27 07, 2022

Comment préserver sa vue ? (Aliments, gestes quotidiens…)

Soleil, tabac, pollution, écrans… Nos yeux subissent une multitude d’agressions. Pour prévenir l’apparition de troubles visuels et de maladies pouvant conduire à la cécité telles que la DMLA et la cataracte, plusieurs habitudes peuvent être instaurées au quotidien. Découvrez nos 5 conseils pour préserver la santé de ses yeux et favoriser une bonne acuité visuelle.

 

1-Protéger ses yeux du soleil

 

Pour préserver sa vue, il est primordial de protéger ses yeux du rayonnement UV. En effet, les rayons ultraviolets peuvent causer de graves problèmes oculaires comme les cataractes, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et des lésions sur la rétine qui peuvent mener à la cécité. À tout âge, et plus particulièrement lorsque l’on est un enfant, il est indispensable de porter des lunettes de soleil pour faire barrage aux rayons UV.

 

Pour bien choisir votre paire de lunettes de soleil, optez pour des verres filtrants 100% des rayons UV. En effet, le port de lunettes de soleil ayant des verres foncés ne garantit pas que les rayons UV n’altèrent pas la santé de vos yeux. Vérifiez toujours la qualité du filtre de vos lunettes de soleil. Choisissez votre modèle parmi ceux portant le marquage CE.

 

2- Porter des lunettes anti-lumière bleue

 

Les rayons UV ne sont pas les seuls à représenter un risque pour la santé de vos yeux. La lumière bleue accélère le vieillissement de la rétine et représente l’un des principaux facteurs de risque de DMLA. Passer la journée à regarder un ordinateur ou un smartphone peut également causer une sécheresse oculaire et impacter négativement la santé des yeux.

 

Le port de verres filtrant la lumière bleue reste le meilleur moyen de protéger ses yeux. Les lunettes anti-lumière bleue sont équipées d’un revêtement spécial conçu pour réfléchir et bloquer la pénétration de la lumière bleue. Tout comme pour les lunettes de soleil, tournez-vous vers un modèle répondant aux normes européennes.

 

3-Adapter votre alimentation

 

L’alimentation joue un rôle majeur pour rester en bonne santé. Adopter une alimentation saine et équilibrée est également indispensable pour préserver sa santé oculaire. En effet, les yeux sont extrêmement sensibles à ce que nous mangeons. Limitez votre consommation de sucre, facteur de diabète, et privilégiez la vitamine C, la vitamine A et la vitamine B2. Le zinc constitue également une barrière contre la DMLA. Absorber une quantité suffisante de zinc permet de conserver une bonne vision et de protéger durablement les yeux. Enfin, ne négligez pas vos apports en oméga 3, majoritairement présents dans les poissons gras et les huiles de colza ou de noix. Les oméga 3 sont efficaces pour réduire le risque de DMLA et de cataracte.

 

4- Arrêter de fumer

 

Le tabac nuit gravement à votre santé et à celle de vos yeux. En effet, le tabagisme est impliqué dans l’augmentation du risque de souffrir de nombreuses maladies oculaires, telles que la cataracte, la DMLA et la rétinopathie diabétique. La fumée de cigarette peut également causer de la sécheresse oculaire et avoir des conséquences sur l’acuité visuelle.

 

5- Consulter régulièrement son ophtalmologue

 

Pour préserver la santé de vos yeux, rendez visite régulièrement à votre ophtalmologue. Seul votre ophtalmologue sera en mesure d’effectuer un examen complet de vos yeux et de limiter le développement de maladies oculaires pouvant mener à la cécité. Après 40 ans, les visites de contrôle chez l’ophtalmologue doivent être effectuées tous les 18 mois à 2 ans. Après 50 ans, il est recommandé de consulter un ophtalmologue tous les ans. En cas de baisse brutale de la vision, de douleur oculaire ou d’une amputation du champ visuel, une prise en charge par les urgences ophtalmologiques est nécessaire.

24 06, 2022

Laser des yeux : le point sur les risques de l’intervention

 

 Le laser des yeux est-il dangereux ?

L’opération au laser des yeux, ou chirurgie réfractive, vise à corriger les défauts de réfraction de l’œil. Que vous soyez myope, hypermétrope, presbyte ou astigmate, cette intervention permet de remodeler la cornée afin de retrouver une meilleure acuité visuelle sans dispositif de correction. Découvrez dans quels cas elle est indiquée, et quels sont les dangers liés à une telle intervention.

 

 

Pourquoi faire du laser dans les yeux ?

L’opération au laser des yeux est une intervention de plus en plus pratiquée. Et pour cause, elle permet de corriger définitivement les défauts de réfraction de l’œil. La chirurgie laser est indiquée aux personnes souhaitant réduire ou éliminer la dépendance aux lunettes de vue et aux lentilles de contact. Elle offre une plus grande liberté de mouvement, notamment aux personnes pratiquant une activité physique régulière ou des sports nautiques et/ou extrêmes.

 

Quels sont les effets secondaires du laser dans les yeux ?

Tous les porteurs de dispositifs de correction ne peuvent pas être éligibles au laser des yeux. Pour éliminer toute contre-indication, une série d’examens devra être effectuée.

 

Aujourd’hui, et surtout lorsqu’elle est indiquée, l’opération au laser des yeux présente de moins en moins d’effets secondaires. Même si, comme dans toute chirurgie, le risque zéro n’existe pas, certains mythes concernant la chirurgie au laser des yeux sont à écarter :

 

  • L’intervention est-elle douloureuse : non, l’opération au laser des yeux ne fait pas mal. Au début de l’intervention, des gouttes anesthésiantes sont instillées afin de rendre l’œil insensible à l’application du laser. Un léger pincement peut être ressenti lorsque le chirurgien met en place l’écarteur, mais rien de très traumatisant.

 

  • Le laser des yeux peut faire perdre la vue : cette crainte est légitime, mais elle reste injustifiée. Aujourd’hui, grâce aux techniques chirurgicales avancées, le risque de cécité après une opération au laser est inexistant.

 

  • L’opération peut entraîner de la sécheresse oculaire : à la suite d’une opération de chirurgie réfractive, une sécheresse oculaire peut en effet s’installer. Néanmoins, elle reste transitoire et concerne une infime partie des patients.

 

  • Le risque d’infection après l’intervention est important : une infection de la cornée est très rare, d’autant plus lorsque le patient suit les recommandations du praticien à la lettre. Si une infection venait tout de même à se développer, des antibiotiques peuvent être prescrits afin de la traiter.

 

Qui ne peut pas se faire opérer des yeux ?

Pour une opération parfaitement sécuritaire, il existe plusieurs contre-indications à la chirurgie réfractive :

 

  • Le kératocône : le kératocône est une maladie génétique qui se traduit par une déformation évolutive de la cornée. Cette affection doit être dépistée avant toute intervention au laser des yeux. Le dépistage du kératocône est systématiquement effectué au cours du bilan préopératoire grâce à un l’examen cornéotopographique pré-opératoire qui permet d’analyser la forme et le relief de la cornée.
  • L’uvéite : l’uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil, appelée l’uvée. Elle peut être causée par une infection, une défaillance du système immunitaire ou un traumatisme.
  • Un herpès oculaire : l’herpès oculaire est une infection d’origine virale. Il se caractérise généralement par l’apparition de vésicules de quelques millimètres groupées sur tout le pourtour de l’œil. Un herpès oculaire récidivant est une autre contre-indication à la chirurgie au laser des yeux.

 

La chirurgie réfractive est également aux personnes mineures et aux personnes présentant une grave sécheresse oculaire. La stabilisation de la vue est indispensable pour prétendre à une intervention de chirurgie réfractive.

 

24 06, 2022

Implant phake ICL : découvrez comment se déroule l’intervention

 

 L’implant phake ICL : comment ça marche

L’implant phake ICL est une lentille intraoculaire très fine placée à l’intérieur du globe oculaire par voie chirurgicale. Cette chirurgie de confort est destinée aux personnes souffrant d’anomalies optiques qui ne peuvent pas être corrigées par d’autres techniques opératoires telles que le LASIK ou la PKR. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette lentille artificielle.

 

Qu’est-ce que l’implant phake ICL ?

L’implant phake ICL désigne la lentille intraoculaire mise en place chirurgicalement par l’intermédiaire une petite incision. Contrairement à l’implant oculaire classique, cette lentille ne nécessite pas le retrait du cristallin. L’implant phake ICL n’est donc pas utilisé pour traiter une cataracte.

 

La pose d’un implant phake ICL est réservée aux traitements des anomalies optiques qui ne peuvent pas être corrigées par une chirurgie au laser. C’est notamment le cas lorsque le patient souffre d’une amétropie trop importante ou d’une maladie de la surface oculaire, ou lorsqu’il fait état d’une cornée inférieure à 500 µm ou d’une cornée irrégulière.

 

L’implant phake ICL permet de corriger la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme :

 

  • La myopie : ce défaut de la vision se traduit par une vision floue de loin et nette de près. L’implant phake ICL peut alors être utilisé pour corriger les myopies de -1 à -30 dioptries.
  • L’hypermétropie: contrairement à la myopie, l’hypermétropie se caractérise par une vision floue de près mais nette de loin. La pose d’un implant phakes ICL est indiquée pour corriger les hypermétropies de +1 à +15 dioptries.
  • L’astigmatisme: l’astigmatisme est un défaut visuel fréquent qui se manifeste par des images déformées sur les côtés et par la confusion de caractères proches. L’implant ICL peut corriger les dioptries de -1 à -10.

 

La pose d’un implant phake ICL permet au patient de se passer du port de lentilles de contact ou de lunettes de vue. Utilisés depuis le début des années 90, ces implants offrent d’excellents résultats.

 

Comment se déroule la chirurgie avec implant phake ICL ?

La chirurgie avec implant phake ICL s’effectue en chirurgie ambulatoire, sous anesthésie locale. Des gouttes sont instillées à la surface du globe oculaire afin d’anesthésier la zone traitée. Dans certains cas, une anesthésie générale peut être envisagée. Pour opérer les deux yeux, deux interventions espacées de 24h sont nécessaires.

 

Rapide, la pose de l’implant phake ICL est réalisée par l’intermédiaire d’une petite incision de 3 à 6 millimètres. Le chirurgien insère alors l’implant et le manipule afin de le positionner correctement dans l’œil.

 

Avant l’intervention, un bilan préopératoire est nécessaire afin d’éliminer la présence d’éventuelles contre-indications à la chirurgie. Plusieurs examens devront être réalisés : topographie cornéenne, tomographie en cohérence optique, biométrie oculaire, etc.

 

 

Quels sont les avantages de l’implant phake ICL ?

Bien que le résultat attendu soit généralement inférieur à celui qu’il est possible d’obtenir par LASIK, il reste tout de même très satisfaisant. La pose d’implants phake ICL permet de traiter des anomalies optiques qu’il ne serait pas possible d’opérer par l’intermédiaire d’une autre technique. L’implant phake ICL possède également l’avantage d’être très sécuritaire, à condition d’effectuer une surveillance régulière et dans la mesure où les indications de départ sont bien établies.

 

Ces lentilles sont généralement très bien tolérées et ne présentent pas des suites opératoires très contraignantes. La récupération fonctionnelle est rapide et la reprise du travail peut être effectuée le lendemain de l’intervention. À long terme, en cas de cataracte, l’implant phake ICL pourra facilement être retiré, et un nouvel implant pourra être inséré à la place du cristallin opacifié.

 

 

30 05, 2022

Quels sont les premiers signes d’un glaucome ?

Le glaucome est une maladie chronique de l’œil qui, en l’absence de traitement, peut aboutir à la perte totale de la vision. Plus précisément, le glaucome est caractérisé par une dégénérescence du nerf optique causant progressivement une réduction irrémédiable du champ visuel. Afin de prévenir son apparition, les personnes ayant un risque plus élevé doivent être surveillées régulièrement par leur ophtalmologue. Découvrez quels signes du glaucome doivent être pris au sérieux et quand consulter un médecin en urgence.

 

Qu’est-ce qu’un glaucome ?

 

Le glaucome touche 1 à 2 % de la population de plus de 40 ans et environ 10 % après 70 ans. Cette maladie chronique de l’œil est le plus souvent causée par une pression trop importante à l’intérieur de l’œil, ou hypertonie oculaire.

 

Le glaucome est généralement diagnostiqué à un stade très avancé, au moment où la vision est déjà altérée. C’est pourquoi, il est indispensable de savoir reconnaître les signes d’un glaucome afin de se faire prendre en charge rapidement.

 

Quels sont les symptômes d’un glaucome ?

 

Il existe deux types de glaucome : le glaucome aigu, ou glaucome à angle fermé, et le glaucome chronique, ou glaucome à angle ouvert. Les premiers signes d’un glaucome dépendent de son type :

  • Dans le cas d’un glaucome à angle ouvert : cette forme de glaucome est la plus fréquente. Elle atteint habituellement les deux yeux. Le signe précurseur du glaucome à angle ouvert est la hausse graduelle de la pression à l’intérieur de l’œil. L’altération de la vue est alors lente et indolore, presque imperceptible dans les débuts.

 

  • Dans le cas d’un glaucome à angle fermé : cette forme de glaucome est plus rare. Elle est caractérisée par la fermeture de l’angle irido-cornéen empêchant la sortie de l’humeur aqueuse à travers le trabéculum. Le trabéculum se situe au niveau de l’angle irido cornéen et constitue la principale voie de drainage de l’humeur aqueuse. Lorsque l’humeur aqueuse ne peut plus s’évacuer par le trabéculum, la pression intraoculaire augmente, causant des dommages irrémédiables sur le nerf optique. Les signes du glaucome à angle fermé se manifestent généralement brutalement. Les symptômes peuvent inclure une vision floue, une douleur aux yeux, une perte soudaine de la vue d’un œil, des maux de tête, ou encore des nausées et des vomissements.

 

Quels sont les facteurs de risque du glaucome ?

 

Connaître les facteurs de risque du glaucome permet de prendre au sérieux les premiers signes du glaucome. Si vous avez plus de 45 ans, qu’un membre de votre famille présente un glaucome, que vous êtes myope ou que vous souffrez de diabète de type 2, vous êtes susceptible de présenter un glaucome.

 

Pour écarter tout risque de complications, il est recommandé de consulter un médecin ophtalmologiste régulièrement. Si vous ressentez une douleur importante à l’œil et qu’en même temps la vision baisse rapidement, il s’agit certainement d’un signe du glaucome. Dans ce cas, consultez d’urgence un ophtalmologue.

 

Comment traiter un glaucome ?

 

Le glaucome est dépisté au terme de plusieurs examens : le test de tonométrie, la mesure de l’épaisseur de la cornée, l’examen de l’angle irido-cornéen par gonioscopie, ou encore l’examen du nerf optique par le fond d’œil. Ces examens sont généralement complétés par une tomographie en cohérence optique (OCT) de la tête du nerf optique et des cellules ganglionnaires maculaires.

 

Le traitement du glaucome consiste principalement à réduire la production de l’humeur aqueuse et à augmenter son élimination par un traitement médicamenteux. Dans certains cas, une trabéculoplastie par laser ou chirurgie peut être nécessaire. La trabéculoplastie est un traitement proposé aux patients atteints de glaucome chronique à angle ouvert qui consiste à élargir l’angle irido-cornéen dans le but de ralentir le développement de la maladie et de préserver le plus longtemps possible la vision.

 

 

30 05, 2022

DMLA : quels sont les aliments à privilégier ?

Première cause de handicap visuel chez les personnes de plus de 65 ans, la dégénérescence maculaire liée à l’âge résulte d’une détérioration graduelle de la macula. Si l’âge, le tabagisme, le surpoids et l’hypertension artérielle sont des facteurs de risque, adopter une alimentation saine, riche en acides gras notamment, pourrait prévenir le développement de la DMLA. Découvrez quels aliments privilégier pour limiter le risque de DMLA.

 

Qu’est-ce que la DMLA ?

La DMLA est une maladie chronique de la zone centrale de la rétine, appelée macula. Bien qu’elle n’occupe que 2 à 3% de la surface de la rétine, la macula joue un rôle majeur. Elle possède en son centre une petite zone, nommée fovéa, qui est responsable de l’acuité maximale de l’œil. La macula permet de voir nettement les détails et les couleurs. Elle est notamment sollicitée au cours d’activité demandant de la précision : la lecture, la couture, la conduite, etc.

 

La DMLA apparaît aux alentours des 50 ans et évolue progressivement. À un stade avancé, le patient atteint de DMLA ne voit plus au centre de son champ de vision.

Quelles sont les différentes formes de DMLA ?

Il existe deux formes de DMLA :

  • La DMLA atrophique, ou DMLA sèche : elle est caractérisée par un amincissement anormal de la macula causé par la disparition progressive des cellules de l’épithélium pigmentaire de la rétine et des cellules photoréceptrices.
  • La DMLA exsudative, ou DMLA humide : forme la moins fréquente, la DMLA exsudative se caractérise par la formation de nouveaux vaisseaux, nommés néovaisseaux, sous la rétine. Son évolution étant particulièrement rapide, elle conduit à une perte de la vision centrale en quelques semaines.

 

La DMLA peut affecter un œil ou deux. Des formes mixtes, à savoir un œil atteint de DMLA atrophique et un œil atteint de DMLA exsudative, existent.

Quels aliments sont bons pour les DMLA ?

Il existe plusieurs facteurs de risque de DMLA : l’âge, la consommation de tabac, les prédispositions génétiques, la surcharge pondérale, ou encore des antécédents de maladies cardiovasculaires. Aussi, une mauvaise alimentation peut représenter un facteur de risque de développement de la DMLA. À contrario, adopter une alimentation équilibrée, riche en antioxydants, en oméga 3 et en pigments maculaires tels que la lutéine et la zéaxanthine, permet de limiter les risques d’apparition de la DMLA.

 

Pour lutter contre la DMLA, les aliments à privilégier sont les suivants :

  • Les aliments riches en oméga 3 : une à deux fois par semaine, consommez des poissons gras tels que le saumon, le hareng, la sardine, le maquereau, la truite et le thon rouge. Vous pouvez également varier les huiles riches en oméga 3 (noix, colza, germe de blé, etc.)
  • Les aliments riches en vitamines et minéraux : pour prévenir l’apparition de la DMLA, les aliments à privilégier sont également ceux qui sont riches en vitamines et minéraux. Pour composer votre assiette, tournez-vous vers des aliments contenant de la vitamine C, de la vitamine E, du sélénium et du zinc.
  • Les aliments riches en lutéine et en zéaxanthine : la lutéine et la zéaxanthine font partie de la grande famille des caroténoïdes. On les retrouve dans les légumes à feuilles vert foncé, comme le chou frisé et l’épinard, et dans les fruits jaune orangé comme les agrumes ou les tomates. Pour prévenir la DMLA, les aliments à privilégier peuvent également être les haricots verts, les poivrons, les poireaux ou encore le brocoli.

 

Avant d’opérer toute modification dans votre régime alimentaire, il est recommandé de demander l’avis de votre médecin. Pour plus d’informations sur la DMLA et les aliments à privilégier, consultez votre ophtalmologue.

20 04, 2022

Les causes principales de cécité en France

Le saviez-vous ? En France, le diabète est la première cause de cécité chez les personnes de moins de 65 ans. Toutefois, l’hyperglycémie chronique n’est pas la seule cause de cécité. Glaucome, cataracte, DMLA… Découvrez toutes les causes principales de cécité en France.

 

 

Qu’est-ce que la cécité ?

 

La cécité désigne un état pathologique causé par de nombreuses maladies oculaires. Définie par un seuil d’acuité visuel ou de champ visuel, la cécité peut avoir plusieurs causes. L’organisation Mondiale de la Santé décrit trois catégories de cécité :

 

  • Catégorie I : elle se caractérise par une déficience visuelle profonde. Dans ce cas, le sujet compte les doigts à un mètre mais ne peut le faire à trois mètres.
  • Catégorie II : on parle de déficience presque totale, ou de cécité sévère. Elle est définie par une acuité visuelle inférieure à 1/50 avec perception conservée de la lumière. Une personne atteinte de cécité de catégorie II ne peut pas compter les doigts à un mètre ou dispose d’un champ visuel inférieur à 5°.
  • Catégorie III : elle correspond à la cécité absolue. Le sujet ne perçoit pas la lumière.

 

Les causes principales de la cécité sont des maladies liées au vieillissement, telles que la DLMA, la cataracte, le glaucome et la rétinopathie diabétique.

 

Le diabète, première cause de cécité en France

 

Le diabète, et plus précisément le diabète incontrôlé causant une rétinopathie diabétique, figure parmi les principales causes de cécité en France. Avant 65 ans, la rétinopathie diabétique est la première cause de cécité. Cette complication du diabète sucré touche les vaisseaux sanguins de la rétine en provoquant des microanévrismes et des hémorragies rétiniennes. La rétinopathie diabétique peut également engendrer une prolifération de vaisseaux anormaux pouvant à terme, créer des dommages irréversibles.

 

La rétinopathie diabétique est une pathologie silencieuse dans les premiers temps. C’est pourquoi, il est indispensable de consulter régulièrement un ophtalmologue, notamment si vous souffrez de diabète, afin d’éviter tout risque de complications graves, allant jusqu’à la cécité.

 

Qu’est-ce qui provoque la cécité ?

 

En France, on compte plus de 200 000 aveugles et malvoyants profonds. Parmi les causes principales de cécité en France, on retrouve les facteurs d’origine génétique, les accidents ou encore les maladies infectieuses. Dans les pays occidentaux, le glaucome, la cataracte ou la DMLA viennent s’ajouter à la rétinopathie diabétique parmi les causes principales de cécité.

 

La cataracte

La cataracte désigne une opacification du cristallin de l’œil, principalement liée au vieillissement. Cette opacification du cristallin, lentille convergente située à l’intérieur de l’œil, entraine une baisse progressive de la vue, une sensation de brouillard et un éblouissement à la lumière. Une intervention, qui consiste à enlever le noyau du cristallin pour le remplacer par une lentille artificielle, sera alors nécessaire.

 

Le glaucome

 

En France, le glaucome est la 2ème cause de cécité chez l’adulte. Le glaucome se caractérise par une altération du nerf optique qui est souvent associée à une augmentation de la pression intraoculaire. Il existe deux principaux types de glaucomes :

 

  • le glaucome à angle fermé, qui est très douloureux et représente une urgence ophtalmologique ;
  • et le glaucome à angle ouvert qui est asymptomatique.

 

Une fois dépisté, le glaucome peut être traité afin de prévenir la perte de vision.

 

La DMLA

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA, est également une des causes principales de cécité. La DMLA est la maladie ophtalmologique la plus répandue dans les pays industrialisés qui apparaît généralement après 50 ans. Elle est caractérisée par un vieillissement précoce et évolutif de la macula, zone centrale de la rétine où l’acuité visuelle est la meilleure. La DMLA se traduit par une déformation des lignes puis par la perte de la vision centrale. En raison du risque de développement rapide, il est fortement recommandé de prendre rendez-vous régulièrement avec son ophtalmologue.

12 04, 2022

Maladie de Best : c’est quoi ?

La maladie de Best, ou dystrophie maculaire vitelliforme de Best est une maladie ophtalmique héréditaire. Affectant la macula, zone centrale de la rétine, la maladie de Best débute généralement à l’enfance ou à l’adolescence. Découvrez quels sont les symptômes de cette maladie ophtalmique et quels sont les traitements possibles.

 

 

Qu’est-ce que la maladie de Best ?

 

La maladie de Best est une maladie héréditaire qui touche la macula et sa région. La macula désigne une petite zone située au centre de la rétine au fond de l’œil. Responsable de la vision centrale, la macula contient en son centre la fovéa, zone où l’acuité visuelle est la plus importante.

 

Se manifestant à l’enfance ou à l’adolescence, généralement entre 5 et 10 ans, la maladie de Best se caractérise par l’apparition d’une tache jaune dans la région maculaire.

 

La maladie de Best est causée par la présence d’une mutation sur un allèle du gène VMD2 (vitelliforme macular dystrophy-2). Lorsque l’un des deux parents est atteint, le risque d’avoir un enfant atteint à chaque grossesse est de 50%.

 

Quels sont les symptômes de la maladie de Best ?

 

La maladie de Best se caractérise par plusieurs symptômes ophtalmiques. Cette pathologie maculaire évolue progressivement.

 

  • Stade 1 : dans un premier temps, la vision est normale à la naissance. La maladie est alors dépistée par angiographie à la fluorescéine.

 

  • Stade 2 : débute classiquement dans l’enfance entre l’âge de 5 et 10 ans. Il est caractérisé par des lésions jaunâtres. Au début de la maladie, la vision centrale reste également préservée.

 

  • Stade 3 : nommé stade de pseudo-hypopion, ce stade survient lorsque la tache se fragmente avec une baisse importante de la vision.

 

  • Stade 4 : il se caractérise par l’évolution du dépôt vitellin vers la fragmentation puis l’atrophie. À ce stade, la baisse de la vision est la plus importante.

 

Les symptômes de la maladie de Best varient d’un patient à l’autre. De manière générale, il est possible d’observer les symptômes suivants :

  • Une baisse de la vision centrale ;
  • Une vision qui devient trouble ;
  • Une métamorphopsie (déformation des lignes).

 

Chez un patient atteint par la maladie de Best, la vision périphérique reste normale et la vision nocturne n’est pas affectée.

 

Comment diagnostiquer la maladie de Best ?

 

 

Le diagnostic de la maladie de Best est réalisé par un ophtalmologue. Plusieurs examens de la rétine peuvent être nécessaires :

 

  • Un fond de l’œil : cet examen permet de visualiser la rétine.
  • Une tomographie en cohérence optique (OCT) : elle est effectuée dans le but de donner un aperçu détaillé de l’intérieur de la rétine. Cet examen permet de dépister plusieurs pathologies de la rétine dont la dégénérescence maculaire, l’œdème maculaire ou la maladie de Best.
  • Une angiographie en fluorescence : cette procédure de diagnostic consiste à prendre des photos de la circulation des vaisseaux de la rétine et de la choroïde. L’angiographie en fluorescence nécessite l’injection d’un colorant fluorescent.
  • L’électrorétinographie multifocale : elle consiste à analyser la réponse de la rétine face à une stimulation lumineuse.

 

Comment soigner la maladie de Best ?

 

À ce jour, il n’existe aucun traitement spécifique pour soigner la maladie de Best. Des aides visuelles peuvent être prescrites afin de lutter contre la perte de vision. Un suivi médical est nécessaire pour suivre l’évolution de la maladie et d’éviter les complications liées à la maladie de Best.  Prenez rendez-vous avec votre ophtalmologue régulièrement avec votre ophtalmologue. Afin de prendre en charge le dépistage et le traitement des affections oculaires telles que la maladie de Best.

12 04, 2022

Manger gras augmente-t-il les risques de DMLA ?

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA, désigne une dégradation d’une partie de la rétine, la macula. Cette pathologie, dont la fréquence croit avec l’âge, est la principale cause de malvoyance chez l’adulte de plus de 50 ans dans les pays industrialisés. Est-ce qu’un régime alimentaire trop gras augmente le risque de DMLA ? Découvrez comment prévenir cette maladie de l’œil.

 

 

Qu’est-ce que la DMLA ?

 

La DMLA, ou dégénérescence maculaire liée à l’âge, est comme son nom l’indique, une maladie dégénérative de la macula. La macula désigne la zone centrale de la rétine, fine membrane tapissant la surface interne du globe. La rétine joue un rôle majeur dans le fonctionnement de la vision. Ce tissu neurosensoriel transforme les rayons lumineux en un signal nerveux et le transmet au système nerveux central. La macula est composée de cellules spécialisées permettant de voir les détails fins. Cette zone de la rétine permet également de distinguer les couleurs dans la partie centrale de l’image.

 

La DMLA est la première cause de handicap visuel. En effet, lorsque la macula est endommagée, la vision centrale devient floue. Ce phénomène peut affecter un seul œil ou les deux yeux.

 

Il existe deux types de DMLA :

 

  • La DMLA sèche, ou atrophique : la DMLA sèche est diagnostiquée par un examen du fond de l’œil. Cette forme se traduit par un amincissement anormal de la macula ainsi que par une accumulation de petits dépôts blanchâtres appelés « drusen » à l’intérieur et autour de la macula.

 

  • La DMLA humide, ou exsudative : se caractérise par la survenue brutale de symptômes. Si elle n’est pas diagnostiquée et prise en charge, elle peut évoluer rapidement vers la perte de la vision centrale. La DMLA humide est causée par la formation de nouveaux vaisseaux sanguins autour et en arrière de la macula. Le risque de DMLA humide est deux fois plus important que le risque de développer une forme sèche.

 

Quels sont les facteurs de risque de DMLA ?

 

Bien que les causes exactes du développement de la DMLA soient mal connues, on distingue plusieurs facteurs de risque de DMLA :

 

  • L’âge : le principal facteur de risque de DMLA est l’âge. En effet, plus les années passent, plus le risque de développer une DMLA augmente
  • La consommation de tabac : bien que les mécanismes exacts qui lient le tabac et la DMLA ne soient pas encore clairement identifiés, il est établi que le tabagisme augmente fortement le risque de DMLA.
  • La génétique : la génétique joue un rôle important dans le développement de nombreuses pathologies. La DMLA ne fait pas exception. En effet, cette maladie peut parfois présenter une composante héréditaire.

 

La surcharge pondérale, l’hypertension artérielle ou encore le fait d’avoir les yeux clairs sont également des facteurs de risque de DMLA.

 

La mauvaise alimentation est-elle un facteur de risque de DMLA ?

 

Le tabac, l’âge ou encore la génétique ne sont pas les seuls facteurs de risque de DMLA. En effet, l’alimentation joue également un rôle majeur. Une mauvaise alimentation ainsi qu’une carence en omega 3 peut augmenter le risque de développer cette maladie dégénérative de la macula. Des concentrations élevées de cholestérol dans le sang sont associées à la dégénérescence maculaire. Une alimentation riche en mauvaises graisses, et pauvres en antioxydants, en oméga-3 et en lutéine accroit donc le risque de DMLA. Au contraire, manger des aliments riches en antioxydants (bêta-carotène, vitamines C et E, zinc) contribue à limiter le risque de DMLA. Pour prévenir la DMLA, misez donc sur les choux verts, les courgettes, les brocolis, les oranges ou encore les framboises.

12 04, 2022

La myopie peut-elle conduire à la cécité ?

La myopie, trouble oculaire qui se caractérise par une vision nette de près et une vision floue de loin, touche 30% des adultes en France. Dans certaines circonstances, ce trouble de la vision peut entraîner des complications graves, pouvant mener à la cécité. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la myopie et ses risques sur la santé des yeux.

 

Qu’est-ce que la myopie ?

 

La myopie est un trouble de la vision très fréquent. Souvent détectée à l’enfance au cours de la scolarité, la myopie se traduit par une vision floue de loin et nette de près. Chez un myope, l’image observée de loin se forme en avant de la rétine. Résultat : l’image apparaît floue. On parle alors d’œil trop long, ou trop bombé.

 

La myopie peut avoir plusieurs causes. La génétique et l’environnement figurent notamment parmi les principales causes de la myopie. Aussi, nos habitudes de vie peuvent être impliquées dans le développement de ce trouble de la vision. En effet, en sur sollicitant la vision, le temps passé devant les écrans (smartphone, tablettes, ordinateurs, télévision…) est également responsable de l’apparition de la myopie.

 

Est-ce que la myopie peut rendre aveugle ?

 

Lorsque la myopie est légère, il est peu probable de développer de graves problèmes oculaires pouvant mener à la cécité. Toutefois, si la myopie évolue à un stade plus avancé, le risque de développer un glaucome et une cataracte est plus important.

 

Aussi, une myopie forte est une cause de décollement de la rétine. La rétine joue un rôle primordial. Cette membrane qui tapisse les deux tiers du globe oculaire transforme la lumière en signaux nerveux transmis au cerveau. Le décollement de la rétine peut causer d’importants troubles de la vision et nécessite une prise en charge rapide afin de prévenir les complications sérieuses pouvant mener à la cécité. Le risque de décollement de rétine par déchirure de la rétine est plus important à partir de 50 ans chez les personnes atteintes de myopie. Plus le degré de la myopie est important, plus le risque de développer un décollement de la rétine augmente.

 

En cas de symptômes de décollement de la rétine (vision de mouches volantes, vision floue ou embuée, apparition de points lumineux, d’éclairs de lumière, d’un voile noir en bordure du champ de vision, etc.), il est fortement recommandé de consulter un ophtalmologue dans les plus brefs délais. Un traitement chirurgical pourra alors être nécessaire pour réappliquer la rétine décollée.

 

Comment ralentir le développement de la myopie ?

 

La myopie apparaît généralement à l’enfance et évolue peu à peu jusqu’à l’âge adulte. Aujourd’hui, il n’existe aucune solution pour stopper le développement de la myopie. Toutefois, des études tendent à démontrer que l’orthokératologie pourrait ralentir le développement de la myopie. Cette technique repose sur le port de lentilles rigides la nuit pour aplanir légèrement la cornée et compresser mécaniquement certaines cellules.

 

Pour corriger la myopie, plusieurs solutions existent : les lunettes de vue, les lentilles de contact et la chirurgie réfractive. Les lunettes et les lentilles sont les deux corrections les plus fréquemment adoptées. Toutefois, lorsque le port de ce type de correction ne convient plus, et que le patient est éligible, une intervention chirurgicale peut être envisagée. L’opération au laser a pour objectif de modifier la courbure de la cornée. L’intervention peut être proposée à l’âge adulte, dès lors que la myopie est stable depuis deux années.

 

Pour éviter tout risque de complications de la myopie pouvant conduire à la cécité, il est recommandé de consulter régulièrement un ophtalmologue. En cas de myopie à l’âge adulte, prenez rendez-vous avec votre ophtalmologue tous les ans.

12 04, 2022

Tabac : quels effets sur la vision ?

Lorsque l’on pense aux méfaits du tabac sur la santé, on pense rarement à la santé des yeux. Et pourtant, le tabac est impliqué dans le développement de nombreuses maladies oculaires. Découvrez quels sont les effets du tabac sur la vision et comment prendre soin de vos yeux pour prévenir le risque de maladies oculaires.

 

Quels sont les troubles visuels causés par le tabac ?

 

Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable. Selon Santé Publique France, en moyenne, un fumeur régulier sur deux meurt des conséquences de son tabagisme.

 

La fumée de cigarette contient plus de 4 000 substances chimiques (métaux lourds, plomb, mercure, ammoniac, méthanol, etc.). Lorsque l’on fume, ces substances toxiques passent dans le système sanguin et circulent librement dans le corps, y compris dans les yeux. En plus d’assécher les yeux, le tabac favorise le développement de certaines maladies ou troubles visuels tels que la cataracte, la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la rétinopathie diabétique ou encore l’uvéite.

 

La cataracte

 

La cataracte se caractérise par une opacification du cristallin qui empêche les rayons lumineux d’atteindre la rétine. Cette pathologie touche les personnes après 60 ans et se traduit par une vue qui se brouille progressivement, une vision double, une perception des couleurs altérée et une vision nocturne dégradée. Le développement de la cataracte peut être dû au vieillissement, à l’hérédité, à une lésion ou à une maladie. Toutefois, le tabac peut augmenter le risque de cataracte. En effet, cette pathologie apparaît le plus fréquemment chez les fumeurs.

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge

 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) correspond à une dégradation d’une partie de la rétine, la macula. La macula désigne la zone située au centre de la rétine responsable de la vision centrale et de la vision fine.

 

La DMLA est la première cause de handicap visuel chez les individus âgés de plus de 50 ans. Le tabagisme accélère le vieillissement, ce qui entraîne une apparition précoce de la DMLA. On estime que les fumeurs sont trois à cinq fois plus susceptibles d’être atteints par la DMLA que les non-fumeurs.

 

La rétinopathie diabétique

 

La rétinopathie diabétique est une maladie générative qui touche les personnes qui souffrent de diabète. Elle se caractérise par des lésions des vaisseaux sanguins de la rétine de l’œil. Non traitée, cette pathologie peut mener à la cécité. Bien que le diabète soit la première cause de la rétinopathie diabétique, le tabac figure parmi les autres facteurs qui augmentent le risque de développer cette pathologie oculaire.

 

L’uvéite

 

L’uvéite désigne une inflammation à l’intérieur de l’œil. Elle peut concerner une ou plusieurs des trois parties de l’uvée : l’iris, le corps ciliaire et la choroïde qui se situe à l’arrière de la rétine. Les fumeurs ont deux fois plus de risques de développer une uvéite que les non-fumeurs.

 

Sécheresse des yeux et tabac

 

Les fumeurs passifs, tout comme les fumeurs actifs, peuvent souffrir de sécheresse oculaire. En effet, la fumée de cigarette peut créer de l’inconfort, des irritations, et de la sécheresse oculaire, notamment si l’on porte des lentilles de contact. En plus de diminuer sa consommation de tabac, il peut être recommandé de limiter l’utilisation de lentilles de contact et de prendre rendez-vous avec un ophtalmologue afin d’obtenir une prescription de larmes artificielles ou de gels lacrymaux.

 

Tabac et vision : quand consulter ?

 

Diminuer, voire arrêter, sa consommation de tabac est indispensable afin de prévenir l’apparition de maladie oculaire, mais aussi de maladies cardio-vasculaires, de cancer et d’infections bucco-dentaires. Que vous fumiez ou non, il est indispensable de prendre rendez-vous régulièrement avec votre ophtalmologue afin de ne pas prendre le risque qu’une éventuelle pathologie oculaire se développe silencieusement.

Charger les articles suivants
Go to Top