Qu’est-ce que l’hétérochromie ?

L’hétérochromie, plus connue sont l’appellation de « yeux vairon », désigne une différence de couleur au niveau de l’iris des deux yeux. Très rare, l’hétérochromie touche aussi bien les hommes que les femmes. Cette particularité peut aussi être vue chez les animaux. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’hétérochromie.

 

Qu’est-ce que l’hétérochromie

 

On parle d’hétérochromie, ou « yeux vairons », lorsque l’iris des deux yeux d’une personne présente une couleur différente. Cette singularité esthétique peut toucher une partie de l’iris, ou l’iris au complet. Elle peut apparaître dès la naissance, ou être liée à une maladie telle que le glaucome ou la cataracte.

 

L’iris désigne la zone colorée de l’œil qui est percée en son centre par la pupille. Unique chez chaque individu, l’iris se situe en avant de l’œil, entre la cornée et le cristallin. La couche antérieure de l’iris est composée de fibroblastes et de mélanocytes. Les cellules mélanocytes contiennent du pigment, et sont plus ou moins nombreuses selon les iris.

 

La couleur de l’iris est déterminée en fonction de la structure et de la densité des fibres de collagène, mais aussi en fonction de la densité en cellules mélanocytaires ainsi que la densité des pigments contenus par les cellules mélanocytaires.

 

Quels sont les types d’hétérochromie ?

 

 

On distingue deux types d’hétérochromie :

 

  • L’hétérochromie complète : aussi appelée hétérochromie iridium, l’hétérochromie complète se traduit par deux yeux de couleurs différentes. L’individu présente par exemple un œil bleu et un œil marron.
  • L’hétérochromie partielle : aussi nommée, hétérochromie iridis, l’hétérochromie partielle se caractérise par la présence de différentes couleurs au sein d’un même iris. Dans le cas d’une hétérochromie partielle, la personne concernée possède par exemple un œil vert sur lequel on remarque une zone pouvant être légèrement plus foncée ou plus claire.

 

L’hétérochromie partielle est plus fréquente que l’hétérochromie complète. L’hétérochromie partielle peut être centrale ou sectorielle. Dans le cas d’une hétérochromie partielle sectorielle, on distingue une section non-circulaire de l’iris qui présente une couleur différente du reste de l’iris. On parle d’hétérochromie centrale lorsque l’iris présente un anneau d’une couleur différente du reste de l’iris.

 

Quelle est la cause de l’hétérochromie ?

 

L’hétérochromie est causée par un excès relatif ou à une absence de mélanine. Elle peut avoir une origine congénitale ou être acquise. Lorsqu’elle est acquise au cours de la vie, elle peut être causée par des maladies ou des lésions. Le glaucome fait notamment partie des pathologies pouvant être à l’origine d’une hétérochromie acquise. Le glaucome est une maladie de l’œil caractérisée par des lésions du nerf optique. Cette pathologie n’est pas directement liée à l’hétérochromie. L’altération de la couleur de l’iris est le résultat d’un usage de gouttes traitant le glaucome. Les collyres, qui sont utilisés pour réduire la pression intra oculaire des patients, engendrent une augmentation de la pigmentation irienne. Ainsi, un œil bleu peut devenir moins bleu, voire marron dans certains cas.

 

Lorsqu’elle est présente depuis la naissance, et qu’elle n’est causée par aucune pathologie oculaire, on parle alors d’hétérochromie idiopathique de l’iris. Les personnes faisant état d’une hétérochromie idiopathique de l’iris possèdent une fonction oculaire parfaitement normale. Dans certains cas, l’hétérochromie d’origine congénitale peut être liée à une maladie sous-jacente. La neurofibromatose, le syndrome de Waardenburg ou encore le syndrome de Claude-Bernard-Horne, sont les maladies congénitales pouvant causer une hétérochromie.

 

 

Est-il possible de traiter l’hétérochromie ?

 

L’hétérochromie, lorsqu’elle n’est pas liée à une pathologie oculaire, ne présente aucun danger. Chez certaines personnes, elle peut toutefois représenter une gêne esthétique. Dans ce cas, il est possible de corriger la couleur d’un œil ou des deux yeux, par le port de lentilles de contact. Les lentilles de contact peuvent également permettre de corriger un défaut de réfraction si le patient en présente un. Pour vous faire prescrire ce type de dispositif, prenez rendez-vous avec votre ophtalmologue.