Qu’est-ce que l’amblyopie

L’amblyopie désigne une diminution de l’acuité visuelle au niveau d’un œil causée par son inutilisation au cours du développement visuel. Cette déficience visuelle unilatérale est généralement décelée chez les jeunes enfants. Quelles sont les causes de l’amblyopie ? Découvrez comment dépister et traiter cette faiblesse de la vision.

Amblyopie : définition

L’amblyopie concerne 5 à 6% des enfants. Aussi appelée « œil paresseux », l’amblyopie fait référence à une différence d’acuité visuelle entre les deux yeux. Cette différence d’acuité visuelle se traduit par un œil moins actif que l’autre. Au fil de temps, l’œil finit par perdre de son efficacité : les images transmises par cet l’œil sont de mauvaise qualité et ne sont pas correctement traitées par le cerveau. Le cerveau va alors ignorer ces images, ce qui va avoir pour impact d’entraîner une perte progressive de la vision. Lorsqu’elle n’est pas prise en charge, l’amblyopie peut devenir permanente. Cependant, lorsqu’elle est détectée et traitée avant six ans, cette déficience visuelle unilatérale peut se résorber complètement.

Quelles sont les causes de l’amblyopie ?

Il existe principalement trois causes d’amblyopie :

  • Le strabisme : le strabisme correspond à une perte de parallélisme du regard. Cette pathologie est souvent mise en cause dans le développement de l’amblyopie. Dans ce cas, les deux globes oculaires ne sont pas alignés et transmettent deux images différentes au cerveau. Si un strabisme est observé chez l’enfant, il sera nécessaire d’effectuer un examen ophtalmologique dans les plus brefs délais.
  • Une obstruction sur l’axe visuel : une obstruction sur l’axe visuel peut interférer avec la transmission des images d’un œil au cerveau et provoquer une amblyopie. Il peut notamment s’agir d’un ptôsis important ou d’une cataracte congénitale. La cataracte congénitale désigne une opacité totale ou partielle du cristallin présente dès la naissance. Elle peut également se manifester dans les premiers mois de vie de l’enfant.
  • Un trouble de la réfraction : dans le cas de troubles de la réfraction, si les yeux ont une réfraction différente l’un de l’autre, l’œil souffrant de la plus grande hypermétropie, myopie ou astigmatisme, transmettra une image floue au cerveau. Le cerveau aura pour mécanisme de neutraliser l’image de manière prolongée et peu à peu oublier les images transmises par cet œil.

Qu’est-ce que l’amblyopie bilatérale

L’amblyopie qui affecte les deux yeux est appelée amblyopie bilatérale. Plus rare, elle est généralement due à une forte anisométropie (myopie, hypermétropie ou astigmatisme) ou à mouvement involontaire des globes oculaires, connu sous le nom de nystagmus.

Comment s’effectue le diagnostic de l’amblyopie ?

Plusieurs signes peuvent alerter de la présence d’une amblyopie :

  • Chez les jeunes enfants : en général, l’amblyopie se manifeste chez les enfants, dès les premiers mois de vie. S’il plisse les yeux, s’il se couvre un œil ou s’il souffre de strabisme, l’enfant peut présenter une amblyopie.
  • Chez les individus de 3 ans et plus : après trois ans, les sujets sont capables d’exprimer une gène. Le dépistage de l’amblyopie est donc plus facile. Il est recommandé de consulter un ophtalmologue dans le cas où l’enfant se plaint d’une perception floue des objets situés à proximité ou à distance.

Souvent, l’amblyopie est asymptomatique. C’est pourquoi planifier des visites régulières chez l’ophtalmologue est indispensable pour effectuer des examens approfondis afin de prévenir les complications liées à cette pathologie.

Quels sont les traitements de l’amblyopie ?

Le traitement de l’amblyopie consiste à obliger l’œil paresseux à travailler et à transmettre des images nettes au cerveau. Pour ce faire, plusieurs solutions peuvent être proposées aux patients. Le port de lunettes de vue afin de corriger un éventuel trouble de la vision peut être recommandé. Les lunettes seront complétées par l’application de pansements ou de gouttes oculaires qui empêche l’usage de l’œil non affecté dans le but de forcer l’œil affecté à travailler. Si une cataracte congénitale est en cause, l’extraction peut être nécessaire. Enfin, le traitement du strabisme peut également constituer une prise en charge requise.