Qu’est-ce qu’une larme ?

Les larmes sont un liquide dont la composition est proche du liquide céphalo-rachidien. La larme protège l’œil de manière permanente et ponctuelle en cas d’agression. Quel rôle joue la larme ? Quelle est sa composition ? Que faire en cas d’yeux secs ou en cas de larmoiement ?

À quoi sert une larme ?

La larme joue plusieurs rôles au sein de l’œil :

• La larme permanente : la larme permanente permet d’hydrater et de nourrir la cornée. Les larmes protègent, nettoient, lubrifient et humidifient la partie du globe oculaire exposée à l’air pour le maintenir constamment humide et souple. Elle aide à maintenir un confort oculaire optimal.

• La larme réflexe : la larme réflexe survient en réponse à une irritation de l’œil. Elle se forme par exemple lorsque l’oxyde de propanethial d’un oignon irrite l’œil ou encore dans le cas de poussières, de cils ou de tout ce qui sera analysé comme danger potentiel pour l’œil. La larme viendra alors dans le but d’évacuer ce danger.

• La larme émotionnelle : la larme sert enfin à exprimer des sentiments et à les évacuer. Il peut aussi bien s’agir de joie comme de tristesse. Ces émotions stimulent les glandes lacrymales par la partie parasympathique du système nerveux autonome. Lors d’une émotion forte, un message nerveux passant par l’intermédiaire du système limbique et de ses nerfs va donner l’ordre aux glandes lacrymales d’augmenter leur production de larmes.

Quelle est la composition d’une larme ?

La larme possède un pH neutre, compris entre 7 et 8. La production moyenne du liquide lacrymal est de 2,4 ml/min, et a un volume permanent d’environ 6ml.

Bien que la composition d’une larme peut varier selon certains facteurs, elle garde cependant une composition principale qui est identique en tout temps. La composition principale d’une larme contient du dioxygène, des lysozynes ainsi que des nutriments.

La larme, ou plus précisément le liquide lacrymal, est constitué de trois couches différentes :

• Une couche superficielle : la couche superficielle de liquide lacrymal contient essentiellement de l’eau et des corps gras qui permettent de limiter l’évaporation. Elle a pour fonction d’évacuer les micro-particules responsables de l’agression de l’œil.
• Une couche intermédiaire : elle contient les différents nutriments. La couche intermédiaire du liquide lacrymal s’occupe du transfert du dioxygène et du dioxyde de carbone.
• Une couche profonde : la couche profonde est un film visqueux contenant essentiellement des protéines qui ont pour rôle de nourrir les cellules. Son rôle est de répartir le film uniformément à la surface de la cornée.

À noter que la composition de la larme varie lorsqu’elle intervient sous le coup de l’émotion. La larme se charge alors en protéines et en hormones, dont la prolactine et la leucine encéphalique qui agit sur la douleur.

Quel est le trajet d’une larme ?

Les larmes sont produites par les glandes lacrymales situées sous les paupières. Lorsque les glandes lacrymales sont prévenues par le système nerveux d’un danger ou d’une émotion, elles produisent des larmes.

La larme est ensuite étalée sur toute la surface de l’œil par les paupières, notamment la paupière supérieure qui est plus mobile que la paupière inférieure. Alors qu’une partie de la larme s’évapore, l’autre partie s’écoule en passant par le lac lacrymal, puis les canaux lacrymaux, pour enfin atteindre le sac lacrymal et le canal lacrymo-nasal.

Larme : qu’est-ce que le syndrome des yeux secs ?

La sécheresse des yeux est fréquente et le plus souvent bénigne. Elle provient d’une mauvaise qualité de la larme ou d’une diminution de la quantité des larmes.
Le syndrome des yeux secs se manifeste par différents symptômes dont notamment les suivants :
• une sensation de poussière dans les yeux ;
• des brûlures, des démangeaisons et des picotements ;
• des yeux rouges et une fatigue oculaire ;
• une absence de larmes dans les situations où elle coule habituellement.

L’absence de larmes, au-delà de la gêne provoquée, peut avoir des conséquences oculaires. Lorsque la larme n’assure plus son rôle protecteur de la cornée, la surface de l’œil peut être fragilisée et devenir plus sujette aux infections. Aussi, une irritation chronique de l’œil peut apparaître avec le temps et provoquer des lésions de la cornée, les kératites.

Les substituts de la larme peuvent aider à soulager les signes de sécheresse oculaire. Lorsque l’absence de larme est secondaire à des médicaments ou une maladie, la prescription d’autres traitements mieux tolérés et la prise en charge de la maladie responsable sont recommandées. Enfin, l’ophtalmologiste peut conseiller d’obturer les canaux lacrymaux. Les mesures prises dépendront de la cause de l’absence de larme.

Larme : qu’est-ce que le larmoiement ?

Une production accrue de larmes ou une obstruction des voies d’écoulement des larmes peuvent provoquer le larmoiement des yeux. Dans certains cas, le larmoiement peut devenir excessif et gênant et avoir pour causes :

• une obstruction des voix lacrymales qui empêche l’évacuation de la larme ;
• une inflammation des yeux ;
• un étrécissement des conduits lacrymaux liés à l’âge, appelé dacryosténose acquise ;
• des infections chroniques du sac lacrymal, appelées dacryocystite ;
• un problème lié à la paupière comme un ectropion ou un entropion.
• une sécheresse oculaire pouvant provoquer une irritation des yeux et un larmoiement.

Tout comme pour le syndrome des yeux secs, un traitement sera prescrit selon l’origine du larmoiement. Ce traitement peut être :

• un retrait du corps étranger au niveau des voies lacrymales ;
• un anti-inflammatoire en cas d’inflammations au niveau des yeux entrainant la production excessive de larmes.
• l’usage de collyres ou de larmes artificielles en cas de sécheresse oculaire.
• une dacryocystorhinostomie, une opération qui permet de créer un passage entre le sac lacrymal et les fosses nasales.