Aussi appelée malvoyance, la basse vision se traduit par un handicap visuel qui ne peut être compensé ni par un traitement médicamenteux, ni par une chirurgie, ni par le port de lunettes ou de lentilles correctrices. En France, entre 1,5 million et 2 millions de personnes souffrent de basse vision. Découvrez quelles peuvent être les causes de la basse vision et comment elle est prise en charge.

 

 

C’est quoi la basse vision ?

 

Avant la cécité, il existe un stade intermédiaire nommé « basse vision ». La basse vision concerne les personnes qui ne sont pas aveugles, mais dont l’acuité visuelle limite considérablement les activités de la vie quotidienne et l’autonomie. On parle de basse lorsque :

 

  • La vision est inférieure à 4/10 avec une correction ;
  • Le champ de vision est inférieur à 60°.

 

La basse vision peut aussi bien toucher les adultes que les enfants. Certains patients souffrent de malvoyance dès la naissance. Les personnes atteintes de basse vision éprouvent de la difficulté à distinguer les formes et les détails. Elles présentent également une vision partielle, floue, en tunnel et déformée, et perçoivent des taches et des ombres. La basse vision peut également se traduire par de la perte de sensibilité aux contrastes, par une sensibilité accrue à la lumière et par une perte du champ visuel. Ces déficiences visuelles ne peuvent être corrigées par des lunettes ou des lentilles de contact.

 

Quelles sont les causes de la basse vision ?

 

La basse vision peut avoir plusieurs causes. Elles peuvent être génétiques ou être la conséquence de certaines maladies évolutives telles que :

 

  • La Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : la DMLA est la première cause d’handicap visuel chez les personnes de plus de 50 ans. Elle entraîne une perte de la vision centrale, ainsi qu’une altération de la vision des détails et des couleurs. La DMLA est provoquée par une lésion dégénérative du centre de la rétine, au niveau de la macula.

 

  • Le glaucome : cette pathologie dégénérative liée à l’augmentation de la pression oculaire conduit à une atrophie du nerf optique. Le glaucome provoque un rétrécissement progressif du champ visuel. Les personnes atteintes perçoivent alors une vision tubulaire. En l’absence de traitement, la basse vision du patient peut évoluer en cécité.

 

  • La rétinopathie diabétique : cette maladie se développe chez les patients atteints de diabète. Elle se caractérise par une détérioration des vaisseaux sanguins qui irriguent la rétine. La rétinopathie diabétique entraine une altération de la vision des détails. Sans prise en charge adéquate, cette maladie peut causer la cécité.

 

  • La cataracte : la cataracte désigne une opacification du cristallin. Liée au vieillissement de l’œil, cette maladie n’affecte pas le champ visuel. Toutefois, la cataracte entraîne une baisse progressive et irréversible de la vision. Le traitement chirurgical de la cataracte permet aux personnes atteintes de restaurer une bonne vision. La chirurgie de la cataracte consiste à remplacer le cristallin opacifié par un implant intra-oculaire.

 

Qui consulter pour la basse vision ?

 

Lorsqu’elles sont dépistées à temps, la plupart des maladies pouvant mener à la basse vision peuvent être ralenties par des traitements médicamenteux ou chirurgicaux. C’est pourquoi, il est recommandé de consulter un ophtalmologue dans les meilleurs délais afin de connaître la marche à suivre. Bien qu’il ne soit pas possible de soigner la basse vision, des conseils peuvent être donnés afin d’aider les personnes atteintes à apprendre à vivre avec ce handicap. L’orthoptie ainsi que le recours à des outils adaptés peuvent aider à conserver son autonomie.