Ces dernières décennies, de nombreuses études en lien avec les causes de la myopie ont vu le jour. Cet intérêt s’est accru des suites de l’augmentation de la fréquence de la myopie dans la population des pays industrialisés. En Asie, on parle aujourd’hui « d’épidémie de la myopie » tant le trouble est courant au sein de la population. C’est pourquoi il convient de se pencher sur les causes et les mécanismes liés à la myopie. Est-ce que la myopie est héréditaire ? Existe-t-il des facteurs environnementaux favorisant le développement de ce trouble de la vision ?

Quelles sont les causes de la myopie ?

La myopie est un trouble de la vision qui se caractérise par une vue correcte de près, mais floue de loin. Un œil myope est un œil trop long par rapport à la distance focale du cristallin. L’image observée se forme en avant de la rétine et apparaît donc floue.

Bien que la myopie puisse survenir à tout âge, elle débute le plus souvent pendant l’enfance ou à l’adolescence. Dans la plupart des cas, la myopie se stabilise au début de l’âge adulte. Cependant, il est possible qu’elle continue parfois de progresser en vieillissant.

La myopie est mesurée en dioptries et se décline en plusieurs niveaux, allant de -0,25 à -2,50 dioptries pour les myopies légères, de – 2,75 à -6 dioptries pour les myopies moyennes et de -6 dioptries et au-delà pour les myopies fortes.

La myopie est-elle héréditaire ?

La myopie est un trouble pouvant être influencé par le facteur de l’hérédité. En effet, le risque de développement d’une myopie est plus élevé si un des deux parents en est atteint. Selon une étude australienne, la présence de la myopie chez l’un des parents multiplierait par deux le risque pour la descendance d’être myope.

Les mécanismes liés à l’apparition et la progression de la myopie ont fait l’objet de nombreuses études, dont des études génétiques telles que l’analyse de liaison, l’authentification de gènes candidats, l’étude d’association pangénomique (GWAS) et le séquençage de nouvelle génération (NGS). Ces études ont identifié de nombreux loci, marqueurs génétiques sur un chromosome, associés à la myopie. 25 marqueurs génétiques ont été découverts par le biais d’analyses de liaison. Parmi eux, 22 marqueurs génétiques se trouvent sur des chromosomes non sexuels et 3 autres loci sur le chromosome X.

Quelles sont les autres explications de la myopie ?

Depuis la fin des années 90, certains facteurs liés au mode de vie ont été identifiés comme pouvant protéger de la myopie. En effet, le temps passé à pratiquer des activités de plein air dans l’enfance et l’adolescence aurait un effet protecteur sur ce trouble de la vision.

Aussi, en 2008, il a été démontré par une étude australienne un lien entre le développement de la myopie et la pratique occasionnelle d’activité plein air. Les enfants pratiquant peu d’activités extérieures sont en moyenne plus myopes que les enfants qui pratiquent une activité de plein air de manière plus régulière et prolongée. À contrario, les enfants pratiquants des activités sollicitant la vision de près, tels que la lecture, le visionnage sur tablette ou encore les jeux vidéo sur console portative, ont trois fois plus de chances d’être myopes.

En cause ? L’influence d’une baisse de l’ambiance lumineuse sur la progression de la myopie. La lumière extérieure qui pénètre à l’intérieur de l’œil agit sur les cellules qui fabriquent de la dopamine. Cette dopamine a un effet inhibiteur sur la croissance oculaire.

À la question « la myopie est-elle héréditaire ? », les études suggèrent en effet un lien de causalité entre le trouble et l’hérédité. La myopie est héréditaire dans de nombreux cas. Cependant, la génétique n’est pas le seul facteur en cause dans le développement de ce trouble de la vision. Les facteurs environnementaux peuvent également expliquer le phénomène. De nombreuses études ont également mis le doigt sur les variations ethniques dans l’apparition de la myopie : la population européenne est proportionnellement moins atteinte de myopie que celle du contient asiatique.