À propos de laurine

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent laurine a créé 4 entrées de blog.
31 07, 2021

Qui et quand consulter pour une migraine ophtalmique ?

Contrairement à ce qu’indique son nom, la migraine ophtalmique n’est pas une pathologie oculaire. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la migraine, qui consulter et quand consulter un médecin pour la soulager.

 

Comment reconnaître une migraine ophtalmique ?

La migraine ophtalmique se distingue d’une migraine classique. Aussi appelée « migraine avec aura », la migraine ophtalmique se manifeste par l’apparition de symptômes neurologiques avant la céphalée migraineuse. Les migraines avec aura, pour lesquelles on observe des troubles visuels, sensitifs ou phasiques, représentent 20% des migraines.

Les premiers troubles d’ordre visuel à se manifester sont généralement les suivants :

  • L’apparition de points brillants et de taches colorées dans le champ de vision ;
  • Une vision déformée du contour des objets ;
  • L’apparition de mouches volantes et de formes géométriques ;
  • Une sensation d’éblouissement, comme si vous aviez regardé une ampoule allumée.

Dans certains cas, des troubles sensitifs peuvent survenir, avant ou après l’apparition des symptômes visuels. Il peut notamment s’agir de fourmillements ou d’engourdissements progressifs au niveau des doigts, des mains ou du visage. Des maux de tête aggravés par l’effort, des nausées, et une intolérance au bruit et à la lumière font également partie des signes d’une migraine ophtalmique.

La plupart du temps, les troubles liés aux migraines ophtalmiques apparaissent et évoluent en quelques minutes seulement. La crise migraineuse peut durer plusieurs heures et varier en intensité.

 

Qu’est-ce qui déclenche une migraine ophtalmique ?

Plusieurs éléments peuvent déclencher des migraines ophtalmiques. La fatigue, le stress, l’anxiété et les chocs émotionnels font notamment partie des principaux facteurs impliqués. Les variations hormonales, comme les règles ou la ménopause, ainsi que les variations climatiques peuvent provoquer des migraines.

Si vous êtes sujet à la migraine ophtalmique, plusieurs mesures sont à prendre pour en limiter les fréquences :

  • Pratiquer une activité physique régulière de moyenne intensité pour atténuer le stress ;
  • Apprendre à reconnaître les signes annonciateurs pour vous mettre rapidement au calme ;
  • Dormir suffisamment afin d’éviter la fatigue ;
  • Limiter la consommation d’alcool et d’aliments pouvant favoriser l’apparition de migraines ophtalmiques.

Certains facteurs alimentaires, tels que les allergies alimentaires (œufs, chocolats, fraises, fruits de mer, alcools, glaces, charcuteries, etc.), les repas trop riches, ou le jeûne de longue durée peuvent également exercer une influence sur le déclenchement d’une migraine ophtalmologique.

 

Migraine : Quand consulter ?

La plupart du temps, la migraine ophtalmique est bénigne. Toutefois, elle peut être particulièrement invalidante dans la vie quotidienne et durer de 4 heures à 3 jours. Dans le cas où les crises deviendraient régulières ou trop douloureuses, prenez rendez-vous avec votre médecin généraliste. Votre médecin traitant vous orientera éventuellement vers un neurologue pour un examen approfondi.

 

Migraine : qui consulter ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la migraine ophtalmique est prise en charge par le neurologue. En effet, la migraine ophtalmique est une affection neurologique qui est étudiée et traitée par ce spécialiste. Dans un premier temps, prenez rendez-vous chez votre médecin traitant afin qu’il effectue un examen de routine. Le médecin généraliste procédera à la réalisation d’un questionnaire médical afin de mieux comprendre les facteurs déclenchant les migraines. Il pourra éventuellement prescrire des antalgiques et diriger son patient vers un neurologue. L’IRM ne sera pas nécessaire, puisque les migraines ophtalmiques ne se repèrent pas par l’intermédiaire de lésions.

Le traitement des migraines ophtalmiques dépend de chaque patient. Les médicaments les plus utilisés sont le dihydroergotamine, le propranolol (béta-bloquant), le méthysergide, la flunarizine, le valproate de sodium et l’amitryptilline. Il est parfois nécessaire d’en essayer plusieurs avant de trouver celui qui sera efficace. Plusieurs médecines alternatives peuvent également être envisagées pour apprendre à gérer l’anxiété suscitée par l’arrivée des crises migraineuses. Le Yoga, la méditation ou encore la sophrologie peuvent notamment être recommandés.

 

Migraine : quel est le rôle de l’ophtalmologue ?

Dans certains cas, le port d’une correction visuel inadaptée peut être à l’origine de crises migraineuses. C’est pourquoi, il est indispensable de prendre rendez-vous régulièrement avec votre ophtalmologue afin de faire contrôler votre vue. L’ophtalmologue pourra alors vous prescrire la correction la mieux adaptée à votre vue.

De manière générale, les consultations régulières avec un ophtalmologue sont recommandées pour dépister d’éventuelles pathologies oculaires. Avant 50 ans, consultez votre ophtalmologue au minimum tous les trois ans. Entre 50 et 60 ans, prenez rendez-vous tous les 2 ans, et après 60, tous les ans.

 

29 07, 2021

Qu’est-ce qu’une migraine ophtalmique?

Bien qu’elles représentent une minorité de migraines, les migraines ophtalmiques peuvent être grandement handicapantes pour les personnes qui en souffrent. La migraine ophtalmique, ou migraine avec aura, touche environ 20% des personnes migraineuses. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les causes, les symptômes et les traitements de la migraine ophtalmique.

 

Quelles sont les particularités des migraines ophtalmiques ?

La migraine ophtalmique se distingue de la migraine classique par les phénomènes neurologiques qui précèdent les céphalées, caractéristiques de la migraine. En effet, la migraine ophtalmique désigne une migraine avec aura visuelle. Les auras visuelles se manifestent par des symptômes comme des taches, des points lumineux, une vision floue ou encore l’amputation d’une partie champ visuel. Les migraines peuvent également être précédées par d’auras sensitives (fourmillements et picotements dans les doigts notamment), et par des auras phasiques (troubles du langage).

Généralement, les phénomènes neurologiques surviennent avant les céphalées. Il est toutefois possible que la phase d’aura cohabite avec la phase de céphalées. On parle alors de migraines accompagnées.

 

Migraine ophtalmique : les symptômes

Les symptômes de la migraine ophtalmique sont d’abord visuels. Les troubles visuels apparaissent sans que la personne ne souffre d’un mal de tête. Ces symptômes visuels prennent la forme de taches monochromes ou de points noirs et blancs, de lignes qui se déplacent du centre vers la périphérie de l’œil, et d’une vision floue et déformée. Les troubles visuels durent généralement entre 5 minutes et 1 heure avant le début des céphalées.

Avant le début du mal de tête, des troubles sensitifs (engourdissements des membres supérieurs ou inférieurs), et des troubles du langage peuvent également survenir. Ces troubles sensitifs et du langage peuvent précéder ou suivre les troubles visuels.

C’est dans un second temps que la migraine se déclare. La phase migraineuse se distingue par des maux de tête aggravés à l’effort, et une hypersensibilité à la lumière et au bruit. Dans certains cas, la migraine peut entraîner des nausées et des vomissements.

Les céphalées sont généralement ressenties de manière pulsatile et unilatérale. Dès l’apparition des maux de tête, qui s’intensifient progressivement avant d’atteindre leur apogée, la crise migraineuse peut durer quelques heures. Chez certains sujets, les maux de tête peuvent perdurer plus de 2 jours.

 

Migraine ophtalmique : les causes

La douleur de la crise migraineuse est secondaire à une dilatation des vaisseaux cérébraux, notamment des artères des méninges. Cette dilatation s’explique par une stimulation nerveuse.

Les facteurs déclenchant une migraine sont différents d’une personne à l’autre. Il peut s’agir :

  • D’un changement de rythme de vie : le manque de sommeil, le stress, la contrariété et la colère figurent parmi les principaux facteurs pouvant favoriser le déclenchement d’une migraine avec aura ou sans aura.
  • De la consommation de certains aliments ou boissons : certains aliments et certaines boissons sont connus pour favoriser la stimulation nerveuse. C’est notamment le cas du chocolat, de la charcuterie, du café et de l’alcool. Le tabac est également à éviter.
  • De facteurs hormonaux : la diminution brutale du taux d’œstrogène chez la femme en fin de cycle menstruel peut entraîner une migraine, deux jours avant le début des règles à trois jours après le début.
  • Des conditions météorologiques : une soudaine chute de la pression atmosphérique, généralement annonciatrice de pluie, peut représenter un facteur déclenchant.
  • De l’exposition à certains stimuli sensoriels : le bruit, les odeurs et la lumière peuvent provoquer des crises migraineuses.

La fréquence des crises de migraine varie également d’une personne à l’autre, de quelques-unes par an à plusieurs par mois.

 

Qui et quand consulter en cas de migraine ophtalmique ?

La migraine avec aura est un phénomène neurologique, et non pas ophtalmique. C’est pourquoi, pour être pris en charge, il est recommandé de se tourner vers son médecin traitant. Le médecin généraliste pourra éventuellement aiguiller son patient vers un neurologue. Pour diagnostiquer une migraine, avec ou sans aura, le médecin s’appuie sur les symptômes décrits par le patient. Il procède également à un examen clinique neurologique pour préciser son diagnostic. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) n’est pas nécessaire. Un scanner, un IRM, ou doppler pourront être prescrit par le médecin dans le cas de migraines atypiques afin de s’assurer que la migraine avec aura ou sans aura n’est pas due à d’autres maladies.

 

Comment traiter les migraines ophtalmiques ?

Pour soulager la migraine ophtalmique, obtenir l’avis d’un médecin est indispensable. Le traitement de la migraine avec aura varie en fonction de plusieurs facteurs : la durée des crises, leur fréquence et leur retentissement sur la vie quotidienne. Votre médecin pourra recommander la prise d’un antalgique simple comme le paracétamol, ou prescrire un anti-inflammatoire non stéroïdien comme l’ibuprofène si les douleurs sont trop importantes. Dans le cas de migraines entraînant des nausées et des vomissements, l’aspirine peut être prescrite en association avec des antiémétiques.

 

Comment soulager une migraine ophtalmique naturellement ?

Les huiles essentielles sont parfois utilisées pour atténuer les céphalées qui suivent la phase d’aura visuelle. Certaines huiles essentielles, telles que la menthe poivrée, la camomille romaine et la lavande fine, peuvent agir sur les vaisseaux sanguins pour les dilater et réduire les tensions.

Pour éviter l’apparition des migraines, l’éviction des facteurs déclenchants est recommandée dans la mesure du possible. Contre le stress, planifiez des séances de relaxation et pratiquez une activité régulière et modérée. Le yoga, la natation ou encore le Pilates peuvent aider à réduire le stress au quotidien.

N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre gynécologue pour pallier la chute des estrogènes au moment des règles. Changer de moyen de contraception peut être une solution pour limiter le nombre de crises migraineuses, ou les atténuer. Enfin, il est également possible de planifier une visite chez un ophtalmologue afin de faire vérifier sa vue. Une mauvaise correction, ou l’absence de correction alors qu’elle est utile, peut favoriser l’apparition de maux de tête.

29 07, 2021

Covid 19 et confinement : Comment prendre soin de sa vue ?

Malgré les circonstances sanitaires actuelles, il est indispensable de ne pas faire l’impasse sur la santé de ses yeux. Prendre soin de sa vue est plus que jamais important, à l’heure où le télétravail rythme notre vie quotidienne. Découvrez comment garder des yeux en bonne santé en adoptant des gestes simples au quotidien.

 

Comment prendre soin de sa vue chez soi ?

Au quotidien, l’alimentation joue un rôle important pour garder des yeux en bonne santé. En période de Covid 19, il est essentiel de faire attention à ce qui se trouve dans votre assiette. Pour préserver sa vue, et son état de santé général, il est important d’adopter un régime alimentaire équilibré, riche en vitamines et minéraux. La vitamine A, la vitamine C, le bêtacarotène ainsi que le zinc font notamment partie des micronutriments à retrouver dans l’assiette.

Pour limiter au maximum la fatigue visuelle, il est recommandé de limiter l’utilisation des écrans. Une exposition quotidienne et à long terme aux écrans peut provoquer de la fatigue oculaire, de la sécheresse oculaire ainsi que des maux de tête. Si vous souffrez de sécheresse oculaire, le soin à privilégier est l’utilisation de sérum physiologique ou de larmes artificielles. Le sérum physiologique permet d’humecter les yeux secs et de les soulager en cas d’irritation.

 

Comment télétravailler en préservant sa vue ?

Pendant la période de Covid 19 vous êtes contraint de travailler depuis chez vous ? Plusieurs mesures sont à prendre pour garantir un télétravail en toute sécurité sans abîmer ses yeux.

Pour éviter la fatigue visuelle, il est nécessaire de bien s’installer. Réglez votre ordinateur à hauteur de vos yeux et gardez une distance de 40 centimètres minimum entre votre écran et vos yeux. Évitez de vous tenir dos à la fenêtre afin de ne pas être gêné par la réverbération de la lumière sur l’écran. Bien entendu, si vous avez besoin d’un dispositif de correction, il est primordial de le porter. Pour protéger vos yeux des effets néfastes de la lumière bleue, installez un filtre anti lumière bleue sur l’écran de votre ordinateur. Vous pouvez également opter pour des lunettes filtrant la lumière bleue. Les lunettes anti-lumière bleue sont équipées de verres réfléchissant une partie des ondes bleu-violet afin qu’elles ne pénètrent pas dans l’œil. Pour éviter de fatiguer vos yeux, il est également recommandé de faire des pauses de 20 secondes toutes les 20 minutes, en regardant au loin.

 

Comment prendre rendez-vous chez l’ophtalmologue ?

Que vous ayez besoin de corriger votre vue ou non, il est indispensable de consulter régulièrement un ophtalmologue. Quel que soit votre âge, ne laissez jamais passer plus de 3 ans sans consulter. Le délai se réduit à 2 ans après 50 ans. En effet, c’est généralement à partir de cet âge que certaines pathologies peuvent apparaitre. C’est notamment le cas du glaucome, ou de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). À partir de 60 ans, il est fortement recommandé de prendre rendez-vous tous les ans.

Prendre rendez-vous régulièrement avec un ophtalmologue permet de faire contrôler son acuité visuelle, sa tension oculaire, et la santé de sa rétine qui peut être impactée en cas de diabète notamment. Le dépistage précoce est essentiel dans le traitement de la plupart des maladies des yeux. Les rendez-vous réguliers chez l’ophtalmologiste sont indispensables pour rester en bonne santé et pour agir avant qu’une éventuelle pathologie n’est de conséquences graves sur votre vue.

Durant cette période de crise sanitaire, continuez à effectuer un suivi régulier de votre vue. Au quotidien, préservez votre vue en adoptant de saines habitudes de vie. Limitez l’utilisation d’écrans et veillez à compléter des nuits de sommeil de 7 à 8 heures, le manque de sommeil pouvant contribuer à la fatigue oculaire.

12 07, 2021

Vision : pourquoi lire à l’extérieur est meilleur pour vos yeux ?

Bien choisir son éclairage pour lire est indispensable pour mettre ses yeux à l’abri de la fatigue. Lire sans forcer sur sa vue permet de profiter d’un vrai moment de détente sans conséquence sur sa santé oculaire. Découvrez pourquoi lire dehors est une solution idéale pour préserver la santé de vos yeux.

Quels sont les bienfaits de la lecture en extérieur ?

Lire tient une place importante dans vos loisirs ? Bonne nouvelle, la lecture en extérieur possède de nombreux bienfaits, aussi bien sur votre vision que sur votre bien-être.

Selon les résultats d’une étude effectuée par des chercheurs du State University of New York College of Optometry aux États-Unis, lire sous une lumière vive, comme celle du soleil, stimule le cerveau et permet de mieux voir les contrastes. L’étude tend à démontrer que la quantité de lumière change continuellement dans notre monde visuel et que la lecture en extérieur aide à lire plus facilement sans éprouver de fatigue oculaire. Sur une chaise longue, un transat ou un banc, lire dehors permet donc d’améliorer la netteté visuelle et la sensibilité aux contrastes.

En plus d’être une bonne solution pour atténuer la fatigue visuelle, la lecture en extérieur participe à notre équilibre psychique et physique. L’œil joue un rôle majeur dans la production de l’hormone du sommeil : la mélatonine. Certains photorécepteurs de l’œil sont reliés à l’hypothalamus, zone profonde du cerveau qui contrôle notamment synchronisation des rythmes biologiques, la capacité d’apprentissage, le processus cognitifs, et l’équilibre émotionnel. Lire dehors, se tenir loin des écrans (ordinateur, tablette et téléphone intelligent), ou encore mettre ses yeux aux repos régulièrement dans la journée est indispensable pour réduire la fatigue oculaire et éviter de dérégler son horloge interne.

 

Est-ce que la lecture abîme les yeux ?

Contrairement aux idées reçues, lire avec peu de lumière n’a pas d’impact sur l’acuité visuelle sur le long terme. Toutefois, la lecture avec une source lumineuse faible peut engendrer de la fatigue visuelle, l’œil devant forcer pour compenser le manque de luminosité.

La fatigue oculaire est souvent le résultat d’une utilisation excessive de nos yeux. Quand l’œil effectue un effort trop important, comme celui de lire lorsque la lumière est trop faible, une sensation de fatigue visuelle peut se faire ressentir. Les symptômes qui témoignent de la fatigue des yeux sont divers et variés :

  • Une vision brouillée voire floue ;
  • Une sensation de picotements ou de brûlure ;
  • La paupière qui tremble ;
  • Une douleur oculaire à l’intérieur des yeux ou autour des yeux ;
  • Des yeux irrités ou rouges.

Un défaut visuel mal, ou pas corrigé, peut exposer un individu à de la fatigue oculaire chronique. Avoir une correction adaptée est indispensable pour soulager vos yeux de la fatigue visuelle et pour prendre du plaisir à lire dehors.

 

Quelle intensité lumineuse pour lire ?

Que faire lorsque la lecture en extérieur n’est pas possible ? En intérieur, bien ajuster la luminosité de la pièce est essentiel. Pour bien adapter votre éclairage, misez sur une lampe qui éclaire suffisamment sans éblouir. Évitez les lampes de plafonds de type néons, trop puissantes et trop violentes. Choisissez plutôt des ampoules de puissance moyenne, entre 25 et 40 watts, à lumière chaude. Aussi, pour limiter l’éblouissement et éviter de fatiguer vos yeux, préférez plutôt plusieurs sources de lumière douce à une seule lampe puissante.

Si malgré tous ces ajustements vous éprouvez toujours de la fatigue visuelle, il est recommandé de prendre rendez-vous avec votre ophtalmologue afin d’obtenir des conseils personnalisés en fonction de vos problématiques et vos habitudes. Consulter régulièrement votre ophtalmologue est indispensable pour dépister toute pathologie de la vue, même mineure, pouvant avoir une incidence sur votre confort visuel.

Go to Top