Qu’est-ce qu’une addition optique ?

L’addition optique correspond à l’ajout de puissance optique pour la vision de près. L’addition optique se retrouve sur l’ordonnance pour la correction de la presbytie sous le terme de ADD. Pourquoi les presbytes ont-ils besoin d’une addition optique ? Comment la calculer ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la presbytie et sa correction.

Correction de la presbytie : qu’est-ce que l’addition optique ?

Pour comprendre ce qu’est l’addition optique, il convient dans un premier temps de se pencher sur la presbytie. La presbytie est un défaut visuel qui apparaît généralement entre 40 et 45 ans. Avec l’âge, le cristallin perd de sa souplesse et de son élasticité. Le cristallin est une lentille permettant l’accommodation de l’œil. Son durcissement au fil des années empêche peu à peu l’œil d’accommoder. Résultat : le sujet presbyte va de plus en plus éprouver de la difficulté à voir net de près.

La perte d’élasticité du cristallin est inévitable. Bien que le muscle ciliaire joue encore son rôle, le cristallin n’est plus capable de se bomber pour faire correctement converger les faisceaux lumineux sur la rétine. Pour corriger sa presbytie, le presbyte a la possibilité de porter des lunettes de vue. Pour ce faire, il sera nécessaire d’obtenir une prescription médicale afin de se procurer une ordonnance adaptée à la correction requise. C’est là que l’addition optique intervient.

Presbytie : pourquoi prescrire une addition optique ?

La prescription d’une addition optique permettra de compenser l’insuffisance d’amplitude d’accommodation de l’œil par un verre de puissance positive. Déterminer l’addition optique de manière précise est déterminante pour améliorer le confort du patient.

La valeur de l’addition optique commence à +0,75 pour le début de la presbytie. Elle peut aller jusqu’à +3.00 en fin d’évolution. Dans des cas plus rares de déficience visuelle, l’addition optique peut atteindre les + 3,25 ou +3,50. Quelle que soit sa valeur, elle est la même pour les deux yeux.

Addition optique : comment lire une ordonnance ?

L’addition optique est toujours exprimée en dioptries positives. Elle désigne donc la puissance à ajouter pour obtenir une bonne vision de près.

L’ordonnance d’un ophtalmologue comporte plusieurs données, inscrites sous la forme d’abréviation, parmi lesquelles :

  • Œil gauche : OG
  • Œil droit : OD
  • Vision de près : VP
  • Vision intermédiaire : VI
  • Vision de loin : VL
  • Sphère : SPH
  • Cylindre : CYL
  • Acuité Visuelle : AV
  • Diamètre : DIA

L’addition optique est inscrite sur l’ordonnance d’un presbyte sous l’abréviation ADD. Voici un exemple de prescription de lunettes pour un patient myope, astigmate et presbyte.

  • OD : -1.50 (+1.75) 35° ADD 1.50
  • OG : -1.25 (+1.50) 55° ADD 1.50

Comment se mesure l’addition optique nécessaire ?

Il existe plusieurs méthodes de prescription d’addition optique. Elles se divisent en deux catégories : celles qui déterminent l’addition sans mesurer l’accommodation et celles qui la déterminent en mesurant le degré de presbytie.

  • La méthode statistique : très approximative, cette méthode repose sur le choix d’une valeur d’addition optique dans un tableau faisant correspondre l’âge du patient et l’addition optique.
  • La méthode empirique : la méthode dite empirique consiste à essayer des additions croissantes, par quart de dioptrie, jusqu’à obtenir la lecture confortable des plus petits caractères du test de lecture. Le risque de cette méthode est de surestimer l’addition optique dont le patient a besoin au quotidien.
  • La méthode du test de lecture mobile : pour mesurer l’addition optique nécessaire, le patient approche le texte du test de lecture jusqu’à ce qu’il ne puisse plus lire. Le but est de rechercher la position dite du punctum proximum avancé. Puis, il sera également indispensable de rechercher le punctum proximum reculé que l’on obtient en partant d’une distance très rapprochée à partir de laquelle le patient ne peut pas voir nettement. Le test de lecture est alors éloigné jusqu’à ce que le patient puisse lire. La moyenne des deux mesures permettra d’obtenir l’accommodation maximale.

Quelle que soit la méthode choisie pour déterminer l’addition optique, le port d’une correction nécessitera un suivi régulier chez l’ophtalmologue.