Qu’est-ce que le cristallin ?

Le cristallin est une lentille avasculaire de puissance convergente située en arrière de l’iris. Le cristallin participe à la focalisation des rayons lumineux sur la rétine et à l’accommodation. Il est situé dans la chambre postérieure de l’œil, en avant de la cavité vitréenne, et en arrière de l’iris.

Quel est le rôle du cristallin ?

Le cristallin est la lentille de l’œil. Son élasticité lui permet de focaliser la lumière sur la rétine en modifiant ses courbures lors de l’accommodation. Le cristallin est responsable de la convergence et de la divergence de la lumière.

Anatomie du cristallin

Le cristallin est de forme biconvexe flexible et transparent. Il est situé à l’intérieur du globe oculaire, suspendu à l’anneau formé par le corps ciliaire par l’intermédiaire de la zonule cristallinienne. La zonule cristallinienne est un ligament constitué de fibres qui s’insèrent au niveau de l’équateur du cristallin. La partie antérieure du cristallin est en contact avec l’humeur aqueuse et sa partie postérieure avec le corps vitré.

Les couches du cristallin

On distingue quatre couches principales du cristallin :

• Le noyau embryonnaire du cristallin : le noyau embryonnaire est fait de deux formations en grains de café opposées par leur concavité et séparées par un espace optiquement vide. Ses fibres primaires sont développées à partir de l’épithélium postérieur au moment du développement embryonnaire.

• Le noyau fœtal : le noyau fœtal entoure le noyau embryonnaire. Ce noyau provient des fibres formées par les divisions cellulaires antérieures, au cours de la vie fœtale.

• Le noyau adulte : comme son nom l’indique, le noyau adulte se forme entre la naissance et l’adolescence, avant l’âge adulte.

• Le cortex : le cortex est constitué après l’adolescence. Il est formé de fibres cristalliniennes.

Les sutures du cristallin

Les sutures du cristallin naissent du développement des fibres du cristallin et de leur rencontre vers les pôles.
Au cours du développement embryologique, les fibres alors constituées se retrouvent en trois branches traçant un Y.
Situées au cœur du cristallin, sa suture antérieure forme un Y à l’endroit et sa suture postérieure forme un Y à l’envers. Les portions apicales des fibres forment la suture antérieure et les portions basales de ces mêmes fibres forment la suture postérieure.

La capsule du cristallin

La capsule du cristallin est une membrane élastique, solide et transparente qui l’entoure entièrement. Son épaisseur est de 13 µm en avant et 4 µm en arrière.
Les propriétés d’élasticité sont dues à l’arrangement lamellaire des fibres du cristallin. Le cristallin, constitué de collagène est une membrane basale. Les fibres de la zonule mettant en tension la capsule du cristallin, s’insèrent sur cette capsule antérieure et postérieure, de l’équateur au pôle.
La capsule du cristallin joue en rôle de barrière contre certaines macromolécules comme l’albumine et l’hémoglobine.

La courbure du cristallin

Au cours de l’accommodation, les courbures antérieures et postérieures du cristallin changent. Les courbures du cristallin évoluent au fil des années et de sa croissance. L’étude de la courbure exacte de la face postérieure est impossible puisqu’on ne peut fixer avec certitude la valeur du gradient d’indice de réfraction du cristallin.

La croissance du cristallin

Les cellules germinatives de l’épithélium cristallinien, qui se situent dans la région pré équatoriale antérieure assurent la croissance du cristallin. Les cellules germinatives de l’épithélium cristallinien s’allongent au fil du temps :

• leur partie basale migre vers le pôle postérieur ;
• leur partie apicale qui constitue le sommet de la cellule migre vers le pôle antérieur.

De part et d’autre de l’équateur du cristallin, les cellules germinatives plus récentes s’introduisent entre la capsule et les cellules plus anciennes. À la fin de ce processus de croissance, les cellules germinatives perdent leur noyau et leurs organelles et deviennent des fibres cristalliniennes.

Quels sont les pathologies du cristallin ?

Le pouvoir optique du cristallin dépend de la courbure de ses surfaces, son indice de réfraction, et son épaisseur. Un œil amétrope est un œil présentant une anomalie de réfraction. Les principales amétropies sont :

• La myopie : la myopie est la conséquence d’un œil trop convergent ou trop long par rapport à sa convergence. L’image de l’objet observé vient se former en avant de la rétine. Conséquence : l’accommodation de loin est plus délicate, la vision de loin est floue.

• L’hypermétropie : un œil pas assez convergent ou trop court par rapport à sa convergence est un œil hypermétrope. Ici, l’image de l’objet observé vient se former en arrière de la rétine, ce qui a pour conséquence une vision de près difficile. Il arrive que l’hypermétropie se manifeste uniquement après une lecture trop longue nécessitant un temps de pause afin de reposer le muscle ciliaire permettant l’accommodation du cristallin.

• La presbytie : la presbytie est la conséquence de la perte progressive du pouvoir d’accommodation de l’œil. En vieillissant, le cristallin perd de sa souplesse. La presbytie est une pathologie qui apparaît souvent aux alentours des 40 ans.

Cristallin et cataracte

La cataracte est une affection fréquente chez les seniors puisqu’elle touche plus d’une personne sur cinq, à partir de 65 ans, et près de deux sur trois après 85 ans. Cette pathologie résulte de l’opacification du cristallin. Avec l’âge, l’opacification est un processus inéluctable.
Le maintien de la transparence du cristallin repose sur un équilibre particulier entre phénomènes oxydatifs, et molécules anti oxydantes. L’accumulation de facteurs oxydants conduit à diminuer la vision en limitant le passage de la lumière et induit une sensibilité à la lumière vive.

De nombreuses affections peuvent conduire à l’apparition précoce d’une cataracte :
• un diabète ;
• une hypertension artérielle ;
• un traitement médicamenteux ;
• un traumatisme oculaire, etc.

La cataracte se traite par chirurgie. Cette chirurgie fait appel à la technique de phacoémulsification. En chirurgie ambulatoire, la phacoémulsification consiste en l’exérèse cristallinienne soit totale soit partielle du cristallin au travers d’une large incision. Un cristallin artificiel dont la puissance est calculée avant l’opération, est introduit.