Le glaucome est une maladie chronique de l’œil qui, en l’absence de traitement, peut aboutir à la perte totale de la vision. Plus précisément, le glaucome est caractérisé par une dégénérescence du nerf optique causant progressivement une réduction irrémédiable du champ visuel. Afin de prévenir son apparition, les personnes ayant un risque plus élevé doivent être surveillées régulièrement par leur ophtalmologue. Découvrez quels signes du glaucome doivent être pris au sérieux et quand consulter un médecin en urgence.

 

Qu’est-ce qu’un glaucome ?

 

Le glaucome touche 1 à 2 % de la population de plus de 40 ans et environ 10 % après 70 ans. Cette maladie chronique de l’œil est le plus souvent causée par une pression trop importante à l’intérieur de l’œil, ou hypertonie oculaire.

 

Le glaucome est généralement diagnostiqué à un stade très avancé, au moment où la vision est déjà altérée. C’est pourquoi, il est indispensable de savoir reconnaître les signes d’un glaucome afin de se faire prendre en charge rapidement.

 

Quels sont les symptômes d’un glaucome ?

 

Il existe deux types de glaucome : le glaucome aigu, ou glaucome à angle fermé, et le glaucome chronique, ou glaucome à angle ouvert. Les premiers signes d’un glaucome dépendent de son type :

  • Dans le cas d’un glaucome à angle ouvert : cette forme de glaucome est la plus fréquente. Elle atteint habituellement les deux yeux. Le signe précurseur du glaucome à angle ouvert est la hausse graduelle de la pression à l’intérieur de l’œil. L’altération de la vue est alors lente et indolore, presque imperceptible dans les débuts.

 

  • Dans le cas d’un glaucome à angle fermé : cette forme de glaucome est plus rare. Elle est caractérisée par la fermeture de l’angle irido-cornéen empêchant la sortie de l’humeur aqueuse à travers le trabéculum. Le trabéculum se situe au niveau de l’angle irido cornéen et constitue la principale voie de drainage de l’humeur aqueuse. Lorsque l’humeur aqueuse ne peut plus s’évacuer par le trabéculum, la pression intraoculaire augmente, causant des dommages irrémédiables sur le nerf optique. Les signes du glaucome à angle fermé se manifestent généralement brutalement. Les symptômes peuvent inclure une vision floue, une douleur aux yeux, une perte soudaine de la vue d’un œil, des maux de tête, ou encore des nausées et des vomissements.

 

Quels sont les facteurs de risque du glaucome ?

 

Connaître les facteurs de risque du glaucome permet de prendre au sérieux les premiers signes du glaucome. Si vous avez plus de 45 ans, qu’un membre de votre famille présente un glaucome, que vous êtes myope ou que vous souffrez de diabète de type 2, vous êtes susceptible de présenter un glaucome.

 

Pour écarter tout risque de complications, il est recommandé de consulter un médecin ophtalmologiste régulièrement. Si vous ressentez une douleur importante à l’œil et qu’en même temps la vision baisse rapidement, il s’agit certainement d’un signe du glaucome. Dans ce cas, consultez d’urgence un ophtalmologue.

 

Comment traiter un glaucome ?

 

Le glaucome est dépisté au terme de plusieurs examens : le test de tonométrie, la mesure de l’épaisseur de la cornée, l’examen de l’angle irido-cornéen par gonioscopie, ou encore l’examen du nerf optique par le fond d’œil. Ces examens sont généralement complétés par une tomographie en cohérence optique (OCT) de la tête du nerf optique et des cellules ganglionnaires maculaires.

 

Le traitement du glaucome consiste principalement à réduire la production de l’humeur aqueuse et à augmenter son élimination par un traitement médicamenteux. Dans certains cas, une trabéculoplastie par laser ou chirurgie peut être nécessaire. La trabéculoplastie est un traitement proposé aux patients atteints de glaucome chronique à angle ouvert qui consiste à élargir l’angle irido-cornéen dans le but de ralentir le développement de la maladie et de préserver le plus longtemps possible la vision.