Aussi connu son le nom d’herpès ophtalmique, l’herpès oculaire est la première cause des cas de cécité d’origine infectieuse. Découvrez quels sont les symptômes de cette pathologie et comment la traiter pour éviter les complications.

 

Qu’est-ce que l’herpès oculaire ?

L’herpès est une infection d’origine virale pouvant toucher plusieurs zones du corps, dont les yeux. La plupart du temps, l’herpès oculaire est dû au virus Herpès simplex de type 1, le même que pour l’herpès labial. Toutefois, il est aussi possible de contaminer ses yeux par le virus Herpesèsimplex de type 2, le virus de l’herpès génital.

L’herpès oculaire se transmet par auto contamination par le biais d’un contact avec une zone porteuse du virus. Si un sujet se touche l’œil après avoir touché une zone herpétique, un herpès oculaire peut s’y développer. C’est pourquoi il est indispensable de maintenir une hygiène des mains irréprochable et de ne jamais changer ses lentilles de contact sans avoir correctement lavé ses mains.

 

Quels sont les symptômes de l’herpès oculaire ?

L’herpès oculaire se manifeste généralement que de manière unilatérale. Parmi les signes principaux de cette pathologie, on retrouve :

  • La présence de vésicules de quelques millimètres regroupées sur tout le pourtour de l’œil, incluant le coin interne de l’œil et les paupières ;
  • Le développement de rougeurs de type conjonctival ;
  • Des larmoiements ;
  • Une sécheresse oculaire ;
  • Des sensations de picotements au niveau de la partie de l’œil infectée ;
  • Une sensation de grains de sable.

D’autres symptômes peuvent alarmer sur l’état avancé de l’herpès oculaire :

Herpès oculaire : quand consulter ?

Au début, l’herpès oculaire peut être confondu avec la conjonctivite aigüe. L’œil fait état de larmoiements, la paupière est gonflée et l’individu ressent une sensation de grain de sable. Même à ce stade, il est fortement recommandé de consulter rapidement un ophtalmologue afin d’éviter le développement de complications. Seul un ophtalmologue sera en mesure de poser un diagnostic sur un éventuel herpès oculaire. Pour diagnostiquer un herpès oculaire, l’ophtalmologue utilise une lampe à fente. La lampe à fente est un microscope binoculaire permettant d’examiner dans le détail les différents éléments du segment antérieur de l’œil. L’instillation de colorant dans l’œil permettra de révéler les zones endommagées de la cornée.

 

Quelles sont les conséquences de l’herpès oculaire ?

Si elle est diagnostiquée tôt, cette infection se soigne assez facilement. Quand il n’est pas traité rapidement, l’herpès oculaire peut présenter des complications, pouvant être très grave pour la santé des yeux. La principale complication est la kératite herpétique.

Qu’est-ce que la kératite herpétique ?

La kératite herpétique est une infection de la cornée causée par l’évolution d’un herpès oculaire. Il existe plusieurs types de kératites herpétiques :

  • La kératite herpétique épithéliale : la kératite herpétique épithéliale n’affecte jusque-là que la couche supérieure de la cornée, épithélium.
  • La kératite stromale immune : ce type correspond à une réaction inflammatoire des couches les plus profondes de la cornée. La kératite stromale immune peut apparaître après un épisode d’infection herpétique active.
  • La kératite stromale nécrosante : ce type de kératite est le type le plus grave. La kératite stromale nécrosante est provoquée par une réactivation et une invasion directe du virus dans la cornée, détruisant le tissu cornéen et provoquant une réaction inflammatoire.

Comment traiter l’herpès oculaire ?

Lorsqu’il est pris à temps par un ophtalmologue, l’herpès oculaire pourra être traité facilement. Un simple traitement local pourra être administré. Un traitement antiviral pourra également réduire la réplication virale, contrôler l’inflammation et éviter les risques de complications. L’aciclovir est le traitement le plus courant de l’herpès oculaire. Cet antiviral se présente sous la forme d’une pommade ophtalmologique à appliquer 5 fois par jour pendant une dizaine de jours. Des larmes artificielles ou des lubrifiants oculaires pourront être proposés au patient pour soulager l’inconfort dû à l’herpès oculaire.

S’il est pris en charge en retard, l’herpès oculaire peut conduire à une souffrance du nerf optique en cas d’augmentation de la pression intra-oculaire. Cela peut également entrainer des séquelles sur la cornée, l’iris, ou le cristallin, pouvant aller jusqu’à l’altération de la qualité visuelle.

Il est formellement déconseillé de pratiquer l’automédication. L’installation de collyre contenant des corticoïdes peut entraîner une flambée de l’infection et accélérer l’extension de l’ulcération.

 

Herpès oculaire : contagiosité et récidive

L’herpès oculaire est une affection qui reste à vie dans l’organisme, à l’état latent. Généralement, un patient qui sait qu’il est porteur du virus de l’herpès simplex est invité à consulter à la moindre douleur ou irritation. Restez attentif au moindre symptôme en cas d’antécédents. Un examen à la lampe à fente permettra de faire la différence entre une récidive, une complication de l’herpès oculaire, et une autre maladie.

L’herpès est un virus à contaminations manuportées. Pour prévenir la transmission, soyez extrêmement rigoureux avec l’hygiène des mains pour ne pas contaminer vos lentilles de contact ou votre œil. Dans l’idéal, ne portez pas de lentilles de contact si vous avez un herpès oculaire actif.