La chirurgie de la cataracte consiste à remplacer le cristallin opacifié par un implant intraoculaire dans le but de rétablir une vision nette. En quoi consiste l’intervention ? Quels sont les différents types d’implants ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la cataracte et sa chirurgie.

Qu’est-ce que la cataracte ?

La cataracte est une pathologie de l’œil très fréquente. Elle touche plus d’une personne sur cinq, généralement à partir de 60 ans. La cataracte correspond à une perte de transparence du cristallin provoquant une baisse progressive de la vision. Cette opacification du cristallin est directement liée au vieillissement de la macula, zone centrale de la rétine. En effet, le processus normal de vieillissement peut causer le durcissement et l’opacification du cristallin.

La cataracte se traduit par les symptômes suivants :

  • Baisse de l’acuité visuelle ;
  • Réduction de la sensibilité aux contrastes ;
  • Symptômes visuels tels qu’une gêne face à la lumière vive ou l’apparition d’un voile.

Le diagnostic de la cataracte est arrêté par un ophtalmologue des suites d’un examen des opacités du cristallin à la lampe à fentes. Cet examen permet de définir le type de cataracte et son grade.

Il existe plusieurs types de cataractes :

  • La cataracte nucléaire : elle touche le centre du noyau du cristallin qui devient opaque. La cataracte nucléaire est la plus fréquente et apparaît entre 60 et 80 ans.
  • La cataracte capsulaire : elle atteint les personnes plus jeunes, le plus souvent entre 50 et 70 ans. Son évolution est beaucoup plus rapide que pour une cataracte nucléaire. Elle est due à une opacification sous la capsule postérieure ou antérieure du cristallin.
  • La cataracte corticale : elle se caractérise par des opacités qui se trouvent en périphérie et sont situées dans le cortex du cristallin. Elle peut se développer de manière lente à tous les âges.

Quelles sont les causes de la cataracte ?

La cataracte se produit naturellement avec l’âge. Elle est causée par une modification de la composition chimique du cristallin. D’autres causes peuvent expliquer le développement d’une cataracte. L’hérédité, ou des malformations congénitales peuvent être responsables de l’apparition d’une cataracte précoce. Aussi, la prise prolongée de corticoïdes, la consommation abusive de tabac et/ou d’alcool ainsi que l’exposition aux ultraviolets et aux infrarouges peuvent augmenter le risque de cataracte. Enfin, la myopie forte est une cause de cataracte précoce quelques fois dès l’âge de 50 ans.

Une cataracte non traitée peut avoir pour conséquences des complications telles que le glaucome par augmentation du volume du cristallin. C’est pourquoi il est essentiel d’effectuer un suivi ophtalmologique régulier afin d’apporter une réponse adaptée à cette pathologie.

Comment traiter la cataracte ?

Le diagnostic de la cataracte est effectué dans le but de prendre la mesure du retentissement exact de la cataracte sur la vision, et de s’assurer de l’absence d’une autre pathologie oculaire. L’ophtalmologue mesurera précisément les dimensions de l’œil et calculera également la puissance de l’implant cataracte qui devra être posé pour remplacer le cristallin dans le sac capsulaire situé dans la chambre postérieure de l’œil.

Systématiquement, un implant cataracte est posé au cours de la chirurgie. Pour la réalisation de ces implants, des matériaux souples sont utilisés. Ils sont à mémoire de forme, ce qui leur permet une injection par le biais d’une petite incision cornéenne. La plupart de ces implants possèdent des propriétés de transparence, de légèreté et de longévité et sont constitués de matériaux acryliques hydrophiles ou hydrophobes.

Aujourd’hui, l’implant pour cataracte a bénéficié de nombreuses innovations. Plusieurs gammes d’implants sont dotées de propriétés particulières leur conférant notamment une qualité optique comparable à celle d’un cristallin jeune et transparent. L’implant pour traiter la cataracte peut être monofocal, multifocal ou torique.

Les implants monofocaux

Ce type d’implants est le plus largement utilisé pour la chirurgie de la cataracte. L’implant cataracte monofocal permet de corriger la myopie ou l’hypermétropie. Pour un patient myope souffrant d’une cataracte, l’implant monofocal permettra de remplacer le cristallin opacifié ainsi que de retrouver une vision de loin parfaitement nette. Cependant, pour corriger son éventuelle presbytie, le patient devra recourir au port de lunettes de vue afin de voir de près et à des distances intermédiaires.

Les implants bifocaux

De plus en plus utilisé, l’implant multifocal (bifocal ou trifocal) confère un grand confort et permet le plus souvent de se passer de lunettes après l’opération. Contrairement à l’implant monofocal, l’implant cataracte bifocal rend possible la vision de loin, mais aussi la vision de près. Il permet de compenser la presbytie après l’opération afin de ne plus porter de lunettes pour voir de près et/ou en vision intermédiaire.

Les implants toriques

L’implant cataracte torique est utilisé dans le cas d’un astigmatisme cornéen prononcé. Ce type d’implant permet de corriger l’astigmatisme et réduire le besoin de lunettes en postopératoire. Il peut être monofocal ou multifocal à savoir bi focal torique ou tri focal torique. L’implant monofocal torique permet de corriger l’astigmatisme ainsi qu’un seul plan de vision tandis que l’implant multifocal torique sera employé pour corriger la vision sur plusieurs distances en même temps que l’astigmatisme.