Qu’est-ce que l’endothélium ?

L’endothélium est la couche la plus profonde de la cornée. Elle est constituée de cellules endothéliales qui permettent à la cornée de rester transparente et qui diminuent en nombre progressivement pendant toute la vie.

De quoi est composé l’endothélium ?

L’endothélium est constitué d’une mosaïque de cellules jointives, au contour hexagonal. Cette disposition particulière assure une densité maximale de cellules en contact les unes avec les autres, pour un minium de périmètre de membranes cellulaires. Elle assure également un contact maximal entre la surface des cellules et le stroma sus-jacent.

L’endothélium cornéen a une fonction de synthèse. Il joue un rôle de barrière entre le stroma et l’humeur aqueuse grâce à ses jonctions intercellulaires et sa fonction de régulation constante de l‘hydratation du stroma.

Endothélium : qu’est-ce que la décompensation endothéliale ?

La densité en cellules de l’endothélium est maximale à la naissance pour une valeur allant jusqu’à 7500 cellules par mm2. Cette densité décline pour atteindre une valeur moyenne proche de 2700 cellules par mm2 chez les adultes jeunes. La décompensation cornéenne est à redouter en dessous de 500 cellules par mm2.

La décompensation endothéliale est un œdème qui engendre une perte de transparence de la cornée et une chute de la vision. Elle peut être déclenchée spontanément chez les patients atteints de « cornea guttata » ou après une chirurgie ophtalmologique, le plus souvent après une chirurgie de la cataracte.

Endothélium : qu’est ce que la dystrophie de Fuchs ?

La dystrophie de Fuchs est une pathologie primitive de l’endothélium cornéen dévoilée pour la première fois en 1910 par Ernst Fuchs. Elle s’accompagne d’excroissances de tissu collagène appelées cornea guttata au niveau de l’endothélium et de la membrane de Descemet et évolue vers l’œdème cornéen. L’évolution de la cornea guttata vers la dystrophie de Fuchs se fait à un rythme variable selon les patients.

Décompensation de l’endothélium : quel traitement ?

La greffe de cornée est une intervention chirurgicale pour traiter la décompensation de l’endothélium. Il existe deux types de greffe de la cornée pour traiter cette pathologie :

• Les kératoplasties endothéliales : la kératoplasties endothéliales permet d’ôter la membrane de Descemet pathologique, et de remplacer l’endothélium défaillant par une nouvelle couche de cellules endothéliales prélevée post mortem sur un donneur sain. Cette intervention chirurgicale nécessite une anesthésie générale ainsi que des fils de suture sur toute la cornée pour suturer le greffon. Elle peut notamment avoir pour inconvénient de générer un taux important d’astigmatisme cornéen et de modifier significativement la réfraction de l’œil.

• La greffe endothéliale : Cette technique, appelée DMEK (Descemet Membrane Endothelial Keratoplasty), consiste à découper la partie postérieure du greffon du donneur pour ne garder que l’endothélium et de l’injecter dans l’œil du patient sans retirer sa cornée. Cette technique possède un certain nombre d’avantages dont principalement de diminuer fortement les risques de rejet de greffe, d’infection de greffe et de ne pas avoir d’astigmatisme cornéen. La DMEK se pratique en anesthésie locale.