Qu’est-ce qu’un halo lumineux ?

Pouvant être confondu avec d’autres phénomènes optiques, le halo lumineux est quelques fois observé des suites d’une opération des yeux au laser par techniques LASIK ou PKR. Quelles sont les causes de l’halo lumineux ? Combien de temps ce phénomène reste-t-il observable après une chirurgie réfractive ? Tout savoir sur les halos lumineux.

Comment apparaissent les halos lumineux ?

En ophtalmologie, le halo lumineux désigne une auréole de diamètre variable pouvant s’observer en vision nocturne. Dans la plupart des cas, l’halo lumineux est perçu autour de sources lumineuses telles que les phares de voitures ou les éclairages citadins sur les quais de métro, les routes de nuit, ou encore autour des points de lumière dans une pièce peu éclairée.

À la tombée du jour ou la nuit, la vision nocturne nécessite en ajustement de la pupille irienne. Lorsque le manque la luminosité se fait ressentir, la pupille se dilate spontanément afin de laisser la lumière pénétrer. Le muscle dilatateur de la pupille se contracte pour augmenter la quantité de lumière réfractée par la cornée à destination de la rétine.

Lorsque l’œil perçoit un halo lumineux, les rayons lumineux qui passent par la pupille en périphérie sont moins bien réfractés. On observe alors une augmentation du taux d’aberrations optique impactant la qualité des images dirigées vers la rétine. Généralement, les images concernées sont celles où les lumières vives contrastent sur un environnement plus sombre telles que les phares de véhicules, les feux de signalisation, les éclairages de ville ou encore les enseignes de commerces.

Halo lumineux : quelles sont les causes ?

Le halo lumineux peut être le résultat de deux types d’anomalies optiques. Il peut s’agir d’une réduction de la transparence des milieux oculaires due à un œdème de la cornée ou au développement d’une cataracte. Le halo lumineux peut également s’expliquer par l’augmentation du taux des aberrations optiques de haut degré, notamment l’aberration sphérique. L’augmentation de l’aberration sphérique peut être d’origine cornéenne ou cristalliniennes. Les causes cristalliniennes se traduisent par la présence d’une cataracte nucléaire alors que les causes cornéennes sont dues au développement d’une pathologie cornéenne, ou peuvent être un effet indésirable de la chirurgie réfractive.

Comment confirmer la présence d’halos lumineux ?

Pour caractériser la cause de l’apparition de halos lumineux, il est indispensable de réaliser un examen aberrométrique. Cet examen permettra de déterminer l’origine optique du halo lumineux. Réalisé à l’aide d’un aberromètre, l’examen aberrométrique permet de diagnostiquer les causes liées à l’apparition d’un halo lumineux, mais aussi de connaître la raison d’un dédoublement des images ou de l’absence de contrastes.

Quel est le risque de halo lumineux après une chirurgie réfractive par LASIK et PKR ?

La chirurgie réfractive par LASIK ou PKR présente un risque de halo lumineux qui n’est pas commun à tous les patients. La survenue d’un halo lumineux après une chirurgie par technique LASIK ou PKR est un phénomène généralement transitoire qui s’atténue entre 1 et 3 mois après l’intervention. En cas d’aberrations optiques, une nouvelle intervention pourra être planifiée dans le but d’atténuer l’inconfort du patient. La chirurgie cornéenne par LASIK présente plusieurs facteurs de risques :

  • Le diamètre de la pupille : en théorie, il existe un risque accru de halo lumineux lorsque la pupille est plus large que le diamètre de la zone optique. Après une opération de la myopie au laser, le halo lumineux est susceptible de faire sont apparition lorsque la pupille se dilate. Cette dilatation pupillaire augmente la proportion de rayons lumineux réfractés par la périphérie de la zone optique où la courbure cornéenne subit une augmentation rapide. Toutefois, avec les techniques de photoablation innovantes utilisées en LASIK et sur les zones optiques supérieures ou égales à 6 mm, les différentes études n’ont pas montré de liens entre le risque de halo lumineux et le diamètre pupillaire.
  • Le type de correction délivré : grâce à l’innovation des plateformes de traitement laser, il est possible de réduire le risque de halo lumineux. Ces nouvelles plateformes permettent notamment de préserver le profil asphérique de la cornée et de délivrer le traitement laser sur de plus larges zones optiques qu’avec des plateformes plus anciennes.
  • Le degré de correction délivré : le halo lumineux après une chirurgie au laser par technique LASIK ou PKR est également influencé par le degré de correction délivré. En effet, il est rare d’observer ce phénomène en deçà de 5 dioptries de correction. Cette absence de halo lumineux s’explique notamment par le fait que le raccord entre la zone centrale traitée et la zone périphérique n’entraine pas d’augmentation importante de la courbure cornéenne.

Quelle différence entre le halo lumineux et le phosphène ?

Le phosphène se caractérise par l’apparition soudaine de lumière ou de tâches lumineuses dans le champ visuel. Assimilé à un flash ou à un éclair, cette étincelle lumineuse peut être perceptible même lorsque les yeux sont fermés, contrairement à l’halo lumineux qui ne s’observe que si l’individu a les yeux ouverts. Très fréquent chez les personnes myopes, le phosphène nécessite de prendre rendez-vous chez l’ophtalmologiste afin d’en déterminer les causes. Souvent sans gravité, les phosphènes peuvent être dus à un étirement ou un détachement du corps vitré de la rétine et être accompagnés de maux de tête.