12 08, 2020

Orthokératologie chez l’adulte

2020-08-03T15:43:01+02:00

Et si, grâce au port de lentilles nocturnes, il était possible d’avoir une vision nette tout au long de la journée malgré une myopie ? Telle est la promesse formulée par l’orthokératologie pour adulte. Quel est le principe de cette technique de correction ? Qui peut bénéficier de ce traitement ? Indications, efficacité, limites… découvrez tous ce qu’il faut savoir sur l’orthokératologie pour adulte.

 

Qu’est-ce que l’orthokératologie ?

Pour corriger la myopie, plusieurs solutions sont possibles. Tout d’abord, le patient peut choisir entre le port de lentilles de contact ou le port de lunettes de vue, en fonction de ses préférences en terme d’esthétisme et de confort. Aussi, pour corriger son trouble de la vision de manière permanente, le patient peut recourir à une chirurgie réfractive, s’il remplit tous les critères. Enfin, une autre méthode permet de corriger la vue pendant son sommeil : l’orthokératologie.

L’orthokératologie est une technique réversible et non invasive où le port nocturne de lentilles rigides est utilisé pour compenser un défaut optique et obtenir une vision nette et sans correction la journée. Cette méthode permet d’induire une correction temporaire de la myopie, dont la durée couvre la journée suivante. La lentille possède un rayon de courbure calculé pour écraser le centre la cornée, afin de provoquer un remaniement de l’épithélium cornéen. Pour les myopies de 3 dioptries, il faudra attendre un délai de 2 semaines jusqu’à ce que le patient puisse voir tout au long de la journée sans ajout de correction.

 

Pour qui l’orthokératologie est-elle indiquée ?

L’orthokératologie peut être indiquée aux enfants à partir de 5 ou 6 ans pour ralentir le développement de la myopie et jusqu’à l’âge de 50 ou 60 ans chez l’adulte pour corriger la myopie en modifiant les courbures cornéennes par le port de lentilles rigides la nuit.

Les sportifs et les personnes travaillant dans un environnement où il est difficile de porter lunettes ou lentilles peuvent prétendre à l’orthokératologie pour adulte. Toutefois, le patient doit remplir certains critères pour bénéficier du traitement d’orthokératologie pour adulte :

  • Le patient ne doit pas faire état d’antécédents pathologiques ;
  • Le patient doit accepter de suivre un protocole de pose, de retrait et d’entretien des lentilles nocturnes ;
  • Le patient doit compléter plus de 6 heures de sommeil quotidiennement ;
  • Le diamètre pupillaire du patient ne doit pas être trop important ;
  • Le patient ne doit pas avoir d’allergies sévères.

Les lentilles de nuit sont des dispositifs médicaux devant faire l’objet d’une prescription médicale et d’un suivi régulier. Avant de commencer l’adaptation, le patient devra se conformer à une série d’examens réalisés chez un ophtalmologiste expérimenté et qualifié. Parmi eux, la topographie cornéenne sera nécessaire afin d’obtenir certaines  propriétés géométriques de la surface cornéenne comme sa courbure, son épaisseur ou encore son relief. Les lentilles nocturnes sont réalisées à partir des résultats du topographe cornéen. L’examen de la topographie cornéenne est à effectuer à chaque visite de contrôle afin de surveiller les changements cornéens.

 

Quelles sont les contre-indications à l’orthokératologie pour adulte ?

L’orthokératologie est contre-indiquée aux patients atteints de pathologies touchant la surface de la cornée telles que les dystrophies cornéennes et le kératocône. En cas d’insuffisance lacrymale, les lentilles de nuit peuvent être tentées mais le confort ne peut être assuré.

 

Quelles sont les limites de l’orthokératologie ?

Globalement, les résultats attendus sont ceux d’une vision nette et stable pendant près de 16 heures. Cependant, la correction par orthokératologie peut être problématique en vision nocturne, soit 16 heures après le port des lentilles rigides la nuit précédente. L’effet de l’orthokératologie est limité aux myopies faibles, de moins de 3 dioptries. Aussi, elle ne corrige pas, ou de manière imprédictible l’astigmatisme.

Dès lors que le traitement est arrêté la cornée reprend sa forme initiale au bout de 24 à 48 heures et la vision se dégrade. Il est donc nécessaire de porter ses lentilles nocturnes chaque nuit afin de garder une bonne qualité de vision. Le port de lentilles nocturnes à des fins de remodelage superficiel de la cornée nécessite une hygiène irréprochable ainsi que des cycles du sommeil régulier.

Bien qu’elles ne soient pas gênantes, les lentilles nocturnes peuvent toutefois se déplacer et perturber la vision du lendemain. Aussi, les lentilles nocturnes peuvent induire des halos nocturnes chez les personnes à larges pupilles.

Comme pour la plupart des lentilles de contact, le risque premier des lentilles nocturnes réside dans leur potentiel infectieux. Ces infections sont principalement dues à une utilisation et à un entretien inadaptés des lentilles.

 

L’orthokératologie est-elle une alternative à la chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive (LASIK ou PKR) consiste à remodeler la cornée de manière définitive à l’aide d’un laser. Réalisée sous anesthésie locale, l’opération des yeux au laser peut traiter les différents troubles de la vision tels que la myopie, l’hypermétropie, la presbytie et l’astigmatisme.

Présenter l’orthokératologie comme une réelle alternative à la chirurgie réfractive est source de nombreux débats. Tout d’abord, de part ces risques d’infections et ses contraintes, le traitement par orthokératologie pour adulte peut accumuler un certain nombre de désavantages par rapport à la chirurgie réfractive. Parmi eux, la possibilité de développer un kératocône. Le kératocône correspond à une déformation de la cornée qui s’amincit progressivement et perd sa forme sphérique pour adopter une forme de cône irrégulier. Dans de nombreux cas de kératocônes, les frottements oculaires répétés de la cornée sont l’un des facteurs majeurs du développement de la pathologie. Les lentilles nocturnes peuvent être une source de stress mécanique chronique des cornées et exercer une action déformante du dôme cornéen.

L’orthokératologie ne représente pas réellement une technique avantageuse pour la plupart des myopes, notamment pour les myopies supérieures à 3 dioptries qui ne peuvent pas bénéficier du traitement. Cette méthode peut être intéressante pour les myopies non stabilisées de l’adolescent et du jeune adulte et pour ralentir le développement de la myopie faible chez les jeunes sujets. Le port de lunettes de vue, de lentilles souples et la chirurgie réfractive demeurent à ce jour les trois méthodes de correction les plus sûres et les plus efficaces.

 

Orthokératologie chez l’adulte2020-08-03T15:43:01+02:00
10 08, 2020

Comment prendre soin de ses yeux au quotidien ?

2020-08-03T15:39:54+02:00

En permanence sollicitée, les yeux ont besoin d’une attention particulière pour rester en bonne santé. Pollution, chauffage, climatisation, soleil, écrans d’ordinateur ou encore lentilles de contact, vos yeux subissent de nombreuses agressions, que vous ayez des troubles de la vision ou non. Découvrez comment prendre soin de vos yeux pour les garder en bonne santé durablement.

 

 Quels sont les bons réflexes pour prendre soin de ses yeux au quotidien ?

Prendre soin de ses yeux permet de préserver une bonne vision le plus longtemps possible. Loin d’être contraignant, garder ses yeux en bonne santé passe par l’adoption de gestes simples :

  • Retirer ses lentilles de contact tous les soirs : il est conseillé de retirer ses lentilles de contact après 12 heures d’utilisation. Avant de les manipuler, pensez à bien laver vos mains afin d’éviter tout risque d’infection. Aussi, dans la mesure du possible, remplacez vos lentilles de contact par des lunettes de vue un à deux jours par semaine. Bien sûr, n’oubliez pas que les lentilles de contact journalières ne doivent pas être remises le lendemain.
  • Bien se démaquiller avant le coucher : particulièrement irritant, le maquillage doit impérativement être retiré avant le coucher. Si vous avez les yeux sensibles, privilégiez le mascara hypoallergénique.
  • Adapter son alimentation : pour prendre soin de ses yeux, le contenu de l’assiette est important. Les aliments riches en oméga-3, en zinc et en luthéine sont essentiels à la bonne santé de vos yeux. Un régime alimentaire sain et équilibré vous aidera à prévenir l’apparition de pathologies oculaires telles que la cataracte et la dégénérescence maculaire liée à l’âge.
  • Lutter contre la sécheresse oculaire : confrontés aux écrans, à la climatisation, au chauffage, aux poussières, au vent et à la pollution, les yeux peuvent être victimes de sécheresse. Si la sécheresse est légère, l’instillation de sérum physiologique peut aider à retrouver un certain confort. En cas de sécheresse prolongée, il est recommandé de consulter un ophtalmologue afin d’obtenir une prescription de larmes artificielles associées à un gel lubrifiant si nécessaire.

 

Pourquoi il ne faut pas frotter ses yeux ?

Le frottement oculaire est connu pour être l’un des facteurs majeurs de développement du kératocône. Le kératocône est une maladie oculaire progressive qui est caractérisée par une cornée qui adapte une forme de dôme, s’amincit et se gonfle pour former un cône.

Aussi, toucher ses yeux reste le moyen le plus facile d’introduire une bactérie pathogène et de contracter une infection. Pour soulager les démangeaisons, la solution la plus efficace reste l’instillation de sérum physiologique. Des gouttes antihistaminiques pourront vous être prescrites par votre ophtalmologiste dans le cas où des allergies seraient à l’origine de vos démangeaisons oculaires.

 

Comment protéger ses yeux du soleil ?

Quotidiennement en contact avec les rayons UV, les yeux accumulent des dommages irréversibles s’ils ne sont pas bien protégés. En effet, l’exposition prolongée aux rayons ultraviolets sans protection adaptée peut entrainer des dommages permanents et augmenter vos chances de développer la cataracte ou la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Dès le plus jeune âge, porter des lunettes de soleil est un geste indispensable pour prendre soin de ses yeux. Idéalement, il est conseillé d’acheter ses lunettes de soleil chez un opticien. Les lunettes de soleil doivent comporter la mention CE et être capable de bloquer 100 % des rayons UVB et UVA. Aussi, la paire doit être adaptée au niveau d’ensoleillement auquel vos yeux sont confrontés.

 

Qu’en est-il des lumières bleues ?

La lumière bleue est émise naturellement par les rayons du soleil, mais aussi artificiellement par des sources lumineuses telles que les écrans numériques. La télévision, l’ordinateur, le téléphone ou encore la tablette sont autant de sources de lumières bleues qui agressent vos yeux. Une exposition prolongée au rayonnement des lumières bleues artificielles peut engendrer une fatigue visuelle accrue ainsi que des lésions photochimiques de la rétine.

Pour prendre soin de vos yeux au quotidien, il est recommandé d’équiper vos écrans et vos lunettes de vue de filtres anti lumières bleues et d’éloigner votre regard des écrans le plus souvent possible.

 

Quand consulter un ophtalmologue ?

Pour prendre soin de ses yeux, consulter un ophtalmologiste régulièrement est essentiel. L’ophtalmologiste est le seul professionnel de la santé pouvant dépister une pathologie oculaire et délivrer de précieux conseils pour garder vos yeux en bonne santé. Qu’il soit nécessaire de corriger votre vue ou non, pensez à prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste au moins une fois tous les deux ans. À partir de 60 ans, il est recommandé de prendre rendez-vous tous les ans afin de prévenir le développement d’une cataracte ou d’un glaucome. À noter que le risque de développer un glaucome augmente significativement après 70 ans.

Comment prendre soin de ses yeux au quotidien ?2020-08-03T15:39:54+02:00
7 08, 2020

Est-ce que tous les patients ont des halos lumineux suite à une chirurgie réfractive ?

2020-08-03T15:36:24+02:00

Rapportés après une chirurgie réfractive par LASIK notamment, les halos lumineux peuvent être un effet indésirable de l’intervention. Généralement, ce phénomène est transitoire et ne concerne qu’une petite partie des patients ayant eu recours à une chirurgie réfractive. Dans quelles circonstances les halos lumineux apparaissent-ils ? Quels sont les facteurs aggravants ? Quel est le lien entre le LASIK et les halos lumineux ?

 

Qu’est-ce que les halos lumineux ?

Les halos lumineux correspondent à des auréoles plus ou moins étendues autour de lumières telles que les phares de voitures ou les éclairages citadins. Dans la majeure partie des cas, ces halos lumineux sont perçus à la tombée du jour, dans une pièce peu éclairée ou encore sur la route la nuit.

En vision nocturne, lorsque la luminosité est faible, la pupille irienne se dilate de manière spontanée afin de permettre l’entrée de la lumière et d’augmenter les capacités de vision. Dans cette situation, la pupille se dilate et les rayons lumineux qui traversent la pupille en périphérie sont moins bien réfractés. Résultat : ils contribuent à l’augmentation du taux d’aberrations optiques ainsi qu’à la dégradation de la qualité de l’image rapportée à la rétine.

La perception des halos lumineux peut également être influencée par la haute dynamique des scènes visuelles. Au quotidien, les scènes visuelles à haute dynamique sont celles où les lumières vives contrastent sur un environnement plus sombre. Il peut notamment s’agir des phares de voitures, des lampadaires ou des néons.

 

Chirurgie réfractive par LASIK : quelles sont les causes des halos lumineux ?

Les halos lumineux peuvent être la conséquence de deux anomalies optiques. Tout d’abord, il peut s’agir d’une réduction de la transparence des milieux oculaires. L’œdème de cornée et la cataracte sont notamment deux pathologies pouvant induire la présence d’halos lumineux. L’augmentation des aberrations optiques, en particulier des aberrations sphériques, constitue la seconde une cause d’halos lumineux.

Après une chirurgie cornéenne par LASIK, des halos lumineux peuvent apparaître. Cependant, ils ne touchent pas tous les patients. Il existe des facteurs de risques de halo lumineux après une chirurgie réfractive :

  • Le degré de correction : les halos lumineux sont plus fréquents au-delà de 5 dioptries de correction. Ce phénomène s’explique par le raccord entre la zone centrale traitée et la zone périphérique qui n’engendre pas d’augmentation majeure de la courbure de la cornée. La chirurgie réfractive de la myopie (LASIK ou PKR) augmente le taux d’aberrations sphériques positives. De ce fait, le risque de halos est important, notamment si le défaut visuel initiale du patient est prononcé. À contrario, la chirurgie cornéenne de l’hypermétropie peut augmenter le taux d’aberrations sphériques négatives, tout comme la présence d’une cataracte nucléaire.
  • Le type de correction : pour réduire le risque de halos lumineux nocturnes, des traitements asphériques, optimisés ou guidés par le front d’onde ont été mis au point. L’évolution des plateformes de traitement permettent actuellement de préserver le profil asphérique de la cornée et de délivrer le traitement laser sur de plus larges zones optiques qu’auparavant.
  • Le diamètre de la pupille : dans le cas où la pupille est plus large que le diamètre de la zone optique, il existe en théorie un risque accru de halos lumineux après une chirurgie réfractive. Lorsque la courbure de la cornée augmente de manière rapide entre la périphérie de la zone optique et la zone non traitée après une opération de la myopie au laser, l’apparition de symptômes visuels gênants tels que les halos lumineux peuvent apparaître au moment où la pupille se dilate. Cependant, avec les techniques de photoablation utilisées pour le LASIK moderne et les zones optiques supérieures ou égales à 6 mm, les différentes études n’ont pas montré de corrélations entre le risque de halos et le diamètre de la pupille en condition de faible éclairage.

De manière générale, les halos lumineux après une opération des yeux au laser sont temporaires et s’atténuent 1 à 3 mois après l’intervention. S’ils font état d’aberrations optiques, il pourra être nécessaire de planifier une autre intervention afin de soulager le patient.

 

Comment sont diagnostiqués les halos lumineux ?

Afin d’établir un diagnostic lié à l’apparition de halos lumineux, un examen aberrométrique sera nécessaire. L’examen par aberrométrie permet de caractériser l’origine optique des halos lumineux. Cet examen est par ailleurs indiqué toutes les fois on l’on cherche à déterminer la cause d’une réduction de la qualité optique de l’œil, qu’elle soit due à un dédoublement des images, aux halos lumineux autour des sources de lumière vive ou à l’absence de contrastes. Avant l’opération des yeux au laser, l’examen de la qualité optique de l’œil et du diamètre de la pupille par l’intermédiaire de l’aberromètre fera partie du bilan préopératoire, indispensable avant l’intervention.

 

Est-ce que tous les patients ont des halos lumineux suite à une chirurgie réfractive ?2020-08-03T15:36:24+02:00
1 08, 2020

Quels médicaments pour soigner la cataracte ?

2020-07-21T11:42:20+02:00

La cataracte est une pathologie relativement fréquente. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la cataracte liée à l’âge est la première cause de cécité dans le monde. Existe-t-il un médicament contre la cataracte ? Découvrez comment se soigne la cataracte et comment prévenir efficacement cette pathologie.

 

Qu’est-ce que le cataracte ?

La cataracte se traduit par une opacification du cristallin, partie transparente de l’œil qui se situe derrière la pupille et l’iris. Cette lentille élastique de l’œil permet de focaliser la lumière sur la rétine en modifiant ses courbures lors de l’accommodation. Lorsque le cristallin perd de sa transparence, les rayons lumineux ne parviennent plus correctement à la rétine. L’opacification progressive du cristallin peut se manifester par plusieurs symptômes :

  • Une vision floue, brouillée et voilée ainsi qu’une diminution de l’acuité visuelle ;
  • Une perception des couleurs modifiée et une mauvaise perception des contrastes ;
  • Une vision de nuit diminuée ;
  • Une plus importante sensibilité à la lumière ;
  • Une gêne pour lire et des difficultés à distinguer les reliefs.

 

Comment traiter la cataracte ?

Au début de l’évolution de la cataracte, il est possible d’améliorer la vision en portant des lunettes de vue. À ce jour, aucun médicament contre la cataracte n’a prouvé son efficacité. Le seul traitement possible de la cataracte est la chirurgie. La chirurgie de la cataracte a pour objectif d’extraire le cristallin opacifié et de le remplacer par une lentille artificielle équivalente. L’implant intraoculaire est sélectionné selon la morphologie de l’œil du patient et ses besoins en termes de correction visuelle.

Comment se déroule la chirurgie de la cataracte ?

À défaut d’un médicament pour traiter la cataracte, la seule option thérapeutique consiste à planifier une intervention chirurgicale. L’opération de la cataracte se déroule sous anesthésie locale, dure en moyenne 15 à 30 minutes, et est indolore. Généralement, un seul œil est opéré à la fois.

Le praticien procède à une incision d’environ 2 mm à travers la cornée afin de permettre l’accès à l’enveloppe du cristallin. Puis, une sonde à ultrasons est insérée dans le cristallin par l’incision pour déstructurer le noyau du cristallin sans endommager la capsule. Cette étape nommée « phako-émulsification » précède l’insertion de l’implant intraoculaire. Les implants sont fabriqués dans des matériaux acryliques hydrophiles ou hydrophobes, souples et à mémoire de forme. En plus de traiter la cataracte, les implants permettent aussi de corriger la vue du patient, qu’il soit myope, hypermétrope, astigmate ou presbyte. Le type de lentille inséré dépendra donc des troubles du patient et de ses antécédents. Trois types d’implants peuvent être insérés : les implants monofocaux, les implants bifocaux et les implants toriques.

Opération de la cataracte : quelles suites opératoires ?

Après une chirurgie de la cataracte, la vue s’améliore immédiatement pour la plupart des patients. Généralement, la guérison complète prend un mois. Le praticien pourra prescrire un traitement composé d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques sous forme de collyres à instiller durant plusieurs semaines. Ces collyres ne constituent pas un médicament contre la cataracte. Ils sont un traitement post opératoire afin de prévenir les risques d’infections oculaires.

 

Comment prévenir la cataracte ?

La cataracte est un phénomène naturel causé par le vieillissement du cristallin. Cette pathologie peut également être secondaire à un traumatisme, à une maladie des yeux pré existante, à un traitement médical ou être causé par certaines maladies chroniques. D’autres facteurs peuvent augmenter le risque de développement d’une cataracte : le tabagisme, la consommation élevée et régulière d’alcool ou encore l’exposition aux UVB.

Tout comme pour son traitement, il n’existe aucun médicament pour prévenir la cataracte. En prévention, d’autres mesures peuvent être adoptées :

  • Limiter sa consommation de tabac et d’alcool ;
  • Protéger ses yeux des UVB en portant une monture solaire performante ;
  • Effectuer des bilans sanguins prescrits par votre médecin afin de contrôler régulièrement votre diabète ;
  • Porter des lunettes de protection en cas de manipulation d’objets dangereux ;
  • Faire examiner vos yeux régulièrement par un ophtalmologiste à partir de 40 ans.
Quels médicaments pour soigner la cataracte ?2020-07-21T11:42:20+02:00
30 07, 2020

Déformation cornée : pourquoi se frotter les yeux est mauvais ?

2020-07-21T11:42:32+02:00

Par fatigue ou simplement par réflexe, le frottement oculaire est un geste qui peut paraître anodin. Toutefois, il n’est pas sans conséquence. Découvrez pourquoi le frottement des yeux représente un danger pour votre santé oculaire.

 

Pourquoi le frottement des yeux est-il dangereux pour leur santé ?

Frotter ses yeux lorsqu’ils démangent est un acte qu’il est difficile d’éviter. Fatigue oculaire, exposition aux écrans, allergies ou encore poussière dans l’œil, le frottement oculaire peut être tentant dans de nombreuses situations.

Pourtant résister au frottement des yeux est essentiel afin de préserver la santé de la cornée. Composant oculaire essentiel au fonctionnement de la vision, la cornée représente la partie antérieure, transparente et convexe de la tunique fibreuse de l’œil. Son rôle : faire converger les rayons lumineux afin qu’il se dirigent à travers chambre antérieure de l’œil pour atteindre le cristallin puis la rétine.

La cornée peut être endommagée de plusieurs manières en frottant vos yeux. Tout d’abord, ce geste peut avoir pour conséquence une abrasion de la cornée. Cette égratignure de la cornée peut être causée par des évènements traumatiques notables, mais aussi par le fait de se frotter les yeux en ayant du sable, de la poussière et d’autres petites particules à l’intérieur.

Le frottement oculaire peut aussi être responsable de différentes infections. En contact avec de nombreuses surfaces infectées, les mains ont de fortes chances de contaminer les yeux en transportant des germes. Il est fortement conseillé de ne jamais toucher ses yeux sans avoir correctement lavé ses mains afin de supprimer toutes les traces de bactéries pathogènes et d’éviter les infections, comme la conjonctivite par exemple.

 

Déformation de la cornée : qu’est-ce que le kératocône ?

Le frottement régulier des yeux peut endommager la cornée de façon permanente. La déformation de la cornée peut évoluer en kératocône. Le kératocône est une dystrophie cornéenne caractérisée par une cornée qui adopte une forme de cône. Cette déformation de la cornée survint la plupart du temps à la fin de l’adolescence et engendre des troubles de la vision. Même si ce n’est pas avec le même niveau de sévérité, le kératocône touche généralement les deux yeux.

Cette pathologie oculaire peut avoir plusieurs causes. Elle peut résulter d’une fluctuation hormonale, être due à des prédispositions allergiques ou encore être en lien avec une autre maladie génétique ou ophtalmologique. Facteur de risque non négligeable, le frottement oculaire peut avoir une incidence sur l’apparition d’un kératocône. Réalisés avec les phalanges, les mouvements circulaires ou latéraux avec écrasement des globes oculaires peuvent provoquer la déformation et l’amincissement progressifs de la paroi cornéenne.

La déformation de la cornée peut être à l’origine des troubles de la vision comme la myopie et peut également entraîner une sensibilité accrue à la lumière et une irritation oculaire.

Le kératocône peut se traiter par le port de lentilles de contact ayant pour objectifs de corriger la vision tout en gommant une grande partie des irrégularités de la cornée. Dans les cas les plus sévères ou si l’évolution de la déformation de la cornée se poursuit, le recours à la chirurgie cornéen sera nécessaire. Trois types de chirurgies pourront être conseillées au patient en fonction de l’avancée du kératocône. Il pourra s’agir d’introduire des anneaux intra-cornéens dans l’épaisseur de la cornée, d’un traitement cornéoplastique des kératocônes par modification du collagène cornéen ou d’une greffe de la cornée dans les cas les plus graves.

 

Comment éviter le frottement oculaire ?

Le frottement des yeux est souvent associé aux allergies. En complément des écoulements nasaux et des maux de gorge, les démangeaisons oculaires font partie des symptômes de différentes allergies. Pour soulager ces démangeaisons, les personnes souffrant d’allergies ont tendance à se frotter vigoureusement la cornée. Véritable cercle vicieux, le frottement des yeux pour apaiser les démangeaisons dues aux allergies libère d’importantes quantités d’histamine et d’acide dans l’œil ayant pour effet d’exacerber les picotements. Le moyen le plus efficace de ne pas aggraver l’irritation est de ne surtout pas toucher vos yeux. Prenez rendez-vous avec votre médecin afin qu’il vous prescrive des gouttes antihistaminiques si nécessaire.

Une autre méthode efficace consiste à instiller des gouttes ophtalmiques pour lubrifier les yeux et lutter contre le phénomène de sécheresse oculaire. Vous pouvez également rincer vos yeux à l’eau saline pour les rafraîchir et les apaiser.

Si les démangeaisons deviennent récurrentes, il est fortement conseillé de prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste dans le but de définir la source du trouble et d’obtenir des conseils et un traitement adapté.

 

Déformation cornée : pourquoi se frotter les yeux est mauvais ?2020-07-21T11:42:32+02:00
26 07, 2020

Quelle est la différence entre les deux techniques (LASIK, PKR) ?

2020-07-21T11:42:47+02:00

Lors d’une intervention pour corriger un trouble de la vision, deux techniques chirurgicales peuvent être proposées par le praticien : la PKR ou le LASIK. Dans quel cas la PKR est-elle préférée au LASIK ? Quelle est la différence entre la PKR et le LASIK ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les deux techniques de chirurgie réfractive.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences de procédure ?

La PKR et le LASIK utilisent le laser excimer pour remodeler le profil de la cornée et en changer son pouvoir optique. La différence majeure entre les deux techniques réside dans la découpe du capot et la préservation de l’épithélium. En effet, dans le cadre d’une chirurgie au LASIK, l’épithélium est préservé. Après avoir dessiné puis soulevé le volet cornéen superficiel avec un laser femtoseconde, le praticien sculpte le tissu stromal à l’aide du laser excimer. Une fois le traitement réalisé, le volet cornéen superficiel est rabattu.

Lors de l’intervention de chirurgie réfractive par PKR, l’épithélium central est ôté. Le praticien pèle délicatement la couche épithéliale avant d’administrer le traitement laser de remodelage.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences post opératoires ?

Les résultats de correction entre les deux techniques sont comparables. Cependant, la période de récupération marque une vraie différence entre la PKR et le LASIK.

Dans le cadre d’une chirurgie par LASIK, une coque transparente est posée à la suite de l’intervention et sera retirée dès le lendemain. En PKR, une lentille pansement, posée également à la fin de l’intervention, doit être maintenue pendant 3 à 5 jours. La récupération visuelle se fait plus lentement en PKR qu’en LASIK. Comptez en moyenne une semaine après une opération de la myopie par PKR et seulement quelques heures avec un LASIK. Cette différence entre la PKR et le LASIK s’explique par la faculté de l’épithélium à se renouveler.

En effet, l’épithélium est capable de se remplacer en quelques jours après avoir été endommagé. Complètement enlevée en PKR, la couche épithéliale nécessite 3 à 4 jours pour retrouver son intégrité. L’épithélium étant préservé avec une chirurgie par technique LASIK, la récupération visuelle est donc immédiate. Le patient pourra reprendre une vie normale dès le lendemain de l’intervention. Avec une PKR, la reprise du travail est possible après 4 à 5 jours  de convalescence.

De manière générale, le traitement post-opératoire se présentera de la même façon. Ce traitement comprend des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant 1 semaine et des collyres lubrifiants à continuer pendant plusieurs semaines.

Bien que la période de récupération soit plus longue, la technique PKR offre toutefois des avantages. En PKR, la totalité de l’épaisseur du stroma est disponible pour recevoir le traitement. De ce fait, la PKR permet notamment de corriger de très fortes myopies.

 

PKR ou LASIK : comment s’effectue le choix ?

Autre différence entre la PKR et le LASIK : les éventuelles contre-indications. En fonction des examens préopératoires, le chirurgien déterminera la meilleure technique pour corriger le ou les défauts visuels. Le traitement par PKR pourra notamment être privilégié dans le cas où le patient présente une fine épaisseur cornéenne. En effet, la chirurgie par traitement LASIK doit respecter une épaisseur résiduelle minimale de la cornée.

Aussi, la PKR sera préférée dans le cas d’une cornée irrégulière et d’antécédents familiaux de kératocône ou d’un kératocône débutant. Les habitudes de vie, les loisirs et l’âge du patient seront également pris en compte.

Quelle est la différence entre les deux techniques (LASIK, PKR) ?2020-07-21T11:42:47+02:00
23 07, 2020

Comment lire une prescription pour lunettes ou lentilles ?

2020-07-21T10:53:56+02:00

Vous éprouvez de la difficulté à lire un document de près ? Vous n’arrivez pas à observer tous les détails d’une image de loin ? Il est temps de prendre rendez-vous avec un ophtalmologiste. Cette consultation pourra se conclure par l’émission d’une ordonnance adaptée à votre correction visuelle. Découvrez comment lire et comprendre une ordonnance ophtalmologique.

 

Comment comprendre une ordonnance ophtalmologique ?

L’hypermétropie, la myopie, l’astigmatisme et la presbytie sont les principaux troubles de la vision que des lunettes ou des lentilles peuvent corriger. Dans un premier temps, afin de comprendre une ordonnance ophtalmologique et de réussir à lire une prescription de lunettes et de lentilles, il est nécessaire de connaître les abréviations utilisées :

  • OG : Œil gauche
  • OD : Œil droit
  • VP : Vision de près
  • VI : Vision intermédiaire
  • VL : Vision de loin
  • SPH : Sphère
  • ADD : Addition (en cas de presbytie)
  • CYL : Cylindre
  • AV : Acuité Visuelle
  • DIA : Diamètre

Une ordonnance de lunettes de vue est-elle différente d’une prescription de lentilles de contact ?

Oui, il existe bien une différence entre une prescription de lentilles de contact et une ordonnance de lunettes de vue. Au moment de la rédaction de votre ordonnance, l’ophtalmologiste n’indique pas les mêmes mesures pour les deux dispositifs de correction. Cette différence s’explique par la nécessite de faire apparaître certains paramètres spécifiques selon le type de correction. Une prescription de lentilles devra par exemple mentionner des informations telles que le rayon de la lentille, son diamètre ou encore son matériel (hydrogel ou silicone d’hydrogel).

 

Comment lire une prescription de lunettes ?

Les valeurs d’une correction sont exprimées en quart de dioptrie. Les chiffres hors parenthèses font référence à l’hypermétropie et à la myopie :

  • ceux précédés du signe « + » correspondent à l’hypermétropie ;
  • ceux précédés du signe « – » correspondent à la myopie.

Pour l’astigmatisme, il est nécessaire de se référer aux chiffres entre parenthèses. Ils sont suivis par un degré qui correspond à l’orientation de l’astigmatisme.

Exemple : sur la prescription d’une personne myope et astigmate, on pourrait retrouver les données suivantes :

  • OD : -3.50 (+1.50) 45°
  • OG : -3.00 (+1.75) 50°

Les données chiffrées sont accompagnées d’abréviations précisant les caractéristiques de votre défaut visuel. Parmi elles, la mention ADD apporte une précision sur la présence d’une presbytie. Les valeurs varient en général de 0.50 à 3.50 et se présentent sous la forme suivante :

Dans le cas d’une personne hypermétrope et presbyte :

  • OD : +2.00 ADD 2.00
  • OG : +2.50 ADD 2.00

Dans le cas d’une personne presbyte, astigmate et myope :

  • OD : -2.50 (+1.75) 35° ADD 1.50
  • OG : -2.25 (+1.50) 55° ADD 1.50

Depuis le 18 septembre 2014, les ophtalmologistes sont tenus de renseigner l’écart pupillaire sur la prescription. L’écart pupillaire correspond à la distance entre le centre de chacune des pupilles. Il est utilisé afin d’effectuer le centrage des verres correcteurs sur des lunettes de vue. Cette mention sur la prescription a notamment pour vocation de faciliter les achats de lunettes de vue sur Internet.

 

Comment lire une prescription de lentilles ?

En plus des données chiffrées qui renseignent sur les types de défauts visuels et leur importance, la prescription de lentilles de contact comporte également des données nécessaires à l’opticien :

Pour les lentilles sphériques :

  • Le nom des lentilles ;
  • Le rayon de courbure (RC) ;
  • Le diamètre (DIA).

Pour les lentilles toriques :

  • Le cylindre (CYL) ;
  • L’axe (AXIS).

Pour les lentilles multifocales :

  • L’addition (ADD) ;
  • L’œil dominant (DOM).

 

Quelle est la durée de validité d’une ordonnance ophtalmologique ?

Depuis le décret n°2016-1381 publié le 12 octobre 2016, la durée de validité de l’ordonnance est définie en fonction de l’âge du patient.

Concernant les prescriptions de lunettes de vue :

  • Pour les patients de moins de 16 ans, la durée de validité est de 1 an ;
  • Pour les patients âgés de 16 à 42 ans, la durée de validité est de 5 ans ;
  • Pour les patients âgés de plus de 42 ans, la durée de validité est de 3 ans.

Concernant les prescriptions de lentilles de contact :

  • Pour les patients de moins de 16 ans, la durée de validité est de 1 an ;
  • Pour les patients âgés de 16 et plus, la durée de validité est de 3 ans ;

Quelle que soit la durée de validité de votre ordonnance, il reste tout de même recommandé de consulter un ophtalmologiste fréquemment afin de suivre l’évolution de votre trouble et de dépister une éventuelle pathologie oculaire.

Comment lire une prescription pour lunettes ou lentilles ?2020-07-21T10:53:56+02:00
21 07, 2020

Chirurgie réfractive et reprise du travail

2020-07-21T10:53:44+02:00

La chirurgie réfractive présente de nombreux avantages, dont celui d’offrir une convalescence peu contraignante. Découvrez dans quel cas avoir recours à l’opération au laser des yeux et quelles sont les suites opératoires à prévoir.

 

Opération au laser des yeux : dans quels cas ?

La chirurgie réfractive fait référence à toutes les interventions ophtalmiques visant à corriger certains défauts réfractifs de l’œil. Elle consiste à sculpter la cornée à l’aide d’un laser afin de traiter les défauts de la vision suivants :

  • La myopie : la myopie correspond à un allongement du globe oculaire ayant pour conséquence de bomber la cornée et le cristallin. Résultat : l’image se forme avant la rétine plutôt que sur celle-ci. L’opération au laser des yeux va alors permettre de sculpter la courbure de la cornée par le biais du laser.
  • L’hypermétropie : à contrario, l’hypermétropie a pour cause un axe antéro-postérieur de l’œil trop court. Les rayons lumineux convergent alors en arrière de la rétine, rendant flous les objets de près.
  • L’astigmatisme : l’astigmatisme altère à la fois la vision de près et de loin. Il est dû à une anomalie de la cornée ou du cristallin et peut être associé à la myopie et à l’hypermétropie. Le laser va permettre d’effectuer une ablation plus ou moins en profondeur afin de régulariser la surface de la cornée.
  • La presbytie : ce défaut visuel, qui apparaît en vieillissant, est causé par une perte d’élasticité et de souplesse du cristallin. L’opération au laser des yeux d’une personne presbyte s’effectue au moyen de différentes méthodes allant de la monovision, la multifocalité en passant par la trifocalité et la restitution d’une fonction accommodative partielle par insertion d’un implant accommodatif.

 

Quelles sont les suites opératoires d’une chirurgie réfractive ?

Avant le jour de l’opération au laser des yeux, il est demandé au patient de ne pas porter de lentilles pendant au moins 48 heures afin que la surface oculaire ne soit pas irritée.

L’opération du laser des yeux et la convalescence dépendent de la technique utilisée :

  • Opération par la technique de la PKR : une lentille de protection sera placée en fin d’intervention et devra être gardée pendant 3 à 5 jours. Quelques heures après l’intervention et jusqu’au lendemain, il est possible de ressentir une sensation de gêne. Au réveil, la vue est généralement encore floue et des larmoiements sont également possibles. Au cours des jours suivants, l’intervention, la vision s’améliore de plus en plus et la gêne diminue progressivement. Avec la PKR, l’opération au laser des yeux nécessite une convalescence de 4 à 5 jours. La reprise d’une activité professionnelle est possible après ce délai. Conduire sur de longues distances pourra être envisageable après un délai de 7 à 10 jours.
  • Opération par la technique LASIK : quelques heures après l’intervention, la sensation de gêne s’atténue progressivement. Peu à peu la vision progresse. Une sécheresse oculaire peut apparaitre, mais être soulagée par l’administration de larmes artificielles. La première nuit, des coques de protection devront être maintenues sur les yeux afin de ne pas les toucher de manière inconsciente pendant le sommeil. Elles pourront être retirées au réveil. Le lendemain, une légère sensation de brume pourra encore être présente. Avec la technique LASIK, la reprise du travail peut se faire dès le lendemain. Si le patient travaille sur un écran, il est recommandé d’alléger quelque peu son emploi du temps afin de ne pas éprouver de fatigue visuelle. Sur de courtes distances, la conduite automobile pourra reprendre dès le lendemain. Pour les longues distances, il est conseillé d’attendre 3 à 4 jours. Après 3 à 4 jours également, les activités physiques sans risque pour les yeux telles que le jogging ou le vélo pourront être reprises.

Il sera possible de se maquiller 48 heures après une opération au laser des yeux par technique LASIK, et au bout du 5ème ou 6ème jour après le retrait des lentilles pansement des suites d’une intervention par PKR.

Quel traitement après une opération laser des yeux ?

Suivant le type d’intervention et le type de trouble de la vision corrigé, un traitement devra être suivi par le patient. De manière générale, le traitement comprend des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant 1 semaine et des collyres lubrifiants à continuer pendant plusieurs semaines. Des visites de contrôle seront planifiées afin de garantir le bon déroulement de la convalescence et des suites opératoires.

 

Opération au laser des yeux et convalescence : quelles sont les éventuelles complications ?

L’opération au laser des yeux présente des risques anecdotiques, dans la mesure où toutes les précautions sont prises afin d’assurer la sécurité du patient. Parmi les effets secondaires de l’opération laser des yeux pouvant apparaître pendant la convalescence, on retrouve notamment les suivants :

  • Une sécheresse oculaire ;
  • La perception d’un halo lumineux ;
  • Une altération de la vision nocturne ;
  • Une vision dédoublée ;
  • Une infection oculaire ou une inflammation de la cornée.

Avant de planifier l’intervention, des examens pré opératoire approfondi devront être effectués pour évaluer l’éligibilité opératoire et détecter l’existence d’une éventuelle contre-indication à la chirurgie réfractive. La prise en charge par des médecins parfaitement formés justifiants d’une expérience reconnue est essentielle pour assurer une prise en charge sécurisée de l’opération au laser des yeux et de la convalescence du patient.

Chirurgie réfractive et reprise du travail2020-07-21T10:53:44+02:00
3 07, 2020

Quelles alternatives aux lunettes pour les presbytes ?

2020-07-21T10:03:30+02:00

Phénomène inéluctable, la presbytie est liée au processus de vieillissement normal de l’œil. Cependant, il est possible d’apporter une réponse efficace à ce défaut visuel. Les lunettes ? Oui, mais pas uniquement. Découvrez comment lutter contre la presbytie au moyen d’alternatives efficaces et naturelles.

Qu’est-ce que la presbytie ?

Vous êtes au théâtre, la lumière est tamisée et l’ambiance est chaleureuse. Entre vos mains, le programme. Vous aimeriez prendre connaissance de ce qu’il y a écrit dessus, mais il y a un problème : les caractères apparaissent flous. Et s’il s’agissait de la presbytie ?

La presbytie correspond à l’incapacité pour l’œil de restituer une image nette de près. Avec l’âge, généralement autour des 45 ans, le cristallin perd de sa souplesse et de son élasticité.

Cette diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près est dû processus de vieillissement normal de l’œil. Lentille naturelle de l’œil, le cristallin permet de faire la mise au point pour avoir une vision nette des objets rapprochés. En vieillissant, le cristallin se détériore et perd progressivement de son pouvoir d’accommodation. Avant de se stabiliser, généralement autour des 55-60 ans, la presbytie évolue pendant 15 ans.

Quels sont les signes de la presbytie ?

Les symptômes de la presbytie sont facilement identifiables. La plupart du temps, les presbytes se rendent compte de leur trouble de la vision en essayant de lire de petits caractères de près. Les patients atteints de presbytie commencent par tenir plus loin leur livre, leur menu ou encore leur écran de téléphone et nécessitent plus de lumière pour lire et pour prendre connaissance des détails d’une image. Ces symptômes s’accompagnent également de fatigue oculaire et de céphalées.

Pour diagnostiquer la presbytie, il est recommandé de prendre rendez-vous avec ophtalmologue dès les premiers symptômes. D’ailleurs, même sans symptôme, il est conseillé de consulter régulièrement un ophtalmologue : tous les 5 ans avant 45 ans, tous les 2 à 3 ans après 45 ans et tous les 2 ans après 60 ans.

 

Presbytie et traitement naturel : quelles alternatives aux lunettes ?

Conséquence du vieillissement naturel du cristallin, la presbytie est inévitable. À ce jour, il n’existe aucun moyen de prévenir la presbytie. Cependant, il existe des moyens de corriger ce défaut de la vision.

Parmi les moyens de correction, les lunettes occupent une place incontournable. Les lunettes de vue existent avec plusieurs types de verres :

  • Les verres unifocaux : les lunettes simples foyer permettent de voir de près à tous les points du verre. Elles sont une bonne option pour les presbytes débutants qui ne souhaitent porter leurs lunettes qu’occasionnellement pour voir de près.
  • Les verres bifocaux : les lunettes à double foyer possèdent dans la partie inférieure, un segment élaboré pour voir de près. Tout le reste du verre est conçu pour voir de loin. Ils sont notamment indiqués pour corriger les autres troubles de la vision en complément de la presbytie.
  • Les verres progressifs : les verres progressifs sont conçus de manière à faire varier progressivement la puissance optique entre la partie supérieure et la partie inférieure du verre. La partie supérieure est destinée à la vision de loin tandis que la partie inférieure sera adaptée pour la vision de près.

Les lentilles de contact ainsi que la chirurgie constituent également deux moyens de correction pour la presbytie. Tout comme les lunettes de vue, les lentilles de contact existent en plusieurs versions. Il peut s’agir de lentilles simple foyer, de lentilles bifocales ou encore de lentille progressives. Côté chirurgie, plusieurs interventions peuvent être proposées au patient en fonction de ses attentes et des autres défauts de la vision associés à la presbytie.

 

Quels sont les traitements naturels pour la presbytie ?

Le port de lunettes de vue pour corriger la presbytie apporte une réponse efficace aux symptômes. Cependant, corriger le trouble ne permet pas pour autant de ralentir son développement. Pour préserver au mieux votre capital vision, un changement d’alimentation peut aider à prolonger la santé oculaire. En effet, pour ralentir le processus de vieillissement responsable de la presbytie, l’alimentation constitue un traitement naturel efficace.

  • La vitamine A : le manque de vitamine A est impliqué dans la baisse de la vision nocturne et dans la sécheresse oculaire. À contrario, la vitamine A entretient une bonne santé oculaire et peut être un traitement préventif potentiel des maladies dégénératives de la rétine. Cette vitamine préserve la vue et diminue les risques de cataracte.
  • La vitamine C et E : en synergie, la vitamine C et la vitamine E permettent de renforcer le tissu oculaire. La vitamine E protège les cellules des yeux face aux atteintes des radicaux libres qui dégradent les tissus oculaires sains. De son côté la vitamine C permet également de réduire les risques de développer une cataracte et ralentit la progression de la dégénérescence maculaire liée au vieillissement.
  • Les acides gras essentiels : les Omega 3 permettent de lutter contre le décollement de la rétine. Une carence en acides gras essentiels peut créer une rigidification de la membrane cellulaire engendrant une moins bonne réactivité des cellules.
  • La lutéine : présente en forte concentration dans la rétine de l’œil, plus précisément dans la macula, la lutéine est un puissant antioxydant qui protège les cellules du cristallin et de la rétine des dommages provoqués par les rayons UV. Elle regorge de bienfaits pour lutter contre la progression de la DMLA et réduit également le risque de cataracte.
  • Le cuivre : grâce à son action anti oxydante et anti-inflammatoire, le cuivre régule la fatigue oculaire tout en agissant sur les troubles liés aux allergies et au vieillissement de l’œil.

Presbytie et traitement naturel : pourquoi protéger ses yeux ?

Pour prévenir la presbytie avec un traitement naturel, protéger ses yeux des rayons UV du soleil constitue un moyen incontournable de préserver sa santé oculaire. Tout comme la peau, l’œil est sensible et vulnérable aux rayons UV. Sur le court terme, les effets des rayons UV sur les yeux peuvent causer une ophtalmie. L’ophtalmie désigne une brûlure de la cornée par les UV qui se fait ressentir après une forte exposition au soleil. Parmi les pathologies de l’œil induites par l’exposition sans protection aux rayons UV, on retrouve également la cataracte. La cataracte correspond à une affection du cristallin qui subit une opacification progressive. Bien souvent, les patients deviennent presbytes vers 45 ans avant de développer une cataracte autour des 65-70 ans.

Presbytie et traitement naturel : quels exercices pour la ralentir ?

Les exercices oculaires peuvent aider à améliorer la souplesse des yeux tout en renforçant leurs muscles. Sur la base d’une pratique régulière, les exercices oculaires représentent un traitement naturel afin d’atténuer les symptômes de la presbytie. Ces exercices n’ont pas pour vocation de retarder ou d’empêcher le développement de la presbytie, mais plutôt de rééduquer le cerveau afin d’être en mesure de mieux se concentrer pour observer clairement les petits caractères et les détails d’une image de près.

Presbytie et traitement naturel : nos 5 conseils

  1. Adopter une alimentation équilibrée riche en vitamines C, E et A et en Omega 3 ;
  2. Hydrater ses yeux avec des gouttes de cuivre ;
  3. Protéger ses yeux des effets néfastes des rayons UV ;
  4. S’éloigner le plus possible des écrans ou le cas échéant, faire souvent des pauses ;
  5. Consulter régulièrement un ophtalmologue pour effectuer des tests de vision.
Quelles alternatives aux lunettes pour les presbytes ?2020-07-21T10:03:30+02:00
16 06, 2020

À quel âge se développe la presbytie ?

2020-06-09T15:52:19+02:00

La presbytie est un trouble de la vision directement lié au processus de vieillissement normal de l’œil. Elle est la conséquence d’une diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près. À partir de quel âge apparaît la presbytie ? Que faire pour traiter ce trouble de la vision ?

À quel âge débute la presbytie ?

La presbytie est une affection causée par une modification de l’élasticité du cristallin. La réduction de l’élasticité du cristallin impacte le pouvoir d’accommodation de l’œil. Le cristallin est une petite lentille transparente et bombée sur ses deux faces. Son rôle est notamment de permettre à l’œil de voir net à toutes les distances grâce à sa capacité de modifier rapidement sa courbure. En vieillissant, le cristallin s’épaissit. Conséquence : il perd de sa souplesse et devient moins déformable sous l’action des muscles ciliaires. C’est pourquoi, la vision de près devient inévitablement de plus en plus floue.

Ce trouble de la vision de près apparaît entre 43 et 46 ans, sans distinction de sexe. La presbytie évolue jusqu’à l’âge de 60 ans, mais pas de manière identique pour tous les patients.

L’unité de mesure de la presbytie est la dioptrie. À l’âge de 12 ans, l’amplitude d’accommodation est égale à 12 dioptries. Après 45 ans, l’accommodation résiduelle n’est plus que de 3 dioptries pour passer à une amplitude d’accommodation nulle à 60 ans.

Comment se manifeste la presbytie ?

La presbytie est caractérisée par une diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près. Alors que la distance habituelle de lecture est de 30 à 40 cm, le presbyte sera d’abord obligé d’allonger les bras pour lire. Il cherchera également un meilleur éclairage afin de mieux voir les petites lettres et les détails sur une image.

La presbytie peut engendrer une vision double, une fatigue visuelle ainsi que des céphalées. Le presbyte pourra aussi ressentir une sensation de picotement dans les yeux en fin de journée.

Les premiers symptômes de la presbytie peuvent se manifester plus tôt chez les patients hypermétropes. En effet, un œil hypermétrope éprouve déjà le besoin d’accommoder de manière permanente afin de voir de près.

Peut-on éviter la presbytie ?

Comme mentionné, la presbytie est la conséquence du vieillissement naturel du cristallin. Ce vieillissement, bien qu’il diffère d’une personne à une autre, est incontournable. De ce fait, il n’existe aucun moyen de prévenir la presbytie.

Que faire face aux signes de la presbytie ?

L’âge auquel la presbytie nécessite une correction pour la vision de près est variable. Plusieurs facteurs entre en ligne de compte. Il peut s’agir du degré de capacité résiduelle d’accommodation, de l’existence d’une correction en vision de loin ou encore du degré d’exigence visuelle du patient.

En cas d’apparition des premiers signes de la presbytie, il est recommandé de prendre rendez-vous avec son ophtalmologue. L’ophtalmologue est le seul praticien à être en mesure de prescrire la bonne correction. Par le biais de tests et d’examens approfondis des yeux, l’ophtalmologue définit le type de verre ou de lentilles correctrices correspondant à la dioptrie du patient.

Il existe différents moyens de corriger la presbytie. Cette correction consiste à restituer une vision de près de qualité sans altérer la vision de loin.

Presbytie : corriger avec des lunettes de vue

La presbytie se corrige dans la plupart des cas par le port de lunettes de vue. Il existe plusieurs types de verres correcteurs, chacun s’adaptant aux spécificités de chaque patient.

  • Les verres unifocaux : les verres unifocaux permettent de voir de près à tous les points des verres. Ce type de verre est notamment recommandé pour les jeunes presbytes dont l’âge de la presbytie tourne autour des 45 ans. Il s’agit d’une solution efficace pour les presbytes débutants ayant besoin d’une correction occasionnelle, pour lire ou effectuer des tâches nécessitants la vision de près.
  • Les verres bifocaux : Ces verres à double foyers disposent d’une section conçue pour voir de près dans leur partie inférieure. Le reste du verre permet au presbyte de voir de loin sans avoir à quitter ses lunettes.
  • Les verres progressifs : ils permettent de voir de près à toutes les distances. Le principe : faire varier la puissance optique de manière progressive entre la partie supérieure du verre réservée à la vision de loin et la partie inférieure destinée à la vision de près. Ils peuvent être prescrits quel que soit l’âge de la presbytie.

Presbytie : corriger avec des lentilles de contact

Les lentilles de contact existent elles aussi en plusieurs versions. Les lentilles progressives constituent la solution la plus récente afin de corriger la presbytie. Elles permettent de voir à toutes les distances. Cependant l’adaptation de l’œil à ce type de lentilles reste plus difficile qu’avec des lunettes à verres progressifs. Aussi, l’acuité visuelle est inférieure à celle obtenue avec des lunettes.

Presbytie : corriger avec une chirurgie

La presbytie peut être corrigée par une opération au laser ou par implants multifocaux. Le type d’intervention est décidé par le chirurgien en fonction du cas de chaque patient, de la nature et de l’importance du défaut visuel. La chirurgie de la presbytie permet au patient de se passer de ses lunettes ou de ses lentilles de contact de manière temporaire ou occasionnelle.

À quel âge se développe la presbytie ?2020-06-09T15:52:19+02:00
Charger les articles suivants
Go to Top