« Back to Glossary Index

Qu’est-ce que les cônes de l’œil ?

Les cônes sont des photorécepteurs situés dans la structure de la rétine. Leur rôle est de transformer le signal électromagnétique de la lumière en signal nerveux afin de permettre la vision photopique diurne.

 

Où se trouvent les cônes et les bâtonnets ?

Le nombre de cônes varie entre 6 et 7 millions. Ils sont concentrés dans la petite partie centrale de la rétine connue sous le nom de fovea centralis. La fovea centralis est une zone de 0,3 millimètre de diamètre, dépourvue de bâtonnets. Les bâtonnets sont quant à eux nécessaires pour la vision nocturne et ne détectent pas les couleurs. L’œil humain compte plus de 100 millions de bâtonnets. Les cônes assurent à l’œil humain son acuité visuelle. Ce sont eux qui permettent de distinguer les couleurs et de percevoir les détails fins d’un objet.

Les signaux électriques produits par les photorécepteurs, les cônes et les bâtonnets, sont transmis à différentes régions du cerveau, notamment au cortex visuel primaire nécessaire à la vision consciente.

 

Quels sont les trois types de cônes ?

Les cônes sont classés selon leur sensibilité spectrale à une région du spectre des couleurs. Il existe trois types de cônes :

  • Les cônes “S” qui sont plus sensibles à la lumière de longueur d’ondes courtes. Ils contiennent en majorité le pigment sensible au bleu et comptent pour 2% à 7% du total des cônes de l’œil.
  • Les cônes “M” qui sont plus sensibles à la lumière de longueur d’ondes moyennes. Ils présentent une concentration plus importante en pigments sensibles au vert et comptent pour 32% du total des cônes de l’œil.
  • Les cônes “L” qui sont plus sensibles à la lumière de longueur d’ondes longues. Porteurs du pigment sensible au rouge, ils représentent 64% du total des cônes de l’œil.

Les trois types de cônes sont nécessaires pour voir toutes les couleurs. Les êtres humains disposant d’une excellente acuité visuelle sont capables de distinguer jusqu’à 200 nuances d’une même couleur primaire.

On dit de l’homme qu’il est trichromate, c’est-à-dire qu’il possède les trois types de pigments rétiniens au niveau des cônes. Si un ou plusieurs de ces pigments sont manquants, la perception des couleurs est altérée. On parle alors de daltonisme.

 

Comment expliquer le daltonisme ?

Lorsqu’une personne voit l’ensemble des couleurs, on dit qu’elle est trichromate. Le trichromate possède les trois types de pigments rétiniens au niveau des cônes. Les daltoniens sont dichromates. Ils ne possèdent que deux types de cônes. Généralement, les daltoniens disposent des cônes bleu et vert. L’absence de cônes bleus ou verts est beaucoup plus rare. Dans des cas très rares, deux ou trois types de cônes peuvent manquer : on parle de monochromatisme. La personne voit alors en noir et blanc.

Le daltonisme est lié à une anomalie génétique héréditaire. Cette anomalie est relativement fréquente et touche plus souvent les hommes que les femmes.

 

Quelles sont les différentes couches de la rétine ?

La rétine désigne la fine membrane qui tapisse la surface interne du globe. Nécessaire à la vision, elle accueille notamment les cônes de l’œil et les bâtonnets. La rétine est constituée de trois principales couches :

  • La couche des cellules photosensibles : il s’agit de la couche la plus profonde. Elle est composée des cellules photosensibles, à savoir les bâtonnets et les cônes de l’œil.
  • La couche granuleuse interne : la couche granuleuse interne comporte plusieurs variétés de neurones rétiniens classés en trois catégories (les cellules bipolaires, les cellules horizontales et les cellules amacrines).
  • La couche des cellules ganglionnaires : les cellules ganglionnaires de la rétine reçoivent l’information visuelle des photorécepteurs par le biais d’intermédiaires cellulaires de la couche granuleuse interne à savoir les cellules bipolaires, les cellules amacrines, et les cellules horizontales.