Qu’est-ce qu’un glaucome ?

Deuxième cause de cécité dans les pays développés, le glaucome touche une personne sur 10 après 70 ans. Quels sont les différents types ? Comment se manifeste cette maladie oculaire ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le glaucome et son traitement.

 

Glaucome : définition

 

Le glaucome est une maladie dégénérative de l’œil caractérisée par des lésions du nerf optique. Le nerf optique est un nerf sensitif qui a pour rôle d’envoyer les signaux que l’œil perçoit jusqu’à notre cerveau.

 

Le glaucome est le plus souvent causé par une augmentation anormale de la pression des liquides à l’intérieur de l’œil. L’hypertonie oculaire est causée par un problème d’évacuation du liquide intraoculaire qui nourrit le cristallin et la cornée, l’humeur aqueuse. L’humeur aqueuse se forme au niveau des procès ciliaires et s’élimine au niveau de l’angle iridocornéen au travers du trabéculum. La sécrétion et la circulation de l’humeur aqueuse doivent être régulées afin de maintenir dans l’œil une pression intra oculaire dont la valeur normale varie entre 15 mm et 20 mm de mercure.

 

Lorsque l’évacuation du liquide est ralentie, cela entraîne une élévation anormale de la pression à l’intérieur du globe oculaire. L’élévation de la pression intraoculaire peut entrainer une compression des vaisseaux irriguant la papille. Ce phénomène peut être responsable d’une anoxie et d’une atrophie du nerf optique qui peut être plus ou moins rapide, et se conclure par le développement d’un glaucome.

 

Quels sont les différents types de glaucomes ?

 

On distingue plusieurs types de glaucomes :

 

  • Le glaucome à angle ouvert : le glaucome à angle ouvert, ou glaucome chronique, est la forme la plus fréquente de la maladie. En effet, cette forme compte pour 80% à 90% des cas. Le glaucome à angle ouvert est provoqué par la fermeture progressive du trabéculum. Lente et indolore, l’altération de la vision s’effectue sans gêne perceptible dans les débuts. C’est pourquoi, le glaucome à angle ouvert est diagnostiqué tardivement. Cette forme touche généralement les deux yeux et évolue pendant plusieurs années. Ce glaucome peut aboutir à la perte totale de la vision, si aucun traitement adapté n’est entamé.

 

  • Le glaucome à angle fermé : le glaucome à angle fermé se caractérise par la fermeture de l’angle irido-cornéen qui empêche l’évacuation de l’humeur aqueuse et provoque une augmentation brutale de la pression intra-oculaire. Plus rare que le glaucome à angle ouvert, cette forme se manifeste par des douleurs brutales, une sensation d’œil qui va exploser et une baisse soudaine de la vision.

 

  • Le glaucome congénital : le glaucome congénital est une maladie rare résultant d’un développement anormal de la structure de drainage aqueux. Le plus souvent, cette forme touche les deux yeux, et peut survenir dès la naissance ou prendre quelques mois pour se manifester.

 

Quels sont les symptômes d’un glaucome

 

Les symptômes du glaucome dépendent de sa forme. Dans le cas d’un glaucome à angle ouvert, le patient est le plus souvent asymptomatique. Rarement, le patient peut ressentir une légère pression au niveau des yeux, un larmoiement et des maux de tête. Seul un contrôle régulier de la pression intra-oculaire aux cours d’un examen ophtalmologique peut alerter sur le développement d’un glaucome.

 

Contrairement au glaucome à angle ouvert, le glaucome à angle fermé est associé à d’importantes douleurs et à une baisse de la vue. Considéré comme une urgence ophtalmologique, le glaucome à angle fermé peut également entraîner des nausées, des vomissements, des troubles de l’équilibre, et une semi-mydriase aréflexique (la pupille reste demie ouverte et ne réagit plus en fonction de la quantité de lumière présente dans l’environnement).

 

<h2>Comment vérifier si on a un glaucome ?</h2>

 

Hors urgence ophtalmologique, la découverte du glaucome se fait lors d’un examen classique chez l’ophtalmologue. Lors d’une visite chez ce spécialiste, plusieurs examens sont réalisés afin de confirmer le diagnostic :

 

  • L’examen du fond de l’œil : comme son nom l’indique, l’examen du fond de l’œil consiste à observer le fond de l’œil afin de rechercher d’éventuelles lésions sur la papille optique pouvant survenir dans le cas d’un glaucome.

 

  • La mesure de la pression intraoculaire : cet examen indispensable est généralement réalisé par tonométrie. Le seuil fixé comme facteur de risque du glaucome est de 21 mm de mercure.

 

  • L’examen de l’angle irido-cornéen : cet examen permet de mesurer l’angle irido-cornéen par gonioscopie afin d’observer l’écoulement de l’humeur aqueuse vers le trabéculum.

 

  • La tomographie par cohérence optique (OCT) : L’OCT permet d’examiner la tête du nerf optique dans le but d’évaluer les dommages potentiels.

 

Est-ce que le glaucome se guérit ?

 

Le traitement du glaucome diffère selon son type. Dans le cas d’un glaucome à angle ouvert, le traitement consiste à réduire la production de l’humeur aqueuse ou à augmenter la capacité de l’œil à l’éliminer par l’intermédiaire de médicaments. Chronique, cette maladie doit faire l’objet d’un traitement sur le long terme afin de préserver la vision. Un traitement laser peut également être envisageable pour rendre le trabéculum plus poreux et augmenter l’écoulement de l’humeur aqueuse.

 

Mettant en jeu le pronostic vital de l’œil, le glaucome par fermeture de l’angle irido-cornéen nécessite une prise en charge d’urgence. Son traitement consiste à abaisser le plus rapidement possible la pression intraoculaire par l’intermédiaire d’une iridotomie par traitement laser.