Qu’est-ce que l’hétérophorie ?

Extrêmement fréquente, l’hétérophorie touche environs 75% de la population. Elle désigne une tendance à la déviation des axes visuels quand les yeux sont au repos. Ce défaut est compensé par la fusion des deux images reçues. Causes, symptômes, traitement… découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’hétérophorie et sa différence avec l’hétérotropie.

 

 

Qu’est-ce que l’hétérophorie ?

 

L’hétérophorie est une déviation de l’axe de la vue. Cette déviation de la vue est constatée au repos. Contrairement au strabisme, l’hétérophorie n’est pas une déviation de l’axe de vue permanente.

 

L’hétérophorie est compensée par la fusion des deux images perçues par chacun des yeux. La fusion est une aptitude du cerveau qui consiste à percevoir une image unique à partir de deux images reçues. Cet effort fusionnel est un réflexe qui permet alors de compenser la déviation, et ainsi de ne pas ressentir de gêne. Toutefois, lorsque l’effort de compensation devient trop important, il est possible de ressentir une gêne.

 

Quels sont les différents types d’hétérophorie ?

 

Selon l’orientation de la déviation des axes visuels, plusieurs variétés d’hétérophories existent. On distingue plusieurs types d’hétérophories :

 

  • L’ésophorie : l’ésophorie est la forme la plus courante d’hétérophorie. Elle se caractérise par des yeux qui ont tendance à dévier en dedans. On parle aussi d’un strabisme convergent latent. L’ésophorie se traduit par des céphalées, qui peuvent être persistantes et réapparaitre le matin au réveil. Son origine peut être anatomique ou parétique, accommodative, ou nerveuse. Chez les jeunes patients, cette forme d’hétérophorie est le plus souvent liée à une hypermétropie non corrigée. En effet, l’effort d’accommodation nécessaire à la vision nette de près peut entraîner un excès de convergence. L’ésophorie peut également être observée dans le cas d’une myopie non corrigée ou être liées à une anomalie d’insertion musculaire.

 

  • L’exophorie : dans le cas d’une exophorie, les deux yeux ont tendance à diverger. Également fréquent, ce type d’hétérophorie cause généralement des céphalées de type frontal ou rétro-bulbaire qui apparaissent rapidement et disparaissent au repos. Une exophorie peut se transformer en exotropie permanente avec le temps.

 

  • L’hyperphorie : l’hyperphorie se caractérise par une tendance des yeux à diverger l’un par rapport à l’autre dans le sens vertical. Le plus souvent parétiques, elle peut aussi être due à des anomalies orbitaires et musculo-ligamentaires. L’hyperphorie cause généralement des difficultés à la lecture. Les patients atteints par ce type d’hétérophorie font état d’une meilleure capacité de lecture lorsqu’un œil est fermé.

 

  • La cyclophorie : essentiellement due à une cause anatomique ou à une parésie partielle du grand oblique, la cyclophorie peut également être la conséquence d’un astigmatisme oblique. Ce type d’hétérophorie se caractérise par l’un des yeux qui exécute un mouvement de rotation autour de l’axe sagittal.

 

 

Comment dépister une hétérophorie ?

 

L’hétérophorie peut entraîner une fatigue visuelle, des douleurs oculaires, des maux de tête, des vertiges ainsi qu’une gêne à la lecture. Pour savoir si vous êtes atteint d’une déviation de l’axe de la vue, une visite chez l’ophtalmologue est indispensable.

 

L’ophtalmologue est le seul à pouvoir mettre en évidence une hétérophorie. Un bilan orthoptique est alors réalisé pour étudier les troubles oculomoteurs et ceux de la vision binoculaire et pour mettre en évidence l’hétérophorie. L’ophtalmologie invite le patient a fait un point précis en interposant un cache devant chacun des deux yeux alternativement. En enlevant le cache, l’ophtalmologue peut constater la déviation temporaire de l’œil caché. L’œil récupère alors très vite son point de fixation.

 

Comment traiter une hétérophorie ?

 

Dans la plupart des cas, l’hétérophorie est traitée à l’aide d’une correction optique adaptée. Elle peut être complétée par une rééducation orthoptique. Une chirurgie peut être envisagée entre 3 et 6 ans. Le traitement chirurgical est envisagé pour apporter une réponse essentiellement esthétique.

 

Le dépistage, notamment chez les enfants, est indispensable. Prenez rendez-vous avec votre ophtalmologue afin d’effectuer un bilan ophtalmique.