Rapportés après une chirurgie réfractive par LASIK notamment, les halos lumineux peuvent être un effet indésirable de l’intervention. Généralement, ce phénomène est transitoire et ne concerne qu’une petite partie des patients ayant eu recours à une chirurgie réfractive. Dans quelles circonstances les halos lumineux apparaissent-ils ? Quels sont les facteurs aggravants ? Quel est le lien entre le LASIK et les halos lumineux ?

 

Qu’est-ce que les halos lumineux ?

Les halos lumineux correspondent à des auréoles plus ou moins étendues autour de lumières telles que les phares de voitures ou les éclairages citadins. Dans la majeure partie des cas, ces halos lumineux sont perçus à la tombée du jour, dans une pièce peu éclairée ou encore sur la route la nuit.

En vision nocturne, lorsque la luminosité est faible, la pupille irienne se dilate de manière spontanée afin de permettre l’entrée de la lumière et d’augmenter les capacités de vision. Dans cette situation, la pupille se dilate et les rayons lumineux qui traversent la pupille en périphérie sont moins bien réfractés. Résultat : ils contribuent à l’augmentation du taux d’aberrations optiques ainsi qu’à la dégradation de la qualité de l’image rapportée à la rétine.

La perception des halos lumineux peut également être influencée par la haute dynamique des scènes visuelles. Au quotidien, les scènes visuelles à haute dynamique sont celles où les lumières vives contrastent sur un environnement plus sombre. Il peut notamment s’agir des phares de voitures, des lampadaires ou des néons.

 

Chirurgie réfractive par LASIK : quelles sont les causes des halos lumineux ?

Les halos lumineux peuvent être la conséquence de deux anomalies optiques. Tout d’abord, il peut s’agir d’une réduction de la transparence des milieux oculaires. L’œdème de cornée et la cataracte sont notamment deux pathologies pouvant induire la présence d’halos lumineux. L’augmentation des aberrations optiques, en particulier des aberrations sphériques, constitue la seconde une cause d’halos lumineux.

Après une chirurgie cornéenne par LASIK, des halos lumineux peuvent apparaître. Cependant, ils ne touchent pas tous les patients. Il existe des facteurs de risques de halo lumineux après une chirurgie réfractive :

  • Le degré de correction : les halos lumineux sont plus fréquents au-delà de 5 dioptries de correction. Ce phénomène s’explique par le raccord entre la zone centrale traitée et la zone périphérique qui n’engendre pas d’augmentation majeure de la courbure de la cornée. La chirurgie réfractive de la myopie (LASIK ou PKR) augmente le taux d’aberrations sphériques positives. De ce fait, le risque de halos est important, notamment si le défaut visuel initiale du patient est prononcé. À contrario, la chirurgie cornéenne de l’hypermétropie peut augmenter le taux d’aberrations sphériques négatives, tout comme la présence d’une cataracte nucléaire.
  • Le type de correction : pour réduire le risque de halos lumineux nocturnes, des traitements asphériques, optimisés ou guidés par le front d’onde ont été mis au point. L’évolution des plateformes de traitement permettent actuellement de préserver le profil asphérique de la cornée et de délivrer le traitement laser sur de plus larges zones optiques qu’auparavant.
  • Le diamètre de la pupille : dans le cas où la pupille est plus large que le diamètre de la zone optique, il existe en théorie un risque accru de halos lumineux après une chirurgie réfractive. Lorsque la courbure de la cornée augmente de manière rapide entre la périphérie de la zone optique et la zone non traitée après une opération de la myopie au laser, l’apparition de symptômes visuels gênants tels que les halos lumineux peuvent apparaître au moment où la pupille se dilate. Cependant, avec les techniques de photoablation utilisées pour le LASIK moderne et les zones optiques supérieures ou égales à 6 mm, les différentes études n’ont pas montré de corrélations entre le risque de halos et le diamètre de la pupille en condition de faible éclairage.

De manière générale, les halos lumineux après une opération des yeux au laser sont temporaires et s’atténuent 1 à 3 mois après l’intervention. S’ils font état d’aberrations optiques, il pourra être nécessaire de planifier une autre intervention afin de soulager le patient.

 

Comment sont diagnostiqués les halos lumineux ?

Afin d’établir un diagnostic lié à l’apparition de halos lumineux, un examen aberrométrique sera nécessaire. L’examen par aberrométrie permet de caractériser l’origine optique des halos lumineux. Cet examen est par ailleurs indiqué toutes les fois on l’on cherche à déterminer la cause d’une réduction de la qualité optique de l’œil, qu’elle soit due à un dédoublement des images, aux halos lumineux autour des sources de lumière vive ou à l’absence de contrastes. Avant l’opération des yeux au laser, l’examen de la qualité optique de l’œil et du diamètre de la pupille par l’intermédiaire de l’aberromètre fera partie du bilan préopératoire, indispensable avant l’intervention.