologue et l’équipe opératoire. Une intervention avec la technique LASIK aura un prix plus élevé, compte tenu du matériel de dernière génération employé par le praticien. En moyenne, il faut compter entre 1 500 € et 3 500 € pour le traitement des deux yeux.

 

Quel est le remboursement de la chirurgie réfractive par la Sécurité Sociale ?

Considérée comme une intervention de confort hors nomenclature, une intervention de chirurgie réfractive n’est pas admissible au remboursement par l’Assurance Maladie. Les pathologies spécifiques ne pouvant pas être corrigées par le port de lunettes de vue ou de lentilles de contact sont les seules à pouvoir être prises en charge par la Sécurité Sociale. Par exemple, la chirurgie de la cataracte sera éligible au remboursement par l’Assurance Maladie. Sans mutuelle santé, la totalité du coût de l’opération au laser des yeux devra être réglée par le patient.

La mutuelle santé peut-elle rembourser la chirurgie réfractive ?

Pour planifier une opération de chirurgie réfractive et bénéficier d’un remboursement, il est nécessaire d’opter pour une bonne mutuelle optique et de veiller à bien vérifier les conditions de prise en charge relatives à l’intervention. La prise en charge de l’opération des yeux au laser peut se faire en utilisant une partie du forfait global optique ou être offerte dans le cadre d’un remboursement spécifique.

Chirurgie réfractive et remboursement par la mutuelle : quels sont les points à vérifier ?

D’autres points sur le contrat de la mutuelle de santé sont également à vérifier pour couvrir au mieux les frais relatifs à l’intervention. Dans l’idéal, le forfait proposé par la mutuelle doit couvrir les coûts suivants :

  • Le remboursement des examens lors du bilan préopératoire : une visite pré opératoire est obligatoire afin de déterminer l’éligibilité opératoire, d’évaluer le ou les type(s) de techniques opératoires à privilégier et de détecter d’éventuelles d’une contre-indication à la chirurgie réfractive.
  • La prise en charge des deux yeux la même année : dans la majeure partie des cas, l’opération des yeux au laser s’effectue sur les deux yeux en même temps. C’est pourquoi il est nécessaire de vérifier si la mutuelle rembourse l’opération d’un œil ou de deux par an.
  • Le remboursement à 100% des médicaments post opératoires : le traitement post-opératoire peut comprendre du collyre anesthésiant, des antibiotiques, des anti-inflammatoires ou encore des larmes artificielles.
  • Les frais relatifs à l’opération de vos troubles de la vision : plusieurs mutuelles ne prennent pas en charge tous les types chirurgies réfractives. Par exemple, certains contrats de mutuelle prennent en charge le remboursement de l’opération de la myopie, mais ne prévoient pas le remboursement de la chirurgie de la presbytie.

D’année en année, certaines mutuelles accordent des bonus, ce qui permet d’augmenter significativement le remboursement de l’intervention. Avant de souscrire à un contrat de mutuelle, pensez à effectuer plusieurs devis personnalisés afin de garantir le meilleur remboursement de votre chirurgie réfractive.

Chirurgie réfractive : remboursement par la mutuelle2020-07-21T11:42:39+02:00
26 07, 2020

Quelle est la différence entre les deux techniques (LASIK, PKR) ?

2020-07-21T11:42:47+02:00

Lors d’une intervention pour corriger un trouble de la vision, deux techniques chirurgicales peuvent être proposées par le praticien : la PKR ou le LASIK. Dans quel cas la PKR est-elle préférée au LASIK ? Quelle est la différence entre la PKR et le LASIK ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les deux techniques de chirurgie réfractive.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences de procédure ?

La PKR et le LASIK utilisent le laser excimer pour remodeler le profil de la cornée et en changer son pouvoir optique. La différence majeure entre les deux techniques réside dans la découpe du capot et la préservation de l’épithélium. En effet, dans le cadre d’une chirurgie au LASIK, l’épithélium est préservé. Après avoir dessiné puis soulevé le volet cornéen superficiel avec un laser femtoseconde, le praticien sculpte le tissu stromal à l’aide du laser excimer. Une fois le traitement réalisé, le volet cornéen superficiel est rabattu.

Lors de l’intervention de chirurgie réfractive par PKR, l’épithélium central est ôté. Le praticien pèle délicatement la couche épithéliale avant d’administrer le traitement laser de remodelage.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences post opératoires ?

Les résultats de correction entre les deux techniques sont comparables. Cependant, la période de récupération marque une vraie différence entre la PKR et le LASIK.

Dans le cadre d’une chirurgie par LASIK, une coque transparente est posée à la suite de l’intervention et sera retirée dès le lendemain. En PKR, une lentille pansement, posée également à la fin de l’intervention, doit être maintenue pendant 3 à 5 jours. La récupération visuelle se fait plus lentement en PKR qu’en LASIK. Comptez en moyenne une semaine après une opération de la myopie par PKR et seulement quelques heures avec un LASIK. Cette différence entre la PKR et le LASIK s’explique par la faculté de l’épithélium à se renouveler.

En effet, l’épithélium est capable de se remplacer en quelques jours après avoir été endommagé. Complètement enlevée en PKR, la couche épithéliale nécessite 3 à 4 jours pour retrouver son intégrité. L’épithélium étant préservé avec une chirurgie par technique LASIK, la récupération visuelle est donc immédiate. Le patient pourra reprendre une vie normale dès le lendemain de l’intervention. Avec une PKR, la reprise du travail est possible après 4 à 5 jours  de convalescence.

De manière générale, le traitement post-opératoire se présentera de la même façon. Ce traitement comprend des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant 1 semaine et des collyres lubrifiants à continuer pendant plusieurs semaines.

Bien que la période de récupération soit plus longue, la technique PKR offre toutefois des avantages. En PKR, la totalité de l’épaisseur du stroma est disponible pour recevoir le traitement. De ce fait, la PKR permet notamment de corriger de très fortes myopies.

 

PKR ou LASIK : comment s’effectue le choix ?

Autre différence entre la PKR et le LASIK : les éventuelles contre-indications. En fonction des examens préopératoires, le chirurgien déterminera la meilleure technique pour corriger le ou les défauts visuels. Le traitement par PKR pourra notamment être privilégié dans le cas où le patient présente une fine épaisseur cornéenne. En effet, la chirurgie par traitement LASIK doit respecter une épaisseur résiduelle minimale de la cornée.

Aussi, la PKR sera préférée dans le cas d’une cornée irrégulière et d’antécédents familiaux de kératocône ou d’un kératocône débutant. Les habitudes de vie, les loisirs et l’âge du patient seront également pris en compte.

Quelle est la différence entre les deux techniques (LASIK, PKR) ?2020-07-21T11:42:47+02:00
24 07, 2020

Comment éviter la buée sur les lunettes ?

2020-07-21T11:42:54+02:00

Porter des lunettes de vue est nécessaire afin de corriger un ou plusieurs troubles de la vision. Cependant, lorsque la buée s’invite, le confort visuel n’est plus assuré. Découvrez des solutions simples, mais efficaces afin de ne plus être confronté à la buée sur les lunettes.

 

Comment se forme la buée sur les lunettes ?

La buée se produit lorsque de l’air chaud contenant de l’eau à l’état gazeux entre en contact avec une surface froide. Elle apparaît des suites du phénomène de condensation, à savoir au passage de l’eau à l’état gazeux en eau à l’état liquide.

L’humidité et les écarts de températures ont pour conséquence la formation de buée sur des surfaces telles que les lunettes. Au quotidien, vos lunettes vivent régulièrement des changements de températures. Passer d’un environnement froid à un environnement chaud et humide, comme lorsque l’on entre dans un espace chauffé un plein hiver, suffit à créer une couche de buée sur les lunettes.

Dans la vie courante, les occasions où la buée peut se déposer sur les verres sont nombreuses. Dans la salle de bain en sortant de la douche, dans la cuisine en faisant bouillir de l’eau et en ouvrant le lave-vaisselle ou encore sur le canapé en buvant un chocolat chaud ou un thé. À l’extérieur, à vélo ou en pratiquant la course à pied, la buée peut nuire à votre visibilité et être responsable d’accidents.

 

Comment éviter la buée sur les lunettes au quotidien

Gênante dans la vie courante, la buée peut être dangereuse dans le monde professionnel, notamment pour les personnes manipulant des machines. Par chance, il existe de nombreuses solutions afin d’éviter la buée sur les lunettes :

  • Les verres anti buée : les verres anti buée sont équipés d’une couche aux propriétés hydrophiles. Ce traitement permet d’échapper au dépôt d’eau, et donc de buée, à la surface des verres des lunettes. La couche hydrophobe peut être appliquée sur tous les types de verres (verres blancs ou teintés, version polarisante ou transition), et à toutes les corrections (myopie, hypermétropie, presbytie et astigmatisme). Le traitement anti buée peut être effectué en complément d’autres traitements tels que le traitement anti reflets ou encore le traitement anti rayures.
  • Les sprays ou les gels anti buée : disponibles sous forme de sprays ou de gels, les produits anti buée sont en vente chez la plupart des opticiens aux alentours des 10 €. Très simples d’utilisation, ils s’appliquent directement sur les verres des lunettes et s’étalent délicatement à l’aide d’un chiffon.
  • Le savon : plus écologique et moins coûteux que les sprays et les gels anti buée, le savon liquide est également une solution efficace pour éviter la buée sur les lunettes. Pour cela, versez quelques gouttes de savon liquide sur les deux faces des verres de vos lunettes. Puis, il suffit d’étaler le produit sur toute la surface du verre avec chiffon doux jusqu’à qu’il retrouve toute sa transparence. Ce procédé permet de laisser une fine couche sur l’ensemble du verre afin d’empêcher les molécules d’eau de produire de la buée.

 

Port du masque de protection : comment éviter la buée sur les lunettes ?

Récemment, les porteurs de lunettes ont dû faire face à une nouvelle difficulté : porter des lunettes avec un masque de protection. Celles et ceux qui ont tenté l’expérience se sont vite rendu compte que la buée faisait également partie du paysage. Sur le nez, le masque de protection laisse s’échapper l’air chaud expiré par la bouche et créé de la condensation à la surface des verres.

En plus des précédentes solutions, d’autres, spécifiquement dédiées à la situation, viennent compléter les mesures à prendre afin d’éviter la buée sur les lunettes avec un masque de protection :

  • Bien positionner son masque de protection : pour éviter que l’air expiré vienne former de la buée sur les verres, le masque de protection doit épouser le contour de votre nez. Pour cela, le pince-nez est votre meilleur allié. Cette barre métallique permet à la fois d’améliorer la protection face au risque de contamination à la Covid-19, mais aussi d’ajuster parfaitement le masque sur le nez. La plupart des masques jetables vendus en pharmacie ou dans le commerce possèdent ce genre de dispositif. Si vous souhaitez porter un masque en tissu, pensez à coudre un fil métallique (morceau de cuivre ou fil de fer par exemple). Il est aussi possible de fixer le masque avec du sparadrap. Toutefois, cette solution reste peu confortable.
  • Utiliser un mouchoir : efficace et peu coûteuse, cette technique consiste à placer un mouchoir à l’horizontale en haut du masque, au bord du nez. Le mouchoir a pour vocation d’absorber l’humidité rejetée par la respiration avant qu’elle ne se glisse sur les verres.

Pour éviter la buée sur les lunettes, toutes les solutions énoncées peuvent être utilisées individuellement ou en synergie afin d’améliorer vos chances de continuer à y voir clair.

 

Comment éviter la buée sur les lunettes ?2020-07-21T11:42:54+02:00
Charger les articles suivants
Go to Top