Qu’est-ce que l’amétropie ?

Un œil souffre d’amétropie dès lors que l’image nette d’un objet éloigné focalisée par les surfaces réfractives de l’œil se forme en dehors du plan rétinien. Les amétropies sont souvent dues à une malformation congénitale. L’amétropie traduit des troubles de la vision caractérisés par l’incapacité de l’œil à focaliser correctement l’image d’un objet sur la rétine.

Alors que l’amétropie désigne un œil porteur d’une anomalie de réfraction, l’œil emmétrope est un œil sans troubles de la réfraction.

Amétropie : quelles sont les plus courantes ?

Les rayons lumineux pénétrant dans l’œil rencontrent plusieurs surfaces de réfraction : face antérieure et postérieure de la cornée, face antérieure et postérieure du cristallin. Si la focalisation de ces rayons ne se fait pas dans le plan de la rétine ou si elle est de moins bonne qualité, l’image apparaît de manière floue. On parle alors d’amétropie.

Les amétropies comprennent la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme.

Amétropie : qu’est-ce que la myopie ?

La myopie est une amétropie qui peut commencer à se manifester entre l’enfance et l’adolescence. Elle se caractérise par un allongement du globe oculaire qui a pour conséquence de bomber la cornée et le cristallin. De ce fait, les rayons lumineux convergent alors non pas directement sur la rétine mais légèrement en avant. Ce phénomène a pour conséquence une vision floue de l’image projetée.

La myopie est une amétropie qui, si elle est forte, augmente le risque de développer certaines maladies de l’œil, comme la cataracte ou le décollement de la rétine.

Amétropie : qu’est-ce que l’hypermétropie ?

L’hypermétropie est une amétropie causée par une longueur insuffisante du globe oculaire, une cornée trop plate ou une anomalie du cristallin. Contrairement à la myopie, l’image se focalise derrière la rétine, ce qui se traduit par un défaut de vision à courte distance.
Les symptômes visuels de l’hypermétropie sont variables et dépendent de l’âge de la personne hypermétrope, de son degré d’hypermétropie, et de l’existence d’une presbytie associée, notamment après quarante ans.

Cette amétropie se caractérise par les symptômes suivants :

• Des difficultés de vision des objets proches ;
• Une fatigue oculaire ;
• Des maux de tête.

Amétropie : qu’est-ce que l‘astigmatisme ?

L’astigmatisme est une amétropie caractérisée par une anomalie de la cornée qui se révèle plus ovale que ronde. Cette amétropie peut se traduire par les symptômes suivants :

• La vision de près et de loin est floue ou déformée ;
• La vision périphérique est déformée ;
• La difficulté à distinguer certaines formes et certains détails ;
• La confusion pour différencier les lignes horizontales et les lignes verticales.

Les symptômes de cette amétropie peuvent avoir pour conséquences de la fatigue visuelle et des maux de tête.

La presbytie est-elle une amétropie ?

La presbytie est considérée comme une amétropie qui apparaît vers la quarantaine. Il s’agit d’un phénomène naturel provoqué par la réduction progressive de la capacité de l’œil à effectuer la mise au point en vision rapprochée. La presbytie se manifeste surtout par des difficultés à voir net à faible distance, notamment pour lire un livre.

Comment corriger une amétropie ?

La détection d’une amétropie repose sur la mesure objective du pouvoir réfractif de l’œil. Un ophtalmologue effectue le diagnostic d’une amétropie à l’aide du skiascope, un appareil de pointe qui permet de déterminer la réfraction au niveau de l’œil.

L’amétropie, quel soit de type myopie, hypermétropie, astigmatisme ou presbyte, se corrige par le port de lunettes de vue ou de lentilles de contact, dont la puissance caractérise l’importance du défaut qu’elle corrige. La puissance de la correction de l’amétropie s’exprime en dioptries.

Une fois le diagnostique établi et la puissance de la dioptrie déterminé, l’ophtalmologue pourra prescrire une correction par lunettes de vue :

• Des verres concaves pour la myopie ;
• Des verres convexes pour l’hypermétropie ;
• Des verres non sphériques pour l’astigmatisme ;
• Des verres de proximité pour la presbytie.

L’ophtalmologiste pourra, si le patient le désire, prescrire des lentilles de contact pour corriger une amétropie. Pour les astigmates, des lentilles flexibles ou toriques sont souvent mieux adaptées que les lentilles souples sphériques.

Peut-on corriger une amétropie par chirurgie réfractive ?

L’amétropie peut également faire l’objet d’une correction chirurgicale appelée chirurgie réfractive. La chirurgie réfractive regroupe différentes interventions pouvant corriger les amétropies tels que la myopie, l’astigmatisme et l’hypermétropie. Cette intervention peut être motivée par les raisons suivantes :

• Une intolérance aux lentilles de contact ;
• L’envie de se passer de lunettes de vue pour corriger son amétropie ;
• Le besoin de pratiquer certaines activités sportives ou de loisir sans lunettes ou lentilles.

La planification d’une chirurgie réfractive se fait après un examen pré-opératoire. Cette étape essentielle a pour but de déterminer le type d’amétropie du patient, son éligibilité opératoire ainsi que l’existence d’une contre-indication éventuelle à la chirurgie.

Le LASIK et les techniques de laser de surface (PKR) sont les actes les plus pratiqués pour corriger les amétropies.

• Le LASIK est une technique réalisée grâce à un laser femtoseconde qui consiste à enlever une fine lamelle sur la couche superficielle de la cornée afin de permettre un remodelage de la courbure cornéenne au laser Excimer.
• La PKR utilise également le laser Excimer pour améliorer la vision en modifiant la forme de la cornée. Elle ne requiert pas de découpe de capot, contrairement au LASIK.

La chirurgie réfractive est administrée sous anesthésie locale, en chirurgie ambulatoire.