Qu’est-ce que l’accommodation optique ?

L’accommodation optique est un mécanisme naturel de l’œil pour voir à différentes distances. Ce mécanisme implique la contraction du muscle ciliaire, qui induit un bombement passif du cristallin grâce au relâchement de la zonule, ligament suspenseur. L’augmentation de la courbure du cristallin permet à l’œil d’atteindre la vergence nécessaire à la vision rapprochée.

La première mention claire du phénomène d’accommodation optique est apportée en 1604 par l’astronome Kepler, qui affirme que la vision est le fait de la rétine et non du cristallin. Il est le premier à affirmer le rôle du cristallin dans le processus d’accommodation optique.

Aujourd’hui, la théorie de Helmholtz est celle qui permet au mieux de décrire les processus jouant un rôle lors de l’accommodation. Bien que certains points soient encore discutés, les principales étapes permettant au cristallin de se bomber puis de reprendre sa forme non accommodée sont bien identifiées.

Quel est le rôle de l’accommodation optique ?

L’œil humain possède la capacité d’adapter son foyer de façon à voir toujours nettement des objets placés à des distances différentes. Cette mise au point est assurée par le mécanisme de l’accommodation optique. L’accommodation optique résulte essentiellement de l’augmentation de courbure que subit le cristallin sous l’influence de la contraction du muscle ciliaire.

Qu’est-ce que l’accommodation optique maximum ?

L’accommodation optique maximum est la distance entre le ponctum remotum et le ponctum proximum. Il s’agit de la distance entre deux points où le cristallin est capable de s’accommoder, le ponctum remotum étant le point le plus éloigné et le ponctum proximum étant le point le plus proche.

Accommodation optique : quels sont les acteurs ?

Les éléments anatomiques impliqués dans le processus d’accommodation de l’œil humain sont situés dans le segment postérieur de l’œil, en arrière de l’iris.

Quel est le rôle du cristallin dans l’accommodation optique ?

Le cristallin est la lentille transparente naturelle de l’œil, située en arrière de l’iris qui converge les rayons lumineux sur la surface rétinienne. Le cristallin est une lentille dotée de propriétés de souplesse et d’élasticité. Cette souplesse lui permet de se déformer pour augmenter sa vergence, afin de permettre à l’œil de voir net une cible rapprochée.

Lors de l’accommodation optique, le cristallin prend alors une forme plus bombée, afin d’augmenter sa vergence. Les modifications du cristallin sont automatiques et instantanées.

Quel est le rôle de la zonule dans l’accommodation optique ?

La zonule est un tissu fibrillaire qui s’insère d’un côté sur le cristallin, autour de sa région équatoriale, et de l’autre sur le corps ciliaire. Elle est constituée de microfibrilles de base de 10 nm de diamètre avec une striation périodique tous les 38 nm.

Dans l’accommodation optique, la zonule est sous la dépendance de la contraction du muscle ciliaire et dans la désaccommodation, la zonule est sous la dépendance de l’élasticité de la partie postérieure des fibres. Les fibres postérieures de la zonule constituent une zone élastique qui emmagasine l’énergie développée par le muscle ciliaire lors de l’accommodation et la restitue lors de la désaccommodation.

Quel est le rôle du muscle ciliaire dans l’accommodation optique ?

Le muscle ciliaire est doté de propriétés contractiles, essentielles dans le processus d’accommodation optique. En effet, le rôle du muscle ciliaire est de modifier la forme du cristallin lors de l’accommodation optique.

En vision de près, le muscle ciliaire se relâche pour laisser les fibres élastiques de la zonule étirer le cristallin. En vision de loin, le muscle ciliaire se contracte et les fibres de la zonule se relâchent permettant au cristallin de se bomber.

Accommodation optique : qu’est-ce la presbytie ?

La presbytie survient quand l’accommodation ne suffit plus à permettre à l’œil d’effectuer la mise au point de près de manière suffisante. La contraction du muscle ciliaire permet de relâcher la zonule, mais la rigidification progressive de la capsule et du cristallin diminue le bombement induit.

Le pouvoir optique du cristallin hors accommodation optique est d’environ 20 dioptries. Pour effectuer une mise au point sur un objet rapproché, situé à 10 cm de la cornée, ce pouvoir optique doit augmenter d’une dizaine de Dioptries. L’amplitude maximale de l’accommodation est de 14 Dioptries, entre l’âge de 8 et 12 ans. Cependant, avec l’âge, l’amplitude d’accommodation diminue :

• à l’âge de 20 ans, l’amplitude n’est déjà plus que de 10 dioptries ;
• à l’âge de 36 ans, cette amplitude passe alors à environ 6 dioptries ;
• à l’âge de 44 ans, un œil emmétrope ne dispose plus que de 4 dioptries ;

L’accommodation optique devient nulle vers l’âge de 55 ans, car le cristallin ne se déforme plus.

Accommodation optique : quels sont les symptômes de la presbytie ?

L’ophtalmologue diagnostique une presbytie par un examen de la vision. Les symptômes de la presbytie sont les suivants :

• Fatigue oculaire ;
• Difficultés à lire et vision floue de près du fait d’une perte d’accommodation optique ;
• Maux de tête.

Perte accommodation optique : comment la traiter ?

La réduction de l’amplitude de l’accommodation optique, qui aboutit à la presbytie, peut être traitée par plusieurs biais :

• Le port de lunettes de vue : il existe plusieurs types de verres que l’on choisit selon le confort et l’esthétique. Il peut s’agir de verres simples de lecture pour la vision de près, de verres mi-distance qui soutiennent le porteur dans sa vision de près, mais aussi dans sa vision intermédiaire, ou de verres progressifs, qui permettent au presbyte de retrouver une vue naturelle à toutes distances.

• Les lentilles de contact : tout comme pour les lunettes de vue, les lentilles de contact existent en trois solutions principales. Il peut s’agir de lentille simple pour corriger la vision de près, de lentilles bifocale qui superposent deux images de près et de loin sur la rétine ou de lentilles progressives qui créent les images des objets situés à toutes les distances sur la surface de la rétine.

• Le recours à la chirurgie réfractive : la chirurgie de la presbytie peut être effectuée grâce à la technique du LASIK au Laser Excimer. Cette technique consiste à modifier la forme de la cornée dans le but de créer une illusion d’accommodation optique. Aussi, la correction par implants intraoculaires multifocaux peut s’inscrire dans une stratégie d’amélioration globale de la vue et permettre au presbyte de se passer complètement, ou partiellement, de porter des lunettes.