« Back to Glossary Index

Qu’est-ce que la dacryoadénite ?

La dacryoadénite ou dacryadénite (du grec dacryos, « larme », et adenos « glande ») est une inflammation du sac lacrymal. Cette inflammation peut être aiguë ou chronique, et touchée une glande lacrymale ou les deux. La dacryoadénite peut conduire à la formation d’un œdème palpébral et de ptôsis.

Quels sont les symptômes de la dacryoadénite ?

La dacryoadénite se manifeste par un gonflement de la partie externe de la paupière supérieure. Le gonflement s’accompagne également de rougeurs, ainsi que d’une douleur dans la région qui est concernée. Une enflure des ganglions lymphatiques en avant de l’oreille peut être observée, et un larmoiement excessif peut aussi faire partie des symptômes.

Généralement, cette inflammation du sac lacrymal se manifeste par une sensation de pesanteur de la paupière ou par un ptôsis. Le ptosis désigne un affaissement de la paupière supérieure qui descend trop sur l’œil.

Qu’est-ce que le sac lacrymal ?

Le sac lacrymal désigne la partie supérieure et large du canal lacrymo-nasal. Ce sac a pour rôle de contenir le liquide lacrymal qui sert à humidifier et à protéger la cornée. Les larmes arrivent jusqu’au sac lacrymal par les canalicules lacrymaux avant de se diriger vers le sac lacrymal, de pénétrer dans le canal lacrymo-nasal et de s’écouler dans la fosse nasale.

Quelles sont les causes de la dacryoadénite ?

Dans la plupart des cas, la dacryoadénite se produit lors d’une obstruction du canal lacrymo-nasal qui peut amener à une inflammation du sac lacrymal. L’obstruction peut se produire de manière spontanée ou être causée par une autre pathologie de l’œil, ou une tumeur dans de rares cas.

La dacryoadénite peut aussi être due à une infection virale ou bactérienne. Les oreillons, le virus d’Epstein-Barr, le staphylocoque et le gonocoque font notamment partie des causes les plus courantes. Dans certains cas, l’inflammation du sac lacrymal peut être causée par des troubles inflammatoires non infectieux tels que la sarcoïdose et la maladie de la thyroïde.

Quelles sont les différentes formes de dacryoadénite?

L’inflammation des glandes lacrymales peut être aiguë ou chronique :

  • La dacryoadénite aiguë : dans sa forme aiguë, la zone du sac lacrymal est enflammée et entraîne des douleurs. Une sensibilité sur l’orbite superotemporale, avec un élargissement de la glande provoquant la chute de la partie latérale de la paupière sont également observables. Dans certains cas, le patient peut présenter de la fièvre et faire état de malaises.
  • La dacryoadénite chronique : elle entraîne le gonflement de la peau au-dessus du sac lacrymal. Du mucus peut s’écouler de l’orifice au coin interne de la paupière. Les personnes atteintes d’une dacryoadénite chronique souffrent souvent de conjonctivite chronique. Une incision par chirurgie peut dans ce cas être nécessaire pour crever l’abcès.

Comment soigner une dacryoadénite ?

Pour diagnostiquer une dacryoadénite, une consultation avec un ophtalmologue spécialisé dans ce type de pathologie est nécessaire. La dacryoadénite se traite différemment selon qu’il s’agisse d’une forme aiguë ou d’une forme chronique. La dacryoadénite aiguë est habituellement traitée avec un antibiotique oral. Des gouttes antibiotiques seront directement versées sur la zone de l’œil gonflée pour traiter l’inflammation en quelques jours. Pour réduire l’inflammation, des compresses chaudes pourront être appliquées sur l’œil pour aider à faire diminuer les gonflements.

Dans le cas où l’infection ne serait pas suffisamment réduite, une incision de la zone du gonflement pourra être effectuée. Si l’obstruction du canal lacrymo-nasal reste majeure, une opération chirurgicale sera nécessaire. La dacryocystorhinostomie consiste à ouvrir une voie directe entre le sac lacrymal et les fosses nasales pour évacuer les larmes et le pus. La procédure s’effectue par voie externe ou endonasale, et est réalisée sous anesthésie générale.

Consulter un ophtalmologue rapidement en cas de symptômes est indispensable pour éviter les complications. Les principales complications de la dacryoadénite sont la fistulisation, avec parfois, une nécrose de la peau en surface, et la cellulite orbitaire pouvant être potentiellement très sévères.