Et si, grâce au port de lentilles nocturnes, il était possible d’avoir une vision nette tout au long de la journée malgré une myopie ? Telle est la promesse formulée par l’orthokératologie pour adulte. Quel est le principe de cette technique de correction ? Qui peut bénéficier de ce traitement ? Indications, efficacité, limites… découvrez tous ce qu’il faut savoir sur l’orthokératologie pour adulte.

 

Qu’est-ce que l’orthokératologie ?

Pour corriger la myopie, plusieurs solutions sont possibles. Tout d’abord, le patient peut choisir entre le port de lentilles de contact ou le port de lunettes de vue, en fonction de ses préférences en terme d’esthétisme et de confort. Aussi, pour corriger son trouble de la vision de manière permanente, le patient peut recourir à une chirurgie réfractive, s’il remplit tous les critères. Enfin, une autre méthode permet de corriger la vue pendant son sommeil : l’orthokératologie.

L’orthokératologie est une technique réversible et non invasive où le port nocturne de lentilles rigides est utilisé pour compenser un défaut optique et obtenir une vision nette et sans correction la journée. Cette méthode permet d’induire une correction temporaire de la myopie, dont la durée couvre la journée suivante. La lentille possède un rayon de courbure calculé pour écraser le centre la cornée, afin de provoquer un remaniement de l’épithélium cornéen. Pour les myopies de 3 dioptries, il faudra attendre un délai de 2 semaines jusqu’à ce que le patient puisse voir tout au long de la journée sans ajout de correction.

 

Pour qui l’orthokératologie est-elle indiquée ?

L’orthokératologie peut être indiquée aux enfants à partir de 5 ou 6 ans pour ralentir le développement de la myopie et jusqu’à l’âge de 50 ou 60 ans chez l’adulte pour corriger la myopie en modifiant les courbures cornéennes par le port de lentilles rigides la nuit.

Les sportifs et les personnes travaillant dans un environnement où il est difficile de porter lunettes ou lentilles peuvent prétendre à l’orthokératologie pour adulte. Toutefois, le patient doit remplir certains critères pour bénéficier du traitement d’orthokératologie pour adulte :

  • Le patient ne doit pas faire état d’antécédents pathologiques ;
  • Le patient doit accepter de suivre un protocole de pose, de retrait et d’entretien des lentilles nocturnes ;
  • Le patient doit compléter plus de 6 heures de sommeil quotidiennement ;
  • Le diamètre pupillaire du patient ne doit pas être trop important ;
  • Le patient ne doit pas avoir d’allergies sévères.

Les lentilles de nuit sont des dispositifs médicaux devant faire l’objet d’une prescription médicale et d’un suivi régulier. Avant de commencer l’adaptation, le patient devra se conformer à une série d’examens réalisés chez un ophtalmologiste expérimenté et qualifié. Parmi eux, la topographie cornéenne sera nécessaire afin d’obtenir certaines  propriétés géométriques de la surface cornéenne comme sa courbure, son épaisseur ou encore son relief. Les lentilles nocturnes sont réalisées à partir des résultats du topographe cornéen. L’examen de la topographie cornéenne est à effectuer à chaque visite de contrôle afin de surveiller les changements cornéens.

 

Quelles sont les contre-indications à l’orthokératologie pour adulte ?

L’orthokératologie est contre-indiquée aux patients atteints de pathologies touchant la surface de la cornée telles que les dystrophies cornéennes et le kératocône. En cas d’insuffisance lacrymale, les lentilles de nuit peuvent être tentées mais le confort ne peut être assuré.

 

Quelles sont les limites de l’orthokératologie ?

Globalement, les résultats attendus sont ceux d’une vision nette et stable pendant près de 16 heures. Cependant, la correction par orthokératologie peut être problématique en vision nocturne, soit 16 heures après le port des lentilles rigides la nuit précédente. L’effet de l’orthokératologie est limité aux myopies faibles, de moins de 3 dioptries. Aussi, elle ne corrige pas, ou de manière imprédictible l’astigmatisme.

Dès lors que le traitement est arrêté la cornée reprend sa forme initiale au bout de 24 à 48 heures et la vision se dégrade. Il est donc nécessaire de porter ses lentilles nocturnes chaque nuit afin de garder une bonne qualité de vision. Le port de lentilles nocturnes à des fins de remodelage superficiel de la cornée nécessite une hygiène irréprochable ainsi que des cycles du sommeil régulier.

Bien qu’elles ne soient pas gênantes, les lentilles nocturnes peuvent toutefois se déplacer et perturber la vision du lendemain. Aussi, les lentilles nocturnes peuvent induire des halos nocturnes chez les personnes à larges pupilles.

Comme pour la plupart des lentilles de contact, le risque premier des lentilles nocturnes réside dans leur potentiel infectieux. Ces infections sont principalement dues à une utilisation et à un entretien inadaptés des lentilles.

 

L’orthokératologie est-elle une alternative à la chirurgie réfractive ?

La chirurgie réfractive (LASIK ou PKR) consiste à remodeler la cornée de manière définitive à l’aide d’un laser. Réalisée sous anesthésie locale, l’opération des yeux au laser peut traiter les différents troubles de la vision tels que la myopie, l’hypermétropie, la presbytie et l’astigmatisme.

Présenter l’orthokératologie comme une réelle alternative à la chirurgie réfractive est source de nombreux débats. Tout d’abord, de part ces risques d’infections et ses contraintes, le traitement par orthokératologie pour adulte peut accumuler un certain nombre de désavantages par rapport à la chirurgie réfractive. Parmi eux, la possibilité de développer un kératocône. Le kératocône correspond à une déformation de la cornée qui s’amincit progressivement et perd sa forme sphérique pour adopter une forme de cône irrégulier. Dans de nombreux cas de kératocônes, les frottements oculaires répétés de la cornée sont l’un des facteurs majeurs du développement de la pathologie. Les lentilles nocturnes peuvent être une source de stress mécanique chronique des cornées et exercer une action déformante du dôme cornéen.

L’orthokératologie ne représente pas réellement une technique avantageuse pour la plupart des myopes, notamment pour les myopies supérieures à 3 dioptries qui ne peuvent pas bénéficier du traitement. Cette méthode peut être intéressante pour les myopies non stabilisées de l’adolescent et du jeune adulte et pour ralentir le développement de la myopie faible chez les jeunes sujets. Le port de lunettes de vue, de lentilles souples et la chirurgie réfractive demeurent à ce jour les trois méthodes de correction les plus sûres et les plus efficaces.