À propos de admin

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent admin a créé 53 entrées de blog.
21 07, 2020

Masques et lunettes : mode d’emploi

2020-07-21T11:43:02+02:00

Afin de lutter contre la propagation du Coronavirus Covid-19, le masque de protection est indispensable. Mais, lorsqu’on porte des lunettes, la tâche se complique. En cause : l’apparition de buée qui empêche d’y voir clair. Découvrez dans cet article, tous nos conseils pour éviter la buée tout en restant efficacement protégé avec un masque.

 

Lunettes et masque de protection : comment éviter la buée ?

Obligatoire dans les transports et dans certains lieux publics, le port du masque de protection est l’une des principales solutions pour se protéger et protéger les autres de la contamination à la Covid-19. Qu’il soit chirurgical ou en tissu, le port du masque de protection est nécessaire pour limiter la propagation de gouttelettes ou de postillons infectieux, notamment lorsque les distances de sécurité ne peuvent être maintenues.

Cependant, le port du masque est pour une partie de Français source d’inconfort. À l’origine de ce gène, la formation de buée sur les lunettes. Placé à hauteur de la bouche et du nez, le masque de protection laisse l’air chaud et humide expiré s’échapper vers le haut, créant ainsi de la condensation sur la surface froide des verres des lunettes. En plus d’être particulièrement désagréable, la formation de buée sur les lunettes réduit significativement la visibilité.

 

Comment bien ajuster son masque de protection et ses lunettes ?

Afin d’éviter que l’air n’atteigne les verres des lunettes, il est essentiel de bien positionner son masque sur le visage. Le masque de protection doit à la fois couvrir le nez, la bouche et le menton, et ne plus être manipulé au risque de se contaminer.

Pour empêcher l’air chaud de s’échapper, de remonter et d’embuer les verres, le masque de protection doit parfaitement épouser les courbes du nez. Pour ce faire, il est judicieux d’utiliser un pince-nez afin de maintenir le masque de façon à ce que l’air expiré ne vienne pas embuer vos lunettes.

De nombreux masques dans le commerce possèdent des morceaux de métal intégrés au niveau de l’arrête du nez. Il suffira de pincer délicatement le pince-nez pour ajuster le masque de protection sous les lunettes. Dans le cas où vous opteriez pour un masque en tissu de fabrication maison, pensez à coudre un filament en fer à tordre pour qu’il épouse la forme de votre nez.

 

Lunettes et masques de protection : qu’est-ce que la technique du mouchoir ?

Bien avant la crise du Coronavirus Covid-19, le Royal College of Surgeons of England s’est penché sur la question de la buée sur les lunettes en portant un masque de protection.

Selon leur technique, il suffit de prendre un mouchoir en papier à usage unique, de le plier à l’horizontale, puis de le placer entre la peau et le masque, au niveau de l’arrête du nez. Le mouchoir en papier absorbe l’humidité expirée et évite la formation de buée sur les verres des lunettes.

 

Comment laver ses lunettes pour éviter la buée due au masque de protection ?

Afin de diminuer le risque de condensation à la surface des verres, deux astuces consistent à optimiser le nettoyage des lunettes :

  • Utiliser de l’eau savonneuse : appliquez une petite quantité de savon sur les verres en l’étalant à l’aide d’un chiffon en microfibre. Cette technique permet de laisser une fine couche sur l’ensemble du verre qui empêche les molécules d’eau de produire de la buée.
  • Utiliser de la mousse à raser : la mousse à raser fonctionne de la même manière que l’eau savonneuse. Elle s’applique sur les deux côtés des verres des lunettes et se rince à l’eau chaude.

Enfin, il existe également des sprays spécialement étudiés pour empêcher la formation de buée sur les verres. Facile d’utilisation, ces sprays s’appliquent sur les lunettes à l’aide d’un tissu microfibre ou d’un chiffon doux.

Masques et lunettes : mode d’emploi2020-07-21T11:43:02+02:00
21 07, 2020

Chirurgie réfractive et reprise du travail

2020-07-21T10:53:44+02:00

La chirurgie réfractive présente de nombreux avantages, dont celui d’offrir une convalescence peu contraignante. Découvrez dans quel cas avoir recours à l’opération au laser des yeux et quelles sont les suites opératoires à prévoir.

 

Opération au laser des yeux : dans quels cas ?

La chirurgie réfractive fait référence à toutes les interventions ophtalmiques visant à corriger certains défauts réfractifs de l’œil. Elle consiste à sculpter la cornée à l’aide d’un laser afin de traiter les défauts de la vision suivants :

  • La myopie : la myopie correspond à un allongement du globe oculaire ayant pour conséquence de bomber la cornée et le cristallin. Résultat : l’image se forme avant la rétine plutôt que sur celle-ci. L’opération au laser des yeux va alors permettre de sculpter la courbure de la cornée par le biais du laser.
  • L’hypermétropie : à contrario, l’hypermétropie a pour cause un axe antéro-postérieur de l’œil trop court. Les rayons lumineux convergent alors en arrière de la rétine, rendant flous les objets de près.
  • L’astigmatisme : l’astigmatisme altère à la fois la vision de près et de loin. Il est dû à une anomalie de la cornée ou du cristallin et peut être associé à la myopie et à l’hypermétropie. Le laser va permettre d’effectuer une ablation plus ou moins en profondeur afin de régulariser la surface de la cornée.
  • La presbytie : ce défaut visuel, qui apparaît en vieillissant, est causé par une perte d’élasticité et de souplesse du cristallin. L’opération au laser des yeux d’une personne presbyte s’effectue au moyen de différentes méthodes allant de la monovision, la multifocalité en passant par la trifocalité et la restitution d’une fonction accommodative partielle par insertion d’un implant accommodatif.

 

Quelles sont les suites opératoires d’une chirurgie réfractive ?

Avant le jour de l’opération au laser des yeux, il est demandé au patient de ne pas porter de lentilles pendant au moins 48 heures afin que la surface oculaire ne soit pas irritée.

L’opération du laser des yeux et la convalescence dépendent de la technique utilisée :

  • Opération par la technique de la PKR : une lentille de protection sera placée en fin d’intervention et devra être gardée pendant 3 à 5 jours. Quelques heures après l’intervention et jusqu’au lendemain, il est possible de ressentir une sensation de gêne. Au réveil, la vue est généralement encore floue et des larmoiements sont également possibles. Au cours des jours suivants, l’intervention, la vision s’améliore de plus en plus et la gêne diminue progressivement. Avec la PKR, l’opération au laser des yeux nécessite une convalescence de 4 à 5 jours. La reprise d’une activité professionnelle est possible après ce délai. Conduire sur de longues distances pourra être envisageable après un délai de 7 à 10 jours.
  • Opération par la technique LASIK : quelques heures après l’intervention, la sensation de gêne s’atténue progressivement. Peu à peu la vision progresse. Une sécheresse oculaire peut apparaitre, mais être soulagée par l’administration de larmes artificielles. La première nuit, des coques de protection devront être maintenues sur les yeux afin de ne pas les toucher de manière inconsciente pendant le sommeil. Elles pourront être retirées au réveil. Le lendemain, une légère sensation de brume pourra encore être présente. Avec la technique LASIK, la reprise du travail peut se faire dès le lendemain. Si le patient travaille sur un écran, il est recommandé d’alléger quelque peu son emploi du temps afin de ne pas éprouver de fatigue visuelle. Sur de courtes distances, la conduite automobile pourra reprendre dès le lendemain. Pour les longues distances, il est conseillé d’attendre 3 à 4 jours. Après 3 à 4 jours également, les activités physiques sans risque pour les yeux telles que le jogging ou le vélo pourront être reprises.

Il sera possible de se maquiller 48 heures après une opération au laser des yeux par technique LASIK, et au bout du 5ème ou 6ème jour après le retrait des lentilles pansement des suites d’une intervention par PKR.

Quel traitement après une opération laser des yeux ?

Suivant le type d’intervention et le type de trouble de la vision corrigé, un traitement devra être suivi par le patient. De manière générale, le traitement comprend des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant 1 semaine et des collyres lubrifiants à continuer pendant plusieurs semaines. Des visites de contrôle seront planifiées afin de garantir le bon déroulement de la convalescence et des suites opératoires.

 

Opération au laser des yeux et convalescence : quelles sont les éventuelles complications ?

L’opération au laser des yeux présente des risques anecdotiques, dans la mesure où toutes les précautions sont prises afin d’assurer la sécurité du patient. Parmi les effets secondaires de l’opération laser des yeux pouvant apparaître pendant la convalescence, on retrouve notamment les suivants :

  • Une sécheresse oculaire ;
  • La perception d’un halo lumineux ;
  • Une altération de la vision nocturne ;
  • Une vision dédoublée ;
  • Une infection oculaire ou une inflammation de la cornée.

Avant de planifier l’intervention, des examens pré opératoire approfondi devront être effectués pour évaluer l’éligibilité opératoire et détecter l’existence d’une éventuelle contre-indication à la chirurgie réfractive. La prise en charge par des médecins parfaitement formés justifiants d’une expérience reconnue est essentielle pour assurer une prise en charge sécurisée de l’opération au laser des yeux et de la convalescence du patient.

Chirurgie réfractive et reprise du travail2020-07-21T10:53:44+02:00
5 07, 2020

Pourquoi porter des lunettes de soleil ?

2020-07-21T10:03:22+02:00

À la plage comme à la montagne, en été comme en hiver, protéger ses yeux du soleil est essentiel afin de les mettre à l’abri d’éventuelles pathologies. Pour ce faire, porter des lunettes de soleil reste la meilleure option qui s’offre à vous. Quels sont les dangers liés à l’exposition au soleil ? Découvrez comment choisir vos lunettes de soleil.

Pourquoi faut-il mettre des lunettes de soleil ?

Accessoire de mode incontournable, les lunettes de soleil occupent une place essentielle dans la prévention des pathologies oculaires. Pour les adultes comme pour les enfants, porter des lunettes de soleil protège les yeux des dommages considérables des rayons UV. En plus de protéger les yeux des dangers des rayons UV, les lunettes de soleil permettent de prévenir d’éventuels accidents de la route dus à un éblouissement. Les lunettes de soleil polarisées sont notamment conseillées au volant. Elles aident à réduire les reflets et à filtrer les rayons UV.

Au quotidien, les solaires favorisent le confort et peuvent aider à prévenir et soulager les maux de tête lorsque la luminosité est trop intense.

 

Quels sont les effets des rayons UV sur les yeux ?

C’est un fait, les rayons UVA et UVB ont un impact négatif sur la peau, mais aussi sur la santé oculaire. La lumière du soleil augmente les risques de nombreuses pathologies parmi lesquelles :

  • La cataracte : cette pathologie correspond à une opacification du cristallin. Due au vieillissement, la cataracte peut être accentuée par une exposition régulière aux rayons UV.
  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge : la dégénérescence maculaire liée à l’âge est une affection qui occasionne une perte progressive de la vision. L’exposition répétée et sans protection aux rayons UV est considérée comme un facteur de risque de la DMLA.
  • La kératite : cette inflammation de l’œil localisée au niveau de la cornée est provoquée par une surexposition aux rayons UV. On parle alors de photo-kératite. Elle intervient le plus souvent en montagne, où les rayons UV sont environ 20 % plus intenses qu’au niveau de la mer.

 

Pourquoi porter des lunettes de soleil quand on est enfant ?

Bien que le cristallin des adultes puisse absorber la lumière UV dans une certaine mesure, les yeux des enfants sont particulièrement vulnérables aux agressions des UV. De 0 à 1 an, l’œil ne réussit à filtrer que 10 % des UV, ce qui signifie que 90 % des UV atteignent la rétine. Jusqu’à l’âge de 10-12 ans, 60 % des UV arrivent encore à la rétine avant de diminuer années après années. Ce n’est qu’à partir de 18 à 20 ans que le cristallin parvient à filtrer les rayons UV.

 

Comment choisir ses lunettes de soleil ?

Porter des lunettes de soleil est essentiel, encore faut-il trouver la bonne monture. Pour bien choisir ses lunettes de soleil, une liste de critères est à remplir :

  • L’indice de protection : l’indice de protection permet de connaître le taux de protection des verres. Chaque indice de protection correspond à un niveau d’intensité lumineuse. Il existe cinq catégories de protection allant de 0 à 4. Généralement, la catégorie 3 est celle qui est le plus indiquée pour les journées en mer et en montagne, en situation de fort ensoleillement. À noter que la catégorie 4 est interdite pour la conduite en voiture. Pour plus de confort, les verres polarisés permettent de bloquer le phénomène de réfléchissement et de réduire la fatigue oculaire tout en protégeant les yeux.
  • Les normes : pour être fiables, les lunettes de soleil doivent impérativement respecter la réglementation européenne. Le sigle « CE » permet de s’assurer que les lunettes répondent à des exigences de performances en matière de filtration des rayons UV et certifie qu’elles sont conformes aux normes européennes. L’estampille « CE » est suivie d’un chiffre allant de 0 à 4, indiquant l’indice de protection.
Pourquoi porter des lunettes de soleil ?2020-07-21T10:03:22+02:00
3 07, 2020

Quelles alternatives aux lunettes pour les presbytes ?

2020-07-21T10:03:30+02:00

Phénomène inéluctable, la presbytie est liée au processus de vieillissement normal de l’œil. Cependant, il est possible d’apporter une réponse efficace à ce défaut visuel. Les lunettes ? Oui, mais pas uniquement. Découvrez comment lutter contre la presbytie au moyen d’alternatives efficaces et naturelles.

Qu’est-ce que la presbytie ?

Vous êtes au théâtre, la lumière est tamisée et l’ambiance est chaleureuse. Entre vos mains, le programme. Vous aimeriez prendre connaissance de ce qu’il y a écrit dessus, mais il y a un problème : les caractères apparaissent flous. Et s’il s’agissait de la presbytie ?

La presbytie correspond à l’incapacité pour l’œil de restituer une image nette de près. Avec l’âge, généralement autour des 45 ans, le cristallin perd de sa souplesse et de son élasticité.

Cette diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près est dû processus de vieillissement normal de l’œil. Lentille naturelle de l’œil, le cristallin permet de faire la mise au point pour avoir une vision nette des objets rapprochés. En vieillissant, le cristallin se détériore et perd progressivement de son pouvoir d’accommodation. Avant de se stabiliser, généralement autour des 55-60 ans, la presbytie évolue pendant 15 ans.

Quels sont les signes de la presbytie ?

Les symptômes de la presbytie sont facilement identifiables. La plupart du temps, les presbytes se rendent compte de leur trouble de la vision en essayant de lire de petits caractères de près. Les patients atteints de presbytie commencent par tenir plus loin leur livre, leur menu ou encore leur écran de téléphone et nécessitent plus de lumière pour lire et pour prendre connaissance des détails d’une image. Ces symptômes s’accompagnent également de fatigue oculaire et de céphalées.

Pour diagnostiquer la presbytie, il est recommandé de prendre rendez-vous avec ophtalmologue dès les premiers symptômes. D’ailleurs, même sans symptôme, il est conseillé de consulter régulièrement un ophtalmologue : tous les 5 ans avant 45 ans, tous les 2 à 3 ans après 45 ans et tous les 2 ans après 60 ans.

 

Presbytie et traitement naturel : quelles alternatives aux lunettes ?

Conséquence du vieillissement naturel du cristallin, la presbytie est inévitable. À ce jour, il n’existe aucun moyen de prévenir la presbytie. Cependant, il existe des moyens de corriger ce défaut de la vision.

Parmi les moyens de correction, les lunettes occupent une place incontournable. Les lunettes de vue existent avec plusieurs types de verres :

  • Les verres unifocaux : les lunettes simples foyer permettent de voir de près à tous les points du verre. Elles sont une bonne option pour les presbytes débutants qui ne souhaitent porter leurs lunettes qu’occasionnellement pour voir de près.
  • Les verres bifocaux : les lunettes à double foyer possèdent dans la partie inférieure, un segment élaboré pour voir de près. Tout le reste du verre est conçu pour voir de loin. Ils sont notamment indiqués pour corriger les autres troubles de la vision en complément de la presbytie.
  • Les verres progressifs : les verres progressifs sont conçus de manière à faire varier progressivement la puissance optique entre la partie supérieure et la partie inférieure du verre. La partie supérieure est destinée à la vision de loin tandis que la partie inférieure sera adaptée pour la vision de près.

Les lentilles de contact ainsi que la chirurgie constituent également deux moyens de correction pour la presbytie. Tout comme les lunettes de vue, les lentilles de contact existent en plusieurs versions. Il peut s’agir de lentilles simple foyer, de lentilles bifocales ou encore de lentille progressives. Côté chirurgie, plusieurs interventions peuvent être proposées au patient en fonction de ses attentes et des autres défauts de la vision associés à la presbytie.

 

Quels sont les traitements naturels pour la presbytie ?

Le port de lunettes de vue pour corriger la presbytie apporte une réponse efficace aux symptômes. Cependant, corriger le trouble ne permet pas pour autant de ralentir son développement. Pour préserver au mieux votre capital vision, un changement d’alimentation peut aider à prolonger la santé oculaire. En effet, pour ralentir le processus de vieillissement responsable de la presbytie, l’alimentation constitue un traitement naturel efficace.

  • La vitamine A : le manque de vitamine A est impliqué dans la baisse de la vision nocturne et dans la sécheresse oculaire. À contrario, la vitamine A entretient une bonne santé oculaire et peut être un traitement préventif potentiel des maladies dégénératives de la rétine. Cette vitamine préserve la vue et diminue les risques de cataracte.
  • La vitamine C et E : en synergie, la vitamine C et la vitamine E permettent de renforcer le tissu oculaire. La vitamine E protège les cellules des yeux face aux atteintes des radicaux libres qui dégradent les tissus oculaires sains. De son côté la vitamine C permet également de réduire les risques de développer une cataracte et ralentit la progression de la dégénérescence maculaire liée au vieillissement.
  • Les acides gras essentiels : les Omega 3 permettent de lutter contre le décollement de la rétine. Une carence en acides gras essentiels peut créer une rigidification de la membrane cellulaire engendrant une moins bonne réactivité des cellules.
  • La lutéine : présente en forte concentration dans la rétine de l’œil, plus précisément dans la macula, la lutéine est un puissant antioxydant qui protège les cellules du cristallin et de la rétine des dommages provoqués par les rayons UV. Elle regorge de bienfaits pour lutter contre la progression de la DMLA et réduit également le risque de cataracte.
  • Le cuivre : grâce à son action anti oxydante et anti-inflammatoire, le cuivre régule la fatigue oculaire tout en agissant sur les troubles liés aux allergies et au vieillissement de l’œil.

Presbytie et traitement naturel : pourquoi protéger ses yeux ?

Pour prévenir la presbytie avec un traitement naturel, protéger ses yeux des rayons UV du soleil constitue un moyen incontournable de préserver sa santé oculaire. Tout comme la peau, l’œil est sensible et vulnérable aux rayons UV. Sur le court terme, les effets des rayons UV sur les yeux peuvent causer une ophtalmie. L’ophtalmie désigne une brûlure de la cornée par les UV qui se fait ressentir après une forte exposition au soleil. Parmi les pathologies de l’œil induites par l’exposition sans protection aux rayons UV, on retrouve également la cataracte. La cataracte correspond à une affection du cristallin qui subit une opacification progressive. Bien souvent, les patients deviennent presbytes vers 45 ans avant de développer une cataracte autour des 65-70 ans.

Presbytie et traitement naturel : quels exercices pour la ralentir ?

Les exercices oculaires peuvent aider à améliorer la souplesse des yeux tout en renforçant leurs muscles. Sur la base d’une pratique régulière, les exercices oculaires représentent un traitement naturel afin d’atténuer les symptômes de la presbytie. Ces exercices n’ont pas pour vocation de retarder ou d’empêcher le développement de la presbytie, mais plutôt de rééduquer le cerveau afin d’être en mesure de mieux se concentrer pour observer clairement les petits caractères et les détails d’une image de près.

Presbytie et traitement naturel : nos 5 conseils

  1. Adopter une alimentation équilibrée riche en vitamines C, E et A et en Omega 3 ;
  2. Hydrater ses yeux avec des gouttes de cuivre ;
  3. Protéger ses yeux des effets néfastes des rayons UV ;
  4. S’éloigner le plus possible des écrans ou le cas échéant, faire souvent des pauses ;
  5. Consulter régulièrement un ophtalmologue pour effectuer des tests de vision.
Quelles alternatives aux lunettes pour les presbytes ?2020-07-21T10:03:30+02:00
16 06, 2020

[RECHERCHE] Plébiscite des travaux de recherche de l’équipe du Dr Gatinel sur la Presbytie dans les congrès internationaux

2020-06-16T16:22:27+02:00

[RECHERCHE] Nous sommes extrêmement fiers de pouvoir faire bénéficier à nos patients des techniques de chirurgie réfractive reconnues et applaudies des experts internationaux de cette discipline. Ces présentations viennent couronner des mois de recherche et d’investissement pour l’équipe du Dr Damien Gatinel, et particulièrement Dr Nesrine Rahma et Imène Salah.
Les patients presbytes et astigmates ont enfin une solution permettant d’améliorer leur vue de loin et de près. Il s’agit donc d’un gain exceptionnel en qualité de vie pour ces patients. La technique dite « de la bascule » est ici améliorée par l’utilisation du facteur Q. L’œil dominant, habituellement dédié à la vision de loin, est aussi utilisé pour la vision de près. L’œil dominé, habituellement dédié à la vision de près, est lui aussi utilisé pour la vision de loin. Cette innovation est majeure dans le paysage de la chirurgie réfractive. La vision et le confort ressentis par les patients sont considérablement améliorés. Cette technique limite également les effets de difficulté d’adaptation du cerveau suite à « la bascule » effectuée.
La deuxième présentation concerne l’étude du front d’onde avec un nouveau polynôme développé par le Dr Damien Gatinel. Ce nouveau polynôme permet d’apprécier de façon beaucoup plus précise la décomposition de la lumière au contact de l’œil et les aberrations engendrées. Ces aberrations sont responsables de phénomènes gênants comme des halos lumineux. Il s’agit d’une information précieuse pour apprécier la précision du traitement délivré au patient lors d’une chirurgie réfractive.

[RECHERCHE] Plébiscite des travaux de recherche de l’équipe du Dr Gatinel sur la Presbytie dans les congrès internationaux2020-06-16T16:22:27+02:00
16 06, 2020

À quel âge se développe la presbytie ?

2020-06-09T15:52:19+02:00

La presbytie est un trouble de la vision directement lié au processus de vieillissement normal de l’œil. Elle est la conséquence d’une diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près. À partir de quel âge apparaît la presbytie ? Que faire pour traiter ce trouble de la vision ?

À quel âge débute la presbytie ?

La presbytie est une affection causée par une modification de l’élasticité du cristallin. La réduction de l’élasticité du cristallin impacte le pouvoir d’accommodation de l’œil. Le cristallin est une petite lentille transparente et bombée sur ses deux faces. Son rôle est notamment de permettre à l’œil de voir net à toutes les distances grâce à sa capacité de modifier rapidement sa courbure. En vieillissant, le cristallin s’épaissit. Conséquence : il perd de sa souplesse et devient moins déformable sous l’action des muscles ciliaires. C’est pourquoi, la vision de près devient inévitablement de plus en plus floue.

Ce trouble de la vision de près apparaît entre 43 et 46 ans, sans distinction de sexe. La presbytie évolue jusqu’à l’âge de 60 ans, mais pas de manière identique pour tous les patients.

L’unité de mesure de la presbytie est la dioptrie. À l’âge de 12 ans, l’amplitude d’accommodation est égale à 12 dioptries. Après 45 ans, l’accommodation résiduelle n’est plus que de 3 dioptries pour passer à une amplitude d’accommodation nulle à 60 ans.

Comment se manifeste la presbytie ?

La presbytie est caractérisée par une diminution de l’amplitude d’accommodation dans la vision de près. Alors que la distance habituelle de lecture est de 30 à 40 cm, le presbyte sera d’abord obligé d’allonger les bras pour lire. Il cherchera également un meilleur éclairage afin de mieux voir les petites lettres et les détails sur une image.

La presbytie peut engendrer une vision double, une fatigue visuelle ainsi que des céphalées. Le presbyte pourra aussi ressentir une sensation de picotement dans les yeux en fin de journée.

Les premiers symptômes de la presbytie peuvent se manifester plus tôt chez les patients hypermétropes. En effet, un œil hypermétrope éprouve déjà le besoin d’accommoder de manière permanente afin de voir de près.

Peut-on éviter la presbytie ?

Comme mentionné, la presbytie est la conséquence du vieillissement naturel du cristallin. Ce vieillissement, bien qu’il diffère d’une personne à une autre, est incontournable. De ce fait, il n’existe aucun moyen de prévenir la presbytie.

Que faire face aux signes de la presbytie ?

L’âge auquel la presbytie nécessite une correction pour la vision de près est variable. Plusieurs facteurs entre en ligne de compte. Il peut s’agir du degré de capacité résiduelle d’accommodation, de l’existence d’une correction en vision de loin ou encore du degré d’exigence visuelle du patient.

En cas d’apparition des premiers signes de la presbytie, il est recommandé de prendre rendez-vous avec son ophtalmologue. L’ophtalmologue est le seul praticien à être en mesure de prescrire la bonne correction. Par le biais de tests et d’examens approfondis des yeux, l’ophtalmologue définit le type de verre ou de lentilles correctrices correspondant à la dioptrie du patient.

Il existe différents moyens de corriger la presbytie. Cette correction consiste à restituer une vision de près de qualité sans altérer la vision de loin.

Presbytie : corriger avec des lunettes de vue

La presbytie se corrige dans la plupart des cas par le port de lunettes de vue. Il existe plusieurs types de verres correcteurs, chacun s’adaptant aux spécificités de chaque patient.

  • Les verres unifocaux : les verres unifocaux permettent de voir de près à tous les points des verres. Ce type de verre est notamment recommandé pour les jeunes presbytes dont l’âge de la presbytie tourne autour des 45 ans. Il s’agit d’une solution efficace pour les presbytes débutants ayant besoin d’une correction occasionnelle, pour lire ou effectuer des tâches nécessitants la vision de près.
  • Les verres bifocaux : Ces verres à double foyers disposent d’une section conçue pour voir de près dans leur partie inférieure. Le reste du verre permet au presbyte de voir de loin sans avoir à quitter ses lunettes.
  • Les verres progressifs : ils permettent de voir de près à toutes les distances. Le principe : faire varier la puissance optique de manière progressive entre la partie supérieure du verre réservée à la vision de loin et la partie inférieure destinée à la vision de près. Ils peuvent être prescrits quel que soit l’âge de la presbytie.

Presbytie : corriger avec des lentilles de contact

Les lentilles de contact existent elles aussi en plusieurs versions. Les lentilles progressives constituent la solution la plus récente afin de corriger la presbytie. Elles permettent de voir à toutes les distances. Cependant l’adaptation de l’œil à ce type de lentilles reste plus difficile qu’avec des lunettes à verres progressifs. Aussi, l’acuité visuelle est inférieure à celle obtenue avec des lunettes.

Presbytie : corriger avec une chirurgie

La presbytie peut être corrigée par une opération au laser ou par implants multifocaux. Le type d’intervention est décidé par le chirurgien en fonction du cas de chaque patient, de la nature et de l’importance du défaut visuel. La chirurgie de la presbytie permet au patient de se passer de ses lunettes ou de ses lentilles de contact de manière temporaire ou occasionnelle.

À quel âge se développe la presbytie ?2020-06-09T15:52:19+02:00
14 06, 2020

Comment effectuer un test de presbytie ?

2020-06-09T15:44:35+02:00

Afin de pouvoir diagnostiquer la presbytie, il est nécessaire d’effectuer un test. Comment est réalisé le test de presbytie ? Découvrez comment corriger ce trouble de la vision une fois diagnostiqué.

Quels sont les signes de la presbytie ?

Les premiers signes de la presbytie apparaissent aux alentours des 40-45 ans. Pour rappel, la presbytie est un trouble de la vue qui se caractérise par de la difficulté à voir clairement de près. Si vous éprouvez une gêne pour lire de petits caractères sur un livre ou pour observer des images dans le détail, vous êtes peut-être presbyte.

La presbytie est liée au processus de vieillissement normal de l’œil. Elle correspond à la perte de l’accommodation de l’œil. En cause : le cristallin. Avec l’âge, le cristallin s’épaissit et perd ainsi de sa souplesse sous l’action des muscles ciliaires.

Après 40 ans, vous pourriez être concerné par ce trouble de la vision. Le premier indice qui peut vous mettre la puce à l’oreille est la volonté d’éloigner un objet pour mieux le voir. En effet, une personne presbyte reculera son plan de lecture, de 35 à 50 cm, en tendant les bras dans le but de moins solliciter son accommodation.

Comment tester sa presbytie ?

L’acuité visuelle en vision de près a une incidence sur la capacité des yeux à distinguer les détails à distance réduite. Effectuer le test de presbytie permet de confirmer le diagnostic et de délivrer la correction adéquate.

Si vous pensez être presbyte, un premier test de la presbytie en ligne pourra vous mettre sur la piste. De nombreuses plateformes en ligne proposent d’effectuer un test de presbytie. Ce test de presbytie repose sur la lecture d’un texte composé majoritairement de 5 lignes. À chaque ligne, la taille des lettres diminue. Pour effectuer ce test de presbytie, il est nécessaire de se placer à environ 35 cm de votre écran. Aussi, dans la mesure où chaque œil dispose de ses propres défauts de la vision, il sera nécessaire de lire le texte en masquant alternativement l’œil droit et l’œil gauche. Au plus l’œil éprouve de la difficulté à lire les plus gros caractères du texte, au plus la presbytie sera significative.

Ce genre de test de presbytie en ligne peut donner une indication, mais ne constitue pas un test à valeur médicale. Seul un ophtalmologue peut confirmer le diagnostic des suites d’un examen de la vue complet. Il sera également en mesure de déceler de potentielles pathologies ou troubles de la vision complémentaires.

Aussi, il est recommandé de consulter un ophtalmologue de façon régulière : tous les 5 ans avant 45 ans, tous les 2 à 3 ans après 45 ans et tous les 2 ans après 60 ans.

Comment corriger sa presbytie ?

Bien qu’on ne puisse empêcher le développement de la presbytie, il est possible de la corriger. Pour cela, plusieurs options s’offrent aux patients après le test de presbytie :

  • Corriger la presbytie avec des lunettes de vue : il existe plusieurs types de verres pouvant s’adapter à la correction requise par le patient. Il peut s’agir de verres unifocaux indiqués notamment pour les presbytes débutants, de verres bifocaux ou encore de verres progressifs pour permettre au patient de voir à toutes les distances.
  • Corriger la presbytie avec des lentilles de contact : tout comme pour les lunettes de vue, les lentilles de contact sont disponibles en plusieurs versions. Il existe des lentilles simple foyer qui corrigent un œil en vision de loin et l’autre en vision de près, des lentilles bifocales qui superposent deux images de près et de loin sur la rétine et des lentilles progressives qui créent les images des objets situés à toutes les distances sur la surface de la rétine.
  • Corriger la presbytie par la chirurgie : la chirurgie constitue la troisième option proposée au patient des suites du test de presbytie. Il peut s’agir d’un implant intraoculaire permettant de corriger la presbytie et certains troubles de la vision tels que la cataracte, ou de la chirurgie au laser offrant aux patients la possibilité de ne plus porter de lentilles de contact, ni lunettes de vue.
Comment effectuer un test de presbytie ?2020-06-09T15:44:35+02:00
12 06, 2020

Cataracte : les nouveaux implants pour mieux voir

2020-06-09T15:45:19+02:00

La chirurgie de la cataracte consiste à remplacer le cristallin opacifié par un implant intraoculaire dans le but de rétablir une vision nette. En quoi consiste l’intervention ? Quels sont les différents types d’implants ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la cataracte et sa chirurgie.

Qu’est-ce que la cataracte ?

La cataracte est une pathologie de l’œil très fréquente. Elle touche plus d’une personne sur cinq, généralement à partir de 60 ans. La cataracte correspond à une perte de transparence du cristallin provoquant une baisse progressive de la vision. Cette opacification du cristallin est directement liée au vieillissement de la macula, zone centrale de la rétine. En effet, le processus normal de vieillissement peut causer le durcissement et l’opacification du cristallin.

La cataracte se traduit par les symptômes suivants :

  • Baisse de l’acuité visuelle ;
  • Réduction de la sensibilité aux contrastes ;
  • Symptômes visuels tels qu’une gêne face à la lumière vive ou l’apparition d’un voile.

Le diagnostic de la cataracte est arrêté par un ophtalmologue des suites d’un examen des opacités du cristallin à la lampe à fentes. Cet examen permet de définir le type de cataracte et son grade.

Il existe plusieurs types de cataractes :

  • La cataracte nucléaire : elle touche le centre du noyau du cristallin qui devient opaque. La cataracte nucléaire est la plus fréquente et apparaît entre 60 et 80 ans.
  • La cataracte capsulaire : elle atteint les personnes plus jeunes, le plus souvent entre 50 et 70 ans. Son évolution est beaucoup plus rapide que pour une cataracte nucléaire. Elle est due à une opacification sous la capsule postérieure ou antérieure du cristallin.
  • La cataracte corticale : elle se caractérise par des opacités qui se trouvent en périphérie et sont situées dans le cortex du cristallin. Elle peut se développer de manière lente à tous les âges.

Quelles sont les causes de la cataracte ?

La cataracte se produit naturellement avec l’âge. Elle est causée par une modification de la composition chimique du cristallin. D’autres causes peuvent expliquer le développement d’une cataracte. L’hérédité, ou des malformations congénitales peuvent être responsables de l’apparition d’une cataracte précoce. Aussi, la prise prolongée de corticoïdes, la consommation abusive de tabac et/ou d’alcool ainsi que l’exposition aux ultraviolets et aux infrarouges peuvent augmenter le risque de cataracte. Enfin, la myopie forte est une cause de cataracte précoce quelques fois dès l’âge de 50 ans.

Une cataracte non traitée peut avoir pour conséquences des complications telles que le glaucome par augmentation du volume du cristallin. C’est pourquoi il est essentiel d’effectuer un suivi ophtalmologique régulier afin d’apporter une réponse adaptée à cette pathologie.

Comment traiter la cataracte ?

Le diagnostic de la cataracte est effectué dans le but de prendre la mesure du retentissement exact de la cataracte sur la vision, et de s’assurer de l’absence d’une autre pathologie oculaire. L’ophtalmologue mesurera précisément les dimensions de l’œil et calculera également la puissance de l’implant cataracte qui devra être posé pour remplacer le cristallin dans le sac capsulaire situé dans la chambre postérieure de l’œil.

Systématiquement, un implant cataracte est posé au cours de la chirurgie. Pour la réalisation de ces implants, des matériaux souples sont utilisés. Ils sont à mémoire de forme, ce qui leur permet une injection par le biais d’une petite incision cornéenne. La plupart de ces implants possèdent des propriétés de transparence, de légèreté et de longévité et sont constitués de matériaux acryliques hydrophiles ou hydrophobes.

Aujourd’hui, l’implant pour cataracte a bénéficié de nombreuses innovations. Plusieurs gammes d’implants sont dotées de propriétés particulières leur conférant notamment une qualité optique comparable à celle d’un cristallin jeune et transparent. L’implant pour traiter la cataracte peut être monofocal, multifocal ou torique.

Les implants monofocaux

Ce type d’implants est le plus largement utilisé pour la chirurgie de la cataracte. L’implant cataracte monofocal permet de corriger la myopie ou l’hypermétropie. Pour un patient myope souffrant d’une cataracte, l’implant monofocal permettra de remplacer le cristallin opacifié ainsi que de retrouver une vision de loin parfaitement nette. Cependant, pour corriger son éventuelle presbytie, le patient devra recourir au port de lunettes de vue afin de voir de près et à des distances intermédiaires.

Les implants bifocaux

De plus en plus utilisé, l’implant multifocal (bifocal ou trifocal) confère un grand confort et permet le plus souvent de se passer de lunettes après l’opération. Contrairement à l’implant monofocal, l’implant cataracte bifocal rend possible la vision de loin, mais aussi la vision de près. Il permet de compenser la presbytie après l’opération afin de ne plus porter de lunettes pour voir de près et/ou en vision intermédiaire.

Les implants toriques

L’implant cataracte torique est utilisé dans le cas d’un astigmatisme cornéen prononcé. Ce type d’implant permet de corriger l’astigmatisme et réduire le besoin de lunettes en postopératoire. Il peut être monofocal ou multifocal à savoir bi focal torique ou tri focal torique. L’implant monofocal torique permet de corriger l’astigmatisme ainsi qu’un seul plan de vision tandis que l’implant multifocal torique sera employé pour corriger la vision sur plusieurs distances en même temps que l’astigmatisme.

Cataracte : les nouveaux implants pour mieux voir2020-06-09T15:45:19+02:00
10 06, 2020

Les gènes sont-ils responsables de la myopie ?

2020-06-09T15:26:25+02:00

Ces dernières décennies, de nombreuses études en lien avec les causes de la myopie ont vu le jour. Cet intérêt s’est accru des suites de l’augmentation de la fréquence de la myopie dans la population des pays industrialisés. En Asie, on parle aujourd’hui « d’épidémie de la myopie » tant le trouble est courant au sein de la population. C’est pourquoi il convient de se pencher sur les causes et les mécanismes liés à la myopie. Est-ce que la myopie est héréditaire ? Existe-t-il des facteurs environnementaux favorisant le développement de ce trouble de la vision ?

Quelles sont les causes de la myopie ?

La myopie est un trouble de la vision qui se caractérise par une vue correcte de près, mais floue de loin. Un œil myope est un œil trop long par rapport à la distance focale du cristallin. L’image observée se forme en avant de la rétine et apparaît donc floue.

Bien que la myopie puisse survenir à tout âge, elle débute le plus souvent pendant l’enfance ou à l’adolescence. Dans la plupart des cas, la myopie se stabilise au début de l’âge adulte. Cependant, il est possible qu’elle continue parfois de progresser en vieillissant.

La myopie est mesurée en dioptries et se décline en plusieurs niveaux, allant de -0,25 à -2,50 dioptries pour les myopies légères, de – 2,75 à -6 dioptries pour les myopies moyennes et de -6 dioptries et au-delà pour les myopies fortes.

La myopie est-elle héréditaire ?

La myopie est un trouble pouvant être influencé par le facteur de l’hérédité. En effet, le risque de développement d’une myopie est plus élevé si un des deux parents en est atteint. Selon une étude australienne, la présence de la myopie chez l’un des parents multiplierait par deux le risque pour la descendance d’être myope.

Les mécanismes liés à l’apparition et la progression de la myopie ont fait l’objet de nombreuses études, dont des études génétiques telles que l’analyse de liaison, l’authentification de gènes candidats, l’étude d’association pangénomique (GWAS) et le séquençage de nouvelle génération (NGS). Ces études ont identifié de nombreux loci, marqueurs génétiques sur un chromosome, associés à la myopie. 25 marqueurs génétiques ont été découverts par le biais d’analyses de liaison. Parmi eux, 22 marqueurs génétiques se trouvent sur des chromosomes non sexuels et 3 autres loci sur le chromosome X.

Quelles sont les autres explications de la myopie ?

Depuis la fin des années 90, certains facteurs liés au mode de vie ont été identifiés comme pouvant protéger de la myopie. En effet, le temps passé à pratiquer des activités de plein air dans l’enfance et l’adolescence aurait un effet protecteur sur ce trouble de la vision.

Aussi, en 2008, il a été démontré par une étude australienne un lien entre le développement de la myopie et la pratique occasionnelle d’activité plein air. Les enfants pratiquant peu d’activités extérieures sont en moyenne plus myopes que les enfants qui pratiquent une activité de plein air de manière plus régulière et prolongée. À contrario, les enfants pratiquants des activités sollicitant la vision de près, tels que la lecture, le visionnage sur tablette ou encore les jeux vidéo sur console portative, ont trois fois plus de chances d’être myopes.

En cause ? L’influence d’une baisse de l’ambiance lumineuse sur la progression de la myopie. La lumière extérieure qui pénètre à l’intérieur de l’œil agit sur les cellules qui fabriquent de la dopamine. Cette dopamine a un effet inhibiteur sur la croissance oculaire.

À la question « la myopie est-elle héréditaire ? », les études suggèrent en effet un lien de causalité entre le trouble et l’hérédité. La myopie est héréditaire dans de nombreux cas. Cependant, la génétique n’est pas le seul facteur en cause dans le développement de ce trouble de la vision. Les facteurs environnementaux peuvent également expliquer le phénomène. De nombreuses études ont également mis le doigt sur les variations ethniques dans l’apparition de la myopie : la population européenne est proportionnellement moins atteinte de myopie que celle du contient asiatique.

Les gènes sont-ils responsables de la myopie ?2020-06-09T15:26:25+02:00
8 06, 2020

Presbytie précoce : que faire ?

2020-06-09T15:26:34+02:00

La presbytie correspond à un trouble normal de la vision lié à l’âge. Lorsqu’elle apparaît avant 40 ans, on parle alors de presbytie précoce. Dans quel cas ce trouble de la vision apparaît-il ? Quels sont les différents moyens de correction ?

Qu’est-ce que la presbytie ?

La presbytie est un trouble de la vision qui apparaît un peu après l’âge de 40 ans. Ce trouble est caractérisé par une gêne en vision de près. La presbytie est provoquée par la réduction progressive de la capacité du cristallin à effectuer sa mise au point en vision rapprochée. Résultat : l’œil éprouve une difficulté progressive à lire de près de petits caractères.

Pour voir de près, le cristallin, lentille transparente à l’intérieur de l’œil, se bombe rapidement sous l’action du muscle ciliaire intra-oculaire. La perte de l’accommodation de l’œil s’explique par la réduction de l’élasticité du cristallin et de sa capsule avec l’âge. Lorsque le muscle ciliaire se contracte, la zonule, ligament du cristallin se détend. Le muscle ciliaire qui se contracte correctement n’est donc pas responsable de la perte d’accommodation. Cependant, le cristallin, qui tend à augmenter en volume et à perdre sa souplesse en vieillissant, ne se bombe plus assez. La presbytie peut évoluer sur quinze années avant de se stabiliser aux alentours de 55-60 ans.

Existe-t-il des formes de presbytie précoce ?

Dans de très rares cas, la presbytie précoce peut survenir avant 40 ans. Cette presbytie précoce peut être en lien avec la prise de certains médicaments ou être la conséquence d’une pathologie comme le diabète ou une maladie cardiovasculaire.

Aussi, chez un sujet hypermétrope, les manifestions de la presbytie peuvent apparaître de manière plus précoce. Les personnes présentant des manifestations évocatrices de la presbytie précoce entre 35 et 45 ans sont dans la plupart des cas de faibles hypermétropes. La distinction entre hypermétropie latente et presbytie précoce ou débutante peut être difficile.

Tout comme la presbytie, l’hypermétropie affecte la vision de près. Ce trouble de la vision est un problème visuel fréquent chez l’enfant. L’hypermétropie est causée par le fait que la longueur axiale de l’œil soit insuffisante. Un œil hypermétrope projette l’image à l’arrière de la rétine, comme dans les cas de presbytie. Les premiers signes de l’hypermétropie se manifestent la plupart du temps lors de la lecture. Pour lire, l’hypermétrope devra tenir son livre à distance afin de permettre à l’œil de voir les petits caractères ou les détails d’une image.

Une personne hypermétrope devenue presbyte ressent une réduction globale de la qualité de sa vision. Aussi, la réduction du pouvoir accommodatif de l’hypermétrope devenu presbyte rend plus difficile l’accommodation destinée à compenser la vision de loin. Ainsi, en plus de perdre en qualité de vision de près, la vision de loin, qui était bonne jusqu’à présent, se dégrade aussi rapidement après 40 ans.

Que faire pour traiter sa presbytie ?

La presbytie est un trouble optique dont on ne peut éviter le développement. Qu’il s’agisse d’une presbytie précoce ou non, il est tout à fait possible de corriger ce trouble. Un test d’acuité visuelle de près et de loin sera effectué par un ophtalmologue afin de diagnostiquer la presbytie. Pour combler le manque de puissance focale, la prescription de verres convexes peut être indiquée, en fonction du degré du trouble. Dans la mesure où la presbytie évolue pour se stabiliser à la fin de la cinquantaine, cette correction peut être amenée à être modifiée au fil des années. Le port de lentilles multifocales peut être indiqué, mais peut engendrer une gêne pour exercer certaines activités telles que la conduite de nuit.

Aussi, la chirurgie réfractive ainsi que la chirurgie du cristallin peuvent permettre de corriger la presbytie. La chirurgie de la cornée n’a pas vocation de restituer l’accommodation du cristallin. Par le biais de la technique LASIK, réalisée par Laser Excimer, la chirurgie réfractive de la presbytie a pour objectif une correction par multifocalité. Ce type de correction peut s’inscrire dans une stratégie d’amélioration globale de la vue afin de permettre au patient presbyte de se passer de lunettes de vue, totalement ou partiellement.

Il n’existe pas une seule et même manière d’opérer une presbytie. En fonction des troubles de la vue associés à la presbytie, le praticien ajustera sa stratégie. À noter que pour les patients présentant un problème de cataracte débutante, le praticien orientera la chirurgie de la presbytie vers une chirurgie de la cataracte avec pose d’implants multifocaux dans la majeure partie des cas.

Presbytie précoce : que faire ?2020-06-09T15:26:34+02:00
Charger les articles suivants
Go to Top