« Back to Glossary Index

Qu’est-ce que la photophobie ?

La photophobie est caractérisée par une hypersensibilité à la lumière, voire une intolérance complète à celle-ci. Chez les personnes photosensibles, la lumière peut causer de l’inconfort visuel, des migraines ou encore des problèmes oculaires allant de la douleur aux yeux à de la sécheresse oculaire.

Quels sont les symptômes de la photophobie ?

Les symptômes de la photophobie sont divers. Généralement, le besoin de fermer les yeux face à la lumière figure parmi les principaux. La photophobie peut également causer des maux de tête, une importante douleur oculaire, des rougeurs, ainsi qu’une vision trouble.

La sensibilité des yeux peut être créée par différentes sources de lumière. Il peut s’agir de la lumière du soleil, des surfaces réfléchissantes (fenêtres, miroirs, routes, etc.), du reflet sur l’eau ou sur la neige, ou bien de sources de lumières artificielles.

Souvent les personnes ayant les yeux de couleur claire sont plus concernées par la photophobie. Cependant, cet inconfort vis-à-vis de la lumière peut aussi cacher un ou plusieurs troubles oculaires pouvant nécessiter l’intervention d’un ophtalmologue.

Pourquoi est-on photosensible ?

La photophobie s’explique principalement par trois causes : les causes neurologiques (migraine, méningite, traumatisme cranio-cérébral, blépharospame, etc.), les causes psychologiques (dépression, troubles bipolaires, agoraphobie, etc.) et les causes oculaires.

Les causes oculaires pouvant expliquer la photophobie sont nombreuses. Les plus courantes sont les suivantes :

  • Uvéite : l’uvéite est une infection de la partie interne de l’œil appelée uvée et constituée de l’iris, du corps ciliaire et de la choroïde. Elle se manifeste généralement par une photophobie, des douleurs, des rougeurs et des troubles visuels.
  • Ulcère cornéen : cette infection de l’œil, qui crée une plaie ouverte infectée sur la cornée, peut être causée par des infections par des bactéries, des champignons, des virus ou des parasites. En plus de provoquer une photophobie, l’ulcère cornéen cause une rougeur, un larmoiement et une douleur souvent associée à une sensation de corps étranger dans l’œil.
  • Glaucome : le glaucome est une maladie de l’œil responsable de lésions du nerf optique. Cette maladie est le plus souvent due à une élévation de la pression interne de l’œil. La photophobie peut être un symptôme du glaucome à dispersion pigmentaire.
  • Conjonctivite : la conjonctivite désigne une inflammation de la membrane transparente recouvrant le blanc de l’œil et l’intérieur des paupières, la conjonctive. Dans le cas d’une conjonctivite virale, la photophobie peut faire partie des symptômes.

Comment traiter la photophobie ?

La photophobie étant un symptôme parmi d’autres, le diagnostic de sa cause dépendra essentiellement des autres symptômes associés. Pour diagnostiquer les causes de la photophobie, l’ophtalmologue se repose sur un examen clinique. Le traitement de la photophobie dépend également principalement de sa cause. Si elle est due à une maladie oculaire, le traitement de cette dernière est nécessaire. En plus de prendre en charge la maladie pouvant être à l’origine de l’inconfort visuel, le médecin préconisera également le port de lunettes de soleil. Aussi, si vous êtes naturellement sensible à la lumière, la protection solaire est indispensable.

Pour mettre vos yeux à l’abri des rayons UV, les lunettes de soleil doivent être équipées de filtres anti UVA et UVB. Préférez des verres antireflets afin de réduire le reflet de surfaces réfléchissantes, comme celui des fenêtres, de l’eau, de la route, de la neige et du sable. Ne réservez l’usage des lunettes de soleil qu’à l’extérieur. À l’intérieur, privilégiez les verres teintés. En effet, il existe des verres moins teintés que ceux des lunettes de soleil utilisées en extérieur durant la période estivale. Efficaces contre l’éblouissement, les verres de catégorie 1, avec une teinte très légère, peuvent soulager la photophobie des personnes en intérieur.

Si la photophobie persiste, il est recommandé de consulter un médecin dans les meilleurs délais. Un avis médical est nécessaire afin de dépister une éventuelle pathologie sous-jacente.