Qu’est-ce que la rétine ?

La rétine est une fine membrane tapissant la surface interne du globe et nécessaire à la vision. Ce tissu neurosensoriel est capable de transformer les rayons lumineux en un signal nerveux et de le transmettre au système nerveux central.

La rétine se compose de photorécepteurs : les cônes, impliqués dans la vision de jour et des couleurs, et de bâtonnets, pour la vision nocturne et en noir et blanc. Les rayons lumineux sont d’abord captés par les photorécepteurs, qui les transforment en signaux chimiques et sont ensuite transmis aux neurones qui les convertissent en signaux électriques.

L’anatomie de la rétine

La rétine est constituée de 10 couches. 4 couches de cellules visuelles permettent la réception de la lumière et 6 autres couches assurent sa transmission vers le cerveau par le biais du nerf optique.

La rétine se sépare en deux parties :

• La rétine centrale : située au centre et d’un diamètre de 5 à 6 millimètres, la rétine centrale comprend la macula et la fovéa. La macula est composée de photorécepteurs appelés cônes qui sont directement exposés à la lumière. En son centre se trouve la fovéa, une petite zone de 1,5 mm de diamètre. La fovéa contient environ 50 000 cônes, qui une fois stimulés par la lumière, permettent d’obtenir une meilleure précision de vision des formes, des couleurs, et de la vision diurne.

• La rétine périphérique : la rétine périphérique, qui s’étend sur environ 17 millimètres, est constituée de bâtonnets, cellules chargées d’analyser la luminosité. La rétine périphérique est essentielle pour la vision nocturne grâce aux bâtonnets spécialisés dans la réception lumineuse lorsque la lumière est basse.

Grâce aux fonctions de la rétine, l’œil humain est capable de distinguer deux millions de nuances de couleur et 750 niveaux de luminosité.

Les maladies de la rétine

Il existe plusieurs types de pathologies de la rétine : le décollement de la rétine, la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire.

Le décollement de la rétine

Le décollement de la rétine correspond au décollement d’une partie de la surface de la rétine de son support, l’épithélium pigmentaire. Un liquide s’infiltre entre ces deux feuillets et forme une petite poche liquide située sous la rétine.

Dans 99 % des cas, une déchirure de la rétine est responsable de l’entrée de liquide intraoculaire entre le neuroépithélium et l’épithélium pigmentaire. Néanmoins, certains facteurs peuvent augmenter le risque de décollement de rétine :
• La myopie : plus la myopie est important plus les risques d’un décollement de rétine sont nombreux. L’œil étant plus fin, il a plus de chance de subir une déchirure de la rétine.
• L’âge : les facteurs de risques augmentent après 40 ans.
• Un traumatisme oculaire : un choc important directement dans les yeux peut provoquer un décollement de la rétine.
• L’hypertension artérielle : la probabilité de décollement de rétine s’accroit à cause de la pression dans les vaisseaux rétiniens.
• Le diabète : l’excès de sucre peut endommager la rétine.

Le décollement de la rétine est soudain et indolore. Il ne concerne qu’un seul œil. Il se manifeste d’après les signes suivants :

• L’apparition d’un voile noir sur l’ensemble ou une partie du champ visuel de l’œil ;
• L’apparition dans le champ visuel d’un éclair lumineux, souvent bleuté et fixe, y compris lorsque les yeux sont fermés ;
• Des déformations de lignes droites qui deviennent courbées ;
• Une sensation de brouillard.

Le traitement du décollement de la rétine est uniquement chirurgical. L’opération consiste à créer des cicatrices adhérentes entre rétine et choroïde au moyen de photocoagulation au laser ou cryochirurgie. Une immobilisation pré et post opératoire est nécessaire.

La rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique une complication du diabète caractérisée par des lésions qui touchent les capillaires et veinules rétiniens. Elle apparaît après plusieurs années d’évolution du diabète.

À ses débuts et même en un stade avancé, la rétinopathie diabétique n’entraine aucun symptôme. Cette particularité donne une importance particulière au dépistage régulier. Au stade évolué, des complications graves peuvent apparaître :

• Un œdème maculaire qui fait baisser la vision centrale ;
• Une hémorragie intravitréenne ;
• Un décollement de rétine.

Au stade évolué, les traitements de la rétinopathie sont essentiellement ceux effectués au laser en plusieurs séances.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge

La DMLA est une affection des sujets de plus de 50 ans, atteignant la région centrale de la rétine (la macula) responsable de la vision fine. Les principaux facteurs de risque reconnus sont l’âge, l’hérédité et le tabac. Il existe deux formes de dégénérescence maculaire liée à l’âge :

• la DMLA atrophique ou sèche : Il n’existe actuellement aucun traitement capable d’arrêter son évolution bien que la recherche progresse dans ce domaine. Un traitement par compléments vitaminiques vise à ralentir l’évolution.
• la DMLA exsudative ou humide : les injections intravitréennes d’anti-VEGF représentent actuellement le traitement de référence.