« Back to Glossary Index

Qu’est-ce que l’asthénopie ?

L’asthénopie correspond à la fatigue visuelle. Elle regroupe tous les symptômes d’inconfort visuel pouvant être dus à un dysfonctionnement musculaire, une erreur réfractive ou une insuffisance accommodative. Les personnes souffrant de presbytie, d’astigmatisme, de myopie ou d’hypermétropie sont plus sujettes à l’asthénopie. Toutefois la fatigue oculaire peut toucher tout le monde, notamment du fait des conditions de travail mal-adaptées.

Quels sont symptômes de l’asthénopie ?

L’asthénopie est un phénomène de fatigue visuelle particulièrement fréquent chez les individus travaillant devant un écran d’ordinateur. Ce phénomène peut également être fréquent chez les personnes souffrant d’un trouble visuel mal corrigé.

L’asthénopie est un phénomène répandu de nos jours, notamment en raison de nos modes de vie de plus en plus tournés vers le numérique. Même si la fatigue oculaire touche toutes les sortes de public, on note un impact de plus en plus important chez les jeunes publics.

L’asthénopie peut avoir les symptômes suivants :

  • Des maux de tête et des douleurs oculaires : ils font généralement suite à un long moment de travail et se dissipent à l’arrêt de la tâche effectuée.
  • Des vertiges et/ou nausées : ces symptômes peuvent apparaître des suites des maux de tête, notamment si la tâche en cours n’est pas arrêtée.
  • De la sécheresse oculaire : la sécheresse oculaire  s’accompagne généralement de sensations de brûlure dans les yeux et de vision floue. Dans certains cas, l’asthénopie peut aussi accroitre la photosensibilité.
  • Des difficultés de concentration : l’asthénopie se manifeste également par un affaiblissement des aptitudes intellectuelles. L’individu peut ressentir une diminution de sa capacité de concentration, allant jusqu’à une incapacité à réfléchir.
  • Des démangeaisons : l’asthénopie peut créer des sensations de grains de sable pouvant conduire à des démangeaisons.

Les signes précurseurs de l’asthénopie peuvent varier d’une personne à l’autre et en fonction du type d’asthénopie.

Quels sont les différents types d’asthénopie ?

On distingue notamment deux grandes variantes de l’asthénopie : l’asthénopie accommodative et l’asthénopie musculaire.

L’asthénopie accommodative

Comme son nom l’indique, l’asthénopie accommodative désigne la difficulté, voire l’incapacité, à maintenir un effort d’accommodation constant et intensif. Fréquent, ce type de fatigue oculaire est notamment observable chez les personnes souffrant d’anomalie de la réfraction comme une hypermétropie, un astigmatisme, une myopie ou une presbytie. L’asthénopie est alors causée par les efforts d’accommodation du cristallin.

L’asthénopie accomodative est notamment caractérisée par une absence de symptômes le matin au réveil et les jours de repos. Les symptômes apparaissent le plus souvent en lisant, en travaillant devant un écran, ou encore en conduisant. L’asthénopie accommodative peut considérablement varier selon que l’individu souffre de presbytie, d’astigmatisme, de myopie ou d’hypermétropie.

Le diagnostic de l’asthénopie accommodative repose principalement un examen de l’acuité visuelle de loin et de près, la recherche du point proximal d’accommodation et sur l’étude de la réfraction. Ce type de fatigue visuel peut se traiter par le port de verres convergents et par l’adoption de mesures liées aux habitudes de travail et au mode de vie.

L’asthénopie musculaire

L’asthénopie musculaire est caractérisée par des efforts anormaux d’accommodo-convergence lorsqu’un individu souhaite fixer un objet ou une image de façon constante. Ce type de fatigue visuelle est donc lié à une sollicitation prolongée et soutenue du pouvoir accommodatif de l’œil. Pour voir un objet net, de près comme de loin, l’effort visuel doit être augmenté pour pouvoir adapter la puissance optique à la distance de l’objet observé. Lorsqu’une personne lit, coud, écrit ou regarde un écran de manière prolongée, l’effort est d’autant plus important et peut entrainer de l’asthénopie.

L’asthénopie musculaire se manifeste d’abord par une gêne au niveau du globe oculaire, qui se dirige vers les paupières et le front. Une oppression oculaire, des maux de tête, une somnolence, et une perte de la concentration peuvent également se faire ressentir. Aussi, l’asthénopie musculaire peut avoir pour symptômes une sècheresse oculaire ou un larmoiement excessif.

Comment l’éviter ?

Quelle soit musculaire ou accommodative, l’asthénopie est le résultat d’une trop importante sollicitation de la vision de près ou de loin. Pour lutter contre la fatigue visuelle, plusieurs mesures peuvent être prises :

  • veiller à respecter une distance de 70 à 80 cm entre les yeux et l’écran si vous travaillez sur un ordinateur ;
  • faire des pauses visuelles toutes les heures pour reposer ses yeux  ;
  • effectuer des exercices de relaxation des yeux qui aident à combattre la fatigue oculaire ;
  • prendre rendez-vous régulièrement avec un ophtalmologue pour faire contrôler sa vue.