À propos de admin

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent admin a créé 78 entrées de blog.
22 12, 2020

Tout savoir sur le filtre écran

Les écrans sont omniprésents dans la vie des individus. Tablette, ordinateur, téléphone intelligent, téléviseur… chaque jour, on passe des heures devant ses différents écrans, pour le plus grand malheur de la santé des yeux. Toutefois plusieurs solutions existent pour protéger ses yeux des lumières bleues, responsables de nombreux dommages. Parmi elles, le filtre-écran. Comment fonctionne le filtre-écran ? Découvrez son action contre la lumière bleue.

 

Qu’est-ce que la lumière bleue ?

La lumière bleue fait partie de la lumière blanche du spectre. Elle est présente dans la lumière naturelle du soleil ainsi que dans les éclairages artificiels, fluorescents et LED. Les écrans LED font partie intégrante du quotidien de bon nombre de personnes. TV, tablettes, téléphones intelligents et ordinateurs, la lumière bleue est partout.

Quels sont les dangers de la lumière bleue ?

Lorsqu’elle n’est pas bloquée par un filtre-écran, la lumière bleue présente des dangers sur le court, le moyen et le long terme.

  • À court terme, s’exposer à ce type de lumière peut provoquer de la sécheresse oculaire et de la fatigue visuelle chronique. La fatigue visuelle se caractérise par une vision trouble, une difficulté d’accommodation, des irritations oculaires, des maux de tête et des douleurs au niveau de la nuque et du dos.
  • À moyen terme, la lumière bleue crée des troubles de l’humeur et du sommeil. En journée, le soleil émet une lumière bleue permettant de réguler notre rythme circadien. La nuit, faute de lumière bleue, le corps sécrète de la mélatonine, hormone indispensable pour trouver le sommeil. Lorsqu’un individu s’expose à la lumière bleue artificielle, le rythme circadien est perturbé.
  • À long terme, l’exposition à la lumière bleue augmente le risque de dépression, de glaucome et de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). En effet, l’exposition excessive à la lumière bleue endommage les cellules photosensibles de la rétine et entraine une détérioration de la macula, pouvant mener jusqu’à la cécité. C’est pourquoi il est indispensable de disposer d’un filtre-écran sur tous vos écrans LED.

 

Comment filtrer les lumières bleues

Plusieurs solutions s’offrent à vous afin de protéger vos yeux des lumières bleues. Il peut s’agir de lunettes équipées de verres anti lumière bleue, de filtre-écran à apposer sur vos écrans d’ordinateurs, de téléphones ou de tablettes, ou d’options directement disponibles dans vos appareils. Quelle solution est la meilleure ?

Le filtre écran anti-lumière bleue

Le filtre écran anti-lumière bleue prend la forme d’un filtre physique ressemblant à une vitre de protection que l’on colle sur l’écran. Il en existe pour l’ordinateur, pour les smartphones et pour les tablettes.

Le filtre anti-lumière bleue bloque les longueurs d’ondes courtes et de haute intensité tout en permettant le passage d’ondes longues et de faible intensité. Cette technologie est donc efficace pour éliminer 100% de la lumière bleue. Le filtre-écran adhésif se place facilement et permet de bénéficier d’une solution durable à moindre coût.

Les lunettes anti lumière bleue

De plus en plus populaires, les lunettes anti-lumière bleue sont équipées de verres filtrants. Ces verres peuvent apporter une correction tout en recevant un traitement spécial réfléchissant une partie des ondes bleu-violet afin qu’elles ne pénètrent pas dans l’œil.

Bien que très efficaces en complément, les lunettes anti lumière bleue ne filtrent pas toutes les longueurs d’ondes problématiques, contrairement au filtre-écran que l’on colle sur l’appareil.

Les filtres anti lumière bleue de vos appareils

Certains de vos appareils sont équipés de fonctionnalités permettant de limiter la lumière bleue émise par l’écran. Cette alternative propose d’ajuster la couleur du fond et du texte. Généralement votre écran affichera une teinte jaunâtre et le contraste de l’écran sera un peu réduit. Ne filtrant pas 100% de la lumière bleue, ce type de filtre-écran doit être utilisé en complément d’autres mesures pour préserver votre santé oculaire.

Si vous passez plusieurs heures par jour devant un écran, il est recommandé de les équiper d’un filtre-écran. Toutes ces mesures peuvent s’additionner et être prises en complément de visites de contrôles régulières chez votre ophtalmologue.

21 12, 2020

Test : Souffrez-vous de strabisme ?

Le strabisme désigne le défaut de parallélisme entre les deux yeux. Le terme strabisme vient du mot grec « strabismos » signifiant loucher. Lorsqu’ils ne sont pas victimes de strabisme, les yeux sont capables d’effectuer des mouvements oculaires de manière parfaitement coordonnés.

 

Quels sont les différents types de strabisme ?

Le strabisme peut conduire à une dégradation de la vision et à une incapacité des yeux à observer correctement les objets en trois dimensions. Pour régler ce défaut de parallélisme, le cerveau ignore naturellement les informations reçues par l’œil atteint de déviation. De ce fait, le champ de vision est réduit et la vision binoculaire est affectée. Sur le long terme, le patient peut développer une amblyopie. L’amblyopie désigne une diminution de l’acuité visuelle due à un œil moins actif que l’autre. Le strabisme figure parmi les principales causes d’amblyopie. Sans test de strabisme et sans prise en charge adaptée, la perte d’acuité visuelle peut être totale et définitive.

Le strabisme peut toucher un patient de plusieurs façons et selon plusieurs niveaux de gravité :

  • Ésotropie ou strabisme convergent : lorsqu’un œil est dévié vers l’intérieur.
  • Exotropie ou strabisme divergent : lorsqu’un œil est dévié vers l’extérieur.
  • Hypertropie : lorsque l’œil est dévié vers le haut.
  • Hypotropie : lorsque l’œil est dévié vers le bas.

Lorsque le défaut de parallélisme est mineur, voire imperceptible, on parle alors de « phorie ». Dans ce cas, le cerveau est dans la capacité de corriger facilement l’anomalie afin d’assurer un alignement apparent des yeux et de permettre la fusion des images transmises par les deux yeux. On parlera de « tropie » lorsqu’une déviation est visible et constante.

 

Comment effectuer un test de strabisme ?

La plupart du temps, le mauvais alignement des yeux est évident et facile à reconnaître. Toutefois, il arrive que ce défaut de parallélisme soit imperceptible et qu’il doive faire l’objet d’un test de strabisme pour être dépisté.

Pour effectuer un test de strabisme à la maison, il est nécessaire de compléter un certain nombre d’étapes :

  • Sur une feuille, dessinez deux ronds d’égal diamètre et sur la même ligne horizontale. Ces deux ronds doivent être séparés de quelques centimètres l’un de l’autre.
  • Placez la feuille à 30 centimètres de distance du regard.
  • Munissez-vous un crayon et placez-le devant vous de sorte à le voir au milieu des deux ronds dessinés sur la feuille.
  • Fixez la pointe du crayon. Si vous ne souffrez pas de strabisme, vous devez voir apparaître un troisième cercle au milieu des deux autres.
  • Si vous n’observez pas de cercle au milieu des deux autres, il est possible que vous soyez atteint d’un strabisme léger.

Pour dépister un strabisme de manière plus précise, il est indispensable de prendre rendez-vous avec un ophtalmologue. L’ophtalmologue est le seul à pouvoir dépister le strabisme de manière rapide et non invasive à l’aide d’un test de strabisme nommé « test de Hirschberg ».

Qu’est-ce que le test de Hirschberg ?

Le test de Hirschberg est un test de strabisme couramment pratiqué par les ophtalmologues dans le cadre d’un examen de la vue de routine. Ce test de strabisme s’effectue de la manière suivante :

  • L’ophtalmologue demande au patient de se concentrer tout droit sur une cible, en projetant une lumière dans les yeux.
  • Chez les personnes ayant les deux yeux bien positionnés, la lumière va se refléter à partir du milieu de la cornée, juste au-dessus de la pupille.
    Si la lumière ne suit pas le même schéma pour l’un des deux yeux, cela signifie que les yeux du patient ne sont pas tout à fait alignés.

 

Comment se développe le strabisme ?

Le strabisme peut être présent dès la naissance ou se développer qu’après quelques semaines ou quelques mois. Dans des cas bien plus rares, ce défaut de parallélisme peut apparaître plus tard est être causé par un problème musculaire ou nerveux, ou être dû à un traumatisme. Chez les enfants entre trois et six ans, un strabisme convergent peut naitre lorsqu’ils sont hypermétropes et ont besoin de lunettes.

Enfin, un strabisme peut apparaître des suites d’une affection grave de l’œil ou du système nerveux. Il peut notamment s’agir d’un rétinoblastome, tumeur cancéreuse de la rétine touchant essentiellement les nourrissons et les enfants de moins de 3 ans. Rare, cette cause doit être prise en charge rapidement et nécessitera un traitement visant à corriger l’alignement des yeux.

 

Comment dépister le strabisme chez un bébé ?

Le strabisme touche environ 5 % des enfants, et autant les filles que les garçons. Tout comme pour l’adulte, le strabisme chez le bébé peut prendre la forme d’un œil qui dévie en permanence, ou d’un œil qui dévie de façon intermittente.

Lorsque l’œil dévie en permanence, le diagnostic pourra facilement être effectué par un pédiatre, sans avoir recours à un test de strabisme particulier. L’enfant devra tout de même être dirigé vers un ophtalmologue pour un suivi plus pointu et un traitement adapté.

Le strabisme intermittent se détecte de manière moins évidente. Le dépistage du défaut de parallélisme devra faire l’objet d’une visite chez l’ophtalmologue pour effectuer un test de strabisme.

 

Comment soigner le strabisme naturellement ?

Une fois le strabisme constaté par l’ophtalmologiste, il sera nécessaire de prendre rendez-vous avec un orthoptiste afin d’effectuer des exercices de rééducation. En supplément, l’ophtalmologue pourra prescrire le port de lunettes de vue. Si les mesures prises ne sont pas suffisantes, une chirurgie pourra être envisagée, au cas par cas.

15 12, 2020

Herpes oculaire : qu’est ce que c’est ?

Aussi connu son le nom d’herpès ophtalmique, l’herpès oculaire est la première cause des cas de cécité d’origine infectieuse. Découvrez quels sont les symptômes de cette pathologie et comment la traiter pour éviter les complications.

 

Qu’est-ce que l’herpès oculaire ?

L’herpès est une infection d’origine virale pouvant toucher plusieurs zones du corps, dont les yeux. La plupart du temps, l’herpès oculaire est dû au virus Herpès simplex de type 1, le même que pour l’herpès labial. Toutefois, il est aussi possible de contaminer ses yeux par le virus Herpesèsimplex de type 2, le virus de l’herpès génital.

L’herpès oculaire se transmet par auto contamination par le biais d’un contact avec une zone porteuse du virus. Si un sujet se touche l’œil après avoir touché une zone herpétique, un herpès oculaire peut s’y développer. C’est pourquoi il est indispensable de maintenir une hygiène des mains irréprochable et de ne jamais changer ses lentilles de contact sans avoir correctement lavé ses mains.

 

Quels sont les symptômes de l’herpès oculaire ?

L’herpès oculaire se manifeste généralement que de manière unilatérale. Parmi les signes principaux de cette pathologie, on retrouve :

  • La présence de vésicules de quelques millimètres regroupées sur tout le pourtour de l’œil, incluant le coin interne de l’œil et les paupières ;
  • Le développement de rougeurs de type conjonctival ;
  • Des larmoiements ;
  • Une sécheresse oculaire ;
  • Des sensations de picotements au niveau de la partie de l’œil infectée ;
  • Une sensation de grains de sable.

D’autres symptômes peuvent alarmer sur l’état avancé de l’herpès oculaire :

  • Une diminution de l’acuité visuelle ;
  • Une photophobie ;
  • La pupille en myosis ;
  • Des rougeurs de type congestion ciliaire.

Herpès oculaire : quand consulter ?

Au début, l’herpès oculaire peut être confondu avec la conjonctivite aigüe. L’œil fait état de larmoiements, la paupière est gonflée et l’individu ressent une sensation de grain de sable. Même à ce stade, il est fortement recommandé de consulter rapidement un ophtalmologue afin d’éviter le développement de complications. Seul un ophtalmologue sera en mesure de poser un diagnostic sur un éventuel herpès oculaire. Pour diagnostiquer un herpès oculaire, l’ophtalmologue utilise une lampe à fente. La lampe à fente est un microscope binoculaire permettant d’examiner dans le détail les différents éléments du segment antérieur de l’œil. L’instillation de colorant dans l’œil permettra de révéler les zones endommagées de la cornée.

 

Quelles sont les conséquences de l’herpès oculaire ?

Si elle est diagnostiquée tôt, cette infection se soigne assez facilement. Quand il n’est pas traité rapidement, l’herpès oculaire peut présenter des complications, pouvant être très grave pour la santé des yeux. La principale complication est la kératite herpétique.

Qu’est-ce que la kératite herpétique ?

La kératite herpétique est une infection de la cornée causée par l’évolution d’un herpès oculaire. Il existe plusieurs types de kératites herpétiques :

  • La kératite herpétique épithéliale : la kératite herpétique épithéliale n’affecte jusque-là que la couche supérieure de la cornée, épithélium.
  • La kératite stromale immune : ce type correspond à une réaction inflammatoire des couches les plus profondes de la cornée. La kératite stromale immune peut apparaître après un épisode d’infection herpétique active.
  • La kératite stromale nécrosante : ce type de kératite est le type le plus grave. La kératite stromale nécrosante est provoquée par une réactivation et une invasion directe du virus dans la cornée, détruisant le tissu cornéen et provoquant une réaction inflammatoire.

Comment traiter l’herpès oculaire ?

Lorsqu’il est pris à temps par un ophtalmologue, l’herpès oculaire pourra être traité facilement. Un simple traitement local pourra être administré. Un traitement antiviral pourra également réduire la réplication virale, contrôler l’inflammation et éviter les risques de complications. L’aciclovir est le traitement le plus courant de l’herpès oculaire. Cet antiviral se présente sous la forme d’une pommade ophtalmologique à appliquer 5 fois par jour pendant une dizaine de jours. Des larmes artificielles ou des lubrifiants oculaires pourront être proposés au patient pour soulager l’inconfort dû à l’herpès oculaire.

S’il est pris en charge en retard, l’herpès oculaire peut conduire à une souffrance du nerf optique en cas d’augmentation de la pression intra-oculaire. Cela peut également entrainer des séquelles sur la cornée, l’iris, ou le cristallin, pouvant aller jusqu’à l’altération de la qualité visuelle.

Il est formellement déconseillé de pratiquer l’automédication. L’installation de collyre contenant des corticoïdes peut entraîner une flambée de l’infection et accélérer l’extension de l’ulcération.

 

Herpès oculaire : contagiosité et récidive

L’herpès oculaire est une affection qui reste à vie dans l’organisme, à l’état latent. Généralement, un patient qui sait qu’il est porteur du virus de l’herpès simplex est invité à consulter à la moindre douleur ou irritation. Restez attentif au moindre symptôme en cas d’antécédents. Un examen à la lampe à fente permettra de faire la différence entre une récidive, une complication de l’herpès oculaire, et une autre maladie.

L’herpès est un virus à contaminations manuportées. Pour prévenir la transmission, soyez extrêmement rigoureux avec l’hygiène des mains pour ne pas contaminer vos lentilles de contact ou votre œil. Dans l’idéal, ne portez pas de lentilles de contact si vous avez un herpès oculaire actif.

15 12, 2020

5 exercices pour reposer vos yeux

Sollicités en permanence par les écrans, les rayons UV ou encore la pollution, les yeux peuvent éprouver de la fatigue. Pour les soulager, plusieurs exercices existent. Découvrez 5 exercices pour reposer vos yeux et éviter la fatigue visuelle.

Comment reconnaître la fatigue visuelle ?

À tout âge, vos yeux peuvent être victimes de fatigue visuelle. Cette fatigue est bien souvent le résultat d’une sur sollicitation des yeux. Généralement, elle se caractérise par les symptômes suivants :

  • des picotements ;
  • des démangeaisons ;
  • une sensation de brûlure ;
  • une vision trouble ;
  • une baisse de l’acuité visuelle et une altération du champ visuel ;
  • une sensation d’éblouissement.

Ces symptômes de la fatigue visuelle peuvent s’accompagner de douleurs à l’arrière des yeux et de céphalées localisées au niveau du front et de la ligne des sourcils. Enfin, les yeux fatigués peuvent également faire état de sécheresse oculaire, notamment chez les sujets âgés de plus de 60%.

Quelles sont les causes de la fatigue

La fatigue visuelle peut être le résultat de plusieurs facteurs. Le facteur le plus fréquent est l’exposition prolongée aux écrans, qu’il s’agisse de l’ordinateur, du smartphone ou de la tablette. Toutefois, la fatigue visuelle n’est pas toujours liée aux écrans. Lorsque la vision est sollicitée par des efforts d’accommodation au travail, durant les activités quotidiennes ou les loisirs, les yeux se fatiguent. Conduire un véhicule de longues heures, être soumis à un éclairage excessif ou encore lire au soleil sans lunettes de soleil, sont autant d’activités qui peuvent accentuer la fatigue visuelle. Enfin, dans beaucoup de cas, la fatigue des yeux peut être causée par un trouble visuel pas ou mal corrigé ainsi que par la présence de maladies telles que la cataracte ou la conjonctivite.

Quel exercices pour reposer les yeux effectuer ?

En complément d’une bonne hygiène de vie et d’un suivi régulier avec votre ophtalmologue, les exercices suivant peuvent vous aider à atténuer la fatigue visuelle.

Mettre ses paumes de main sur les yeux

Le palming, qui consiste à mettre ses paumes sur les yeux, est un exercice pour reposer les yeux très efficace. Simple et rapide à réaliser, la méthode du palming permet de relaxer ses yeux et d’atténuer sa fatigue visuelle.

Pour effectuer cette technique, procédez selon les étapes suivantes :

• Asseyez-vous sur une chaise et devant une table, de manière confortable.
• Frottez-vous les mains l’une contre l’autre pendant environs 15 secondes.
• Placez vos coudes sur la table et les paumes réchauffées sur les yeux, de façon à les recouvrir délicatement sans effectuer de pression.
• Veillez à ce que les paumes de mains protègent les yeux de la lumière afin de parfaitement les mettre au repos.

Selon votre niveau de fatigue visuelle, cet exercice pour reposer les yeux peut être réalisé pendant 2 à 5 minutes.

Faire des pauses

Au cours de la journée, notamment si vous travaillez sur un écran, il est indispensable de s’accorder des pauses. Ces pauses n’ont pas besoin d’être particulièrement longues pour être efficaces. Une fois toutes les demies heures, déviez les yeux de votre écran pendant 5 minutes. Regardez au loin ou fermez les yeux. N’attendez pas d’avoir des symptômes de fatigue visuelle pour faire cet exercice pour reposer les yeux.

Cligner des yeux

Cligner des yeux régulièrement permet d’hydrater la cornée et de relaxer ses yeux. Cet exercice pour reposer les yeux est le plus facile à réaliser. Toutes les heures, faites 2 à 3 série de 20 clignements afin de mieux répartir le film lacrymal à la surface de la cornée. À la fin de chaque série, gardez les yeux fermés quelques secondes pour une meilleure relaxation.

L’exercice du stylo

Cet exercice pour reposer les yeux consiste à un prendre un stylo à la main et à le déplacer lentement de droite à gauche et de gauche à droite, sur une ligne imaginaire à l’horizontal en face de soi. En effectuant ses mouvements, les yeux gagnent en souplesse et en synchronisme.

Écrire l’alphabet avec les yeux

Tout comme l’exercice pour reposer les yeux avec le stylo, l’exercice de l’alphabet permet de faire travailler ses yeux pour les détendre. Confortablement installé, la tête droite et immobile, regardez l’horizon. Lentement, écrivez de manière imaginaire l’alphabet avec les yeux, sans bouger la tête. Effectuez des pauses entre certaines lettres, si nécessaire.

27 11, 2020

[MEDIA] Larmes, sourcils, clignements : A quoi ça sert ?

Larmes, sourcils, clignements : A quoi ça sert ?

Le Docteur Damien Gatinel, chirurgien ophtalmologue à l’Institut Laser Vision et Chef de service à l’Hôpital Fondation Rothschild, vous dit tout dans l’émission « Minute papillon » sur France Bleu.

Pour entendre son intervention, cliquez ici !

Nous clignons entre 10 et 15 mille fois par jour, ce clignement est essentiel pour nos yeux. Il est impossible de ne jamais cligner des yeux. Un nombre de clignement trop faible ou de mauvaise qualité, par exemple trop bref, entraîne une sécheresse oculaire plus ou moins prononcée. Nous clignons des yeux pour chasser des éventuelles poussière et pour étaler le signe lacrymal à la surface des yeux.

Concernant les cils, ils situés au-dessus et en-dessous des yeux et repoussent sur des cycles de 2 mois, nous avons ainsi des cils tout au long de notre vie ! Ils servent à protéger nos yeux des poussières et des rayons de soleil contenant des Ultra-Violets (UV) nocifs pour nos yeux.

Les sourcils sont préposés à un rôle esthétique mais pas uniquement. Ils protègent les yeux de la sueur issue du front.

Enfin, le rôle des yeux est essentiel pour percevoir notre environnement, ses détails et ses couleurs. Les vaisseaux lumineux passent à travers la cornée et se reflètent sur nos rétines, capteurs de l’image, elle transmet les informations aux airs du cerveau responsable de la vision via les nerfs optiques.

14 11, 2020

Vacances au ski : protégez vos yeux !

Profiter d’une belle journée ensoleillée au ski est ô combien agréable. Cependant, cela n’est pas sans risque. En montagne, au ski, de nombreux facteurs peuvent nuire à la santé de vos yeux. Quelles sont les raisons pour lesquelles il est essentiel de protéger ses yeux au ski ? Découvrez comment faire pour mettre ses yeux à l’abri du danger à la neige.

Pourquoi protéger ses yeux au ski ?

Au ski, les rayons UV et une forte luminosité peuvent s’avérer extrêmement dangereux pour les yeux. En effet, lors de vacances à la montagne, les rayons du soleil n’épargnent pas votre vue. Tous les 1000 mètres d’altitudes, la proportion des rayons UV augmente de 10%. Si vous profitez d’un séjour à la montagne à 2500 mètres d’altitude, vous êtes donc exposé à 25% d’UV en plus qu’en plaine.

Amplifiés par la réverbération sur la neige, les rayons UV sont d’autant plus agressifs. On estime que la neige réfléchit 85% de ces rayons. Même par temps nuageux, les UV ne sont pas sans effets néfastes sur vos yeux.

Quels sont les effets des UV sur les yeux ?

D’une part, la forte lumière sur les pistes peut altérer la vision. Sous les nuages, cet éblouissement peut s’avérer dangereux, notamment si vous dévalez les pistes. D’autre part, au-delà de la lumière qu’il émet, le rayonnement solaire présente un autre danger, celui des rayons UV.

30 minutes d’exposition aux rayons UV au ski peuvent suffire à provoquer une ophtalmie des neiges. L’ophtalmie des neiges fait référence à une sorte de coup de soleil de l’œil. Aussi appelée « cécité des neiges », elle correspond à une brûlure de la surface de l’œil. Les symptômes associés à cette pathologie sont les suivants :

  • une sensation de brûlure superficielle ;
  • une forte douleur dans les yeux ;
  • des irritations ;
  • un larmoiement chronique ;
  • une sensibilité accrue à la lumière.

Sur le long terme, une exposition trop important aux rayons UV peut être à l’origine de la cataracte et favoriser une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie dégénérative de la rétine. Les rayons UV peuvent également avoir un effet néfaste sur la cornée et provoquer des inflammations comme une kératite.

Comment protéger vos yeux pendant des vacances au ski ?

Plusieurs études ont démontré un lien entre des expositions cumulatives non protégées et le développement de pathologies oculaires. Au même titre que l’on protège sa peau et son capital soleil, il est donc indispensable de mettre ses yeux à l’abri. Avant de profiter des sports d’hiver, il vous faudra choisir entre porter des lunettes de soleil ou un masque de ski. Les deux dispositifs peuvent être portés en alternance, suivant l’activité effectuée.

Quels sont les atouts du masque de ski ?

Au ski, le masque assure un meilleur confort. Il offre une vision optimale de la piste et assure également une excellente protection contre les UV. Cependant, pour bien choisir votre masque de ski, plusieurs critères sont à vérifier :

  • La norme européenne : la norme NF EN 174 s’applique aux masques utilisés pour la protection oculaire pendant le ski et les activités similaires. Cette norme garantit une protection contre 100% des rayons UV.
  • L’indice de protection : tout comme les verres solaires, les masques de ski sont classés en 4 catégories. La catégorie à choisir dépend de la quantité de lumière à filtrer. Tandis que la catégorie 1 sera idéale pour la pratique du ski sous une très faible luminosité (brouillard ou neige), la catégorie 4 sera indispensable pour dévaler les pistes sous un soleil radieux. Vous pouvez aussi vous diriger vers des verres photochromiques, capables de passer d’une catégorie 2 à une catégorie 4 en l’espace de quelques secondes.
  • Le confort : pour vous assurer le meilleur confort, choisissez une monture adaptée à votre visage. Aussi, pour éviter les accidents et garder une excellente vision, choisissez un masque avec un traitement anti buée.

Comment choisir ses lunettes de soleil pour le ski ?

Tout comme le masque de ski, les lunettes de soleil pour la haute montagne doivent être adaptées aux conditions d’ensoleillement. Particulièrement appréciées pour se promener ou pour déjeuner aux pieds des pistes, les lunettes de soleil doivent être aux normes européennes et posséder le bon indice de protection, conforme à l’intensité lumineuse à laquelle vos yeux sont exposés. Enfin, pour bien protéger les yeux sous tous les angles, choisissez une monture bien enveloppante.

11 11, 2020

Comment calculer la dioptrie d’une lentille ?

La dioptrie fait partie des indicateurs précieux pour aider les ophtalmologues à identifier les éventuels troubles visuels dont un patient peut souffrir. Elle est une donnée indispensable dans la prescription de lentilles ou de verres correcteurs. Comment l’ophtalmologue s’y prend-il pour calculer la dioptrie d’une lentille ?

Qu’est-ce qu’une dioptrie ?

La dioptrie est une unité de vergence qui permet de quantifier l’importance d’un défaut optique. Représentée par le symbole D, elle s’applique aussi bien à la myopie qu’à l’hypermétropie et à l’astigmatisme. Les dioptries représentent la puissance d’une lentille nécessaire pour faire converger une image sur la rétine.

Pour calculer la dioptrie, l’ophtalmologue utilise la formule de vergence permettant de calculer la position où se forme l’image d’un objet après réfraction de la lumière par un système optique. Le système optique peut désigner une lentille mince ou le duo cornée et cristallin. La vergence, exprimée en dioptries, est égale à l’inverse de la distance focale (distance nécessaire pour voir un objet de manière nette) mesurée en mètres.

Si un myope voit un objet net à 50 cm, sa dioptrie sera de -2D. Si la distance pour voir cet objet parfaitement et sans effort passe à 25cm, la dioptrie du myope sera de -4D. Un œil myope qui est corrigé par un verre correcteur de -0,5D voit net et sans correction un objet situé au maximum à 2 mètres.

Pourquoi calculer la dioptrie ?

Calculer la dioptrie est indispensable pour déterminer la correction nécessaire pour compenser le défaut optique d’un patient. Le niveau du défaut visuel est calculé en fonction de la dioptrie. Par exemple, pour un myope :

  • -0.25 à -2.00 dioptries correspondent à une petite ou faible myopie ;
  • -2.25 et -6.00 dioptries correspondent à une myopie moyenne ;
  • -6.00 dioptries et plus correspondant à une myopie forte.

Quel est le rôle de la kératométrie ?

La dioptrie peut également être utilisée pour quantifier les variations de la courbure de la surface oculaire. Il s’agira donc des dioptries de courbure. Pour calculer la dioptrie de courbure, il est nécessaire d’utiliser une valeur d’indice de réfraction appelée kératométrie. La kératométrie repose sur l’étude morphologique des paramètres cornéens intervenants dans la réfraction de l’œil. Indispensable dans la prescription de lentilles de contact, ce test de diagnostic est également nécessaire pour calculer le pouvoir idéal de lentilles intraoculaires.

La kératométrie permet d’obtenir un résultat exprimé en dioptries de courbure. À noter que les dioptries de courbure ne sont pas équivalentes aux dioptries de pouvoir optique.

Comment est réalisée la kératométrie ?

Pour calculer la dioptrie de courbure, l’examen est réalisé avec un kératomètre. Le patient s’assoie devant l’appareil, le menton appuyé sur sa mentonnière et regarde à l’intérieur pendant qu’un faisceau de lumière traverse l’ophtalmomètre et se reflète dans un miroir convexe. Ce système de réflexion de la lumière permet de déterminer la courbure des principaux axes de la cornée.

Quelles sont les différents types de lentilles ?

Il existe deux type de lentilles : les lentilles convergentes et les lentilles divergentes.

  • Les lentilles convergentes : il s’agit d’une lentille qui réfracte les rayons lumineux parallèles de façon à les rapprocher de l’axe principal. Il existe trois types de lentilles convergentes (biconvexe, plan-convexe et ménisque convergente).
  • Les lentilles divergentes : la lentille divergente réfracte les rayons lumineux parallèles de façon à les éloigner de l’axe principal. De même que pour les lentilles convergentes, les lentilles divergentes se déclinent en trois types (biconcave, plan-concave et ménisque divergente).

Tandis que calculer la dioptrie de pouvoir optique sera nécessaire pour déterminer la correction adaptée au patient, le calcul des dioptries de courbure sera indispensable pour recommander la forme des lentilles appropriée. D’autres examens pourront être nécessaires afin d’évaluer la bonne santé oculaire du patient.

9 11, 2020

Comment renforcer la cornée de l’œil ?

La cornée, tout comme la rétine et le cristallin, joue un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de l’œil. Première structure que rencontre la lumière qui pénètre l’œil, la cornée agit et interagit dans le but de permettre à l’œil de voir, de la manière la plus nette possible. Fragile, la cornée peut être victime de plusieurs pathologies. Pour les prévenir, il peut être nécessaire de renforcer la cornée de l’œil. Découvrez comment.

Qu’est-ce que la cornée : définition

La cornée fait référence au composant oculaire situé sur la face avant de l’œil. Son rôle : faire converger les rayons lumineux incidents qui se dirigent ensuite au travers de la chambre antérieure de l’œil. À destination du cristallin, les rayons lumineux qui ont convergé par la cornée vont ensuite rencontrer la rétine et qui va les absorber.

Pour assurer une bonne acuité visuelle, la cornée doit présenter des caractéristiques anatomiques particulières. En effet, elle doit posséder un certain rayon de courbure dans le but d’assurer la convergence nécessaire pour conserver une bonne acuité visuelle. Tissu non vascularisé et transparent, la cornée est constituée de fibres collagènes entrelacées. Le stroma, couche principale de la cornée, lui confère des propriétés de transparence et de résistance biomécanique.

Quelle technique pour renforcer la cornée de l’œil ?

Fragile, la cornée peut être touchée par un certain nombre de pathologies. Il peut s’agir d’infections, de traumatismes, d’œdèmes cornéens, d’un ptérygion ou encore d’un ulcère cornéen. Aussi, parmi les pathologies de la cornée, on retrouve également le kératocône.

Renforcer la cornée de l’œil peut être nécessaire, notamment en présence d’un kératocône. Le kératocône correspond à une dystrophie cornéenne idiopathique qui se caractérise par une ectasie et un amincissement progressif non-inflammatoire de la cornée. Plusieurs solutions peuvent être proposées au patient, en fonction de l’évolution du kératocône, pour renforcer la cornée de l’œil :

• La pose de lentilles de contact semi-rigides, rigides ou souples : pour renforcer la cornée de l’œil, l’ophtalmologue peut prescrire au patient le port de lentilles de contact. Ce traitement peut être choisi pour corriger la forme irrégulière de la cornée.

• La pose d’anneaux intra-cornéens : pour renforcer la cornée de l’œil, il est également possible d’opter pour la chirurgie. La pose d’anneaux intra-cornéens est une chirurgie qui a pour vocation de renforcer la cornée de l’œil par petits segments semi-circulaires rigides ayant pour vocation d’aplatir le cône et de diminuer la déformation de la cornée. Sous anesthésie locale, cette chirurgie est réalisée à l’aide d’un laser femtoseconde. Avec le laser femtoseconde, le praticien réalise une petite incision de 2 mm. Puis, deux canaux sont disséqués aux trois quarts de la profondeur de la cornée. Après avoir disséqué les canaux, le praticien peut mettre en place les anneaux intra-cornéens afin de renforcer la cornée de l’œil tout en réduisant son aspect bombé.

• Le cross-linking : le cross-linking constitue également une chirurgie pouvant être effectuée pour renforcer la cornée de l’œil. Cette technique consiste à déposer sur la cornée kératocônique de la Riboflavine. Sensible à la lumière et aux rayons ultra-violets, l’action de la riboflavine aura pour effet de renforcer la cornée de l’œil en provoquant sa rigidification. Après avoir déposer la riboflavine sur la cornée, le praticien l’exposera donc aux rayons ultra-violets pendant plusieurs minutes. Cette intervention pour renforcer la cornée de l’œil se pratique en ambulatoire sous anesthésie topique et nécessite un suivi rigoureux.

Comment prendre soin de sa cornée au quotidien ?

Renforcer la cornée de l’œil peut également s’effectuer par l’adoption de gestes au quotidien. Pour préserver sa santé oculaire, il est notamment indispensable d’adopter un bonne alimentation, riche en vitamine B2, en vitamine D, en vitamine A, en vitamine C, en vitamine E et en Omega 3. Aussi, pour mettre les yeux à l’abri des dangers liés à l’exposition au soleil, il est essentiel de porter des lunettes de soleil 100% UV, adaptées au niveau d’ensoleillement.

9 11, 2020

Comment faire un test de convergence oculaire ?

La plupart des individus ne se rendent pas compte qu’ils souffrent d’une insuffisance de convergence oculaire. Pour déceler un trouble, il est indispensable de réaliser plusieurs examens, dont le test de convergence oculaire. Découvrez une méthode simple et rapide à mettre en œuvre pour tester votre convergence oculaire. Tout savoir sur les traitements possibles en cas d’insuffisance de convergence oculaire.

Convergence oculaire : définition

La convergence oculaire désigne le mouvement qu’effectuent les yeux vers le nez. Ce reflexe est associé au mécanisme d’accommodation. Pour voir net en vision rapprochée, les yeux doivent effectuer un autofocus. Cette capacité à réaliser l’autofocus est donc étroitement liée avec la convergence oculaire. Dans le cas d’une insuffisance de convergence oculaire, les yeux éprouveront de la difficulté à se diriger vers l’intérieur, et donc à effectuer l’autofocus.

Quel test de convergence oculaire effectuer facilement ?

Le test de convergence oculaire permet d’évaluer la capacité des yeux à converger, c’est-à-dire de se déplacer vers l’intérieur. Ce test de convergence oculaire comporte plusieurs étapes qui doivent être effectuées à l’aide d’une autre personne :

  1. Munissez-vous d’un stylo ou d’une règle.
  2. Placez l’objet à la hauteur des yeux dans la ligne médiane, à 30-40 cm du nez.
  3. Avancez peu à peu l’objet vers les yeux sans cesser de le regarder.
  4. Pendant que les yeux se déplacent vers l’intérieur, l’autre personne observe de face leur mouvement.

Si vous ne souffrez d’aucun trouble, le test de convergence oculaire ne révèlera pas d’asymétrie sur le trajet de l’objet au complet. Dans le cas contraire, si un des deux yeux ne suit pas le schéma pendant le test de convergence oculaire, il sera nécessaire de consulter un ophtalmologue afin de procéder à des examens plus approfondis.

Quels sont les causes de l’insuffisance de convergence oculaire ?

L’insuffisance de convergence oculaire touche près de 20% de la population, aussi bien les enfants et que les adultes. L’insuffisance de convergence oculaire est due à un problème de coordination des muscles oculaires. En effet, la capacité de l’œil à observer de manière nette des objets rapprochés dépend de la réduction des muscles qui le soutiennent. Lorsque le degré de stimulation des muscles autour des yeux est insuffisant, on parle alors d’une insuffisance de convergence oculaire. Dans ce cas, les yeux auront tendance à dévier vers l’extérieur au moment où la personne lit ou lorsqu’elle effectue une tâche mettant à profit la vision de près.

L’insuffisance de convergence oculaire présente les symptômes suivants :

  • Une fatigue oculaire inhabituelle ;
  • Des maux de tête ;
  • Une vision floue et/ou une vision double ;
  • De la difficulté à lire et à écrire ;
  • De la somnolence au moment de la lecture ;
  • Perte d’attention ;
  • Vertiges et mal des transports.

Si vous ou votre enfant remarquez l’apparition de l’un de ces symptômes, il est fortement recommandé de consulter un ophtalmologue enfin d’effectuer une évaluation complète de la vision, comprenant notamment un test de convergence oculaire.

Comment traiter l’insuffisance de convergence oculaire ?

Dans le cas où le test de convergence oculaire révèlerait une insuffisance, un réapprentissage visio-moteur sera nécessaire. Ce réapprentissage visio-moteur consiste à mélanger des entraînements à effectuer régulièrement à la maison et des séances de rééducation chez un orthoptiste. Ces séances ont pour vocation de travailler sur le ou les muscles oculaires défaillants afin que l’œil retrouve toutes ses capacités à effectuer l’accommodation.

Le suivi par l’orthoptiste peut être également complété par des séances chez un ostéopathe. Ces séances peuvent être recommandées dans le traitement afin d’aider à diminuer les symptômes liés à l’insuffisance de convergence. L’ostéopathe peut notamment agir sur la fatigue et les maux de tête. Conjointement, l’orthoptiste et l’ostéopathe seront en mesure de traiter le problème tout en atténuant les symptômes. En cas de doute, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour un examen chez votre ophtalmologue.

16 10, 2020

[MEDIA] Myopie, Presbytie : faut-il se faire opérer ?

Le Figaro santé publie un article “Myopie, Presbytie : faut-il se faire opérer ?” où est cité Dr Damien Gatinel, Praticien de l’Höpital Fondation Rothschild et de l’Institut Laser Vision Noémie de Rothschild.

Le taux de satisfaction moyen après chirurgie par Lasik, la technique la plus répondue, atteint 95.4% selon les chiffres des professionnels. « Ces résultats font du lasik la procédure chirurgicale de confort la plus gratifiante pour les patients : les taux de satisfaction sont largement supérieurs à ceux d’actes de chirurgie esthétiques comme le lifting ou la rhinoplastie », note sur sont le Dr Damien Gatinel, Chef du service de chirurgie réfractive de la Fondation Rothschild à Paris

LE FIGARO SANTE-Octobre – decembre 2020

Charger les articles suivants
Go to Top