Qu’est-ce que la réfraction de l’œil ?

La réfraction de l’œil est la modification de direction subie par un rayon lumineux lorsqu’il arrive à l’interface de deux milieux optiques différents. La lumière se propage en ligne droite dans l’espace, mais lorsqu’elle rencontre une surface séparant deux milieux transparents d’indice différent, sa direction se modifie. Cette déviation est appelée réfraction de l’œil.

Deux éléments jouent un rôle majeur dans la réfraction de l’œil :

• la cornée ayant une puissance de convergence de 45 dioptries ;
• le cristallin ayant une puissance de convergence de 13 dioptries.

Les troubles de la réfraction de l’œil

Dans des conditions physiologiques normales, l’œil crée une image nette car la cornée et le cristallin réfractent les rayons lumineux pour les focaliser sur la rétine. On parle alors d’œil emmétrope.
Des troubles de la réfraction impactent l’œil lorsque les rayons lumineux ne convergent plus sur la rétine.

Les défauts de réfraction de l’œil les plus courants sont :

• La myopie : la myopie est caractérisée par la difficulté de voir de façon nette les objets situés de loin. Un œil myope est un œil qui est trop convergent ou trop long par rapport à sa convergence. L’image de l’objet observé se forme en avant de la rétine et apparaît flou.

• L’hypermétropie : à l’inverse de la myopie, l’œil hypermétrope possède un globe oculaire dont l’axe antéro-postérieur est trop court. Cet œil qui n’est pas assez convergent ou qui est trop court par rapport à sa convergence, a pour conséquence une image qui se forme à l’arrière de la rétine.

• L’astigmatisme : la réfraction de l’œil d’un astigmate n’est pas la même selon le plan dans lequel se trouvent les rayons incidents. L’astigmatisme correspond à des variations de courbure des milieux réfringents de l’œil. Ici, le défaut de réfraction de l’œil est caractérisé par une cornée ou un cristallin de forme imparfaite rendant les objets flous à n’importe quelle distance.

• La presbytie : ce défaut de réfraction de l’œil est lié à l’âge et touche les individus de manière quasi-universelle. Ce trouble de la réfraction de l’œil engendre des difficultés pour lire ou voir de près.

Réfraction de l’œil : les principes de la mesure

L’examen de la réfraction de l’œil permet de déterminer et de quantifier l’importance de l’amétropie. On mesure l’importance d’une amétropie en dioptries, grâce à une machine appelée auto-réfractomètre. Cet outil permet d’estimer le degré du trouble de la réfraction de l’œil.
L’examen de la réfraction de l’œil est complété par un examen d’acuité visuelle. Cet examen permet de déterminer avec précision le degré de correction optique. Il s’effectue à l’aide d’une monture automatisée sur laquelle des verres de correction de puissance variable sont insérés et d’une projection de lettres sur un écran situé à 5 mètres.

Traitement d’un défaut de réfraction de l’œil

Le traitement des erreurs de réfraction de l’œil se fait généralement par le biais de lentilles de contact ou de lunettes à verres correcteurs.
Cependant, il est aussi possible de corriger un trouble de réfraction oculaire à l’aide d’un traitement chirurgical. L’opération de chirurgie réfractive est une procédure fréquemment utilisée pour corriger certains défauts de la réfraction de l’œil, afin de ne plus avoir à recourir à des lunettes de vue ou lentilles de contact. Cette intervention va consister à sculpter la cornée pour modifier son rayon de courbure et ainsi accroître ou réduire la puissance optique de l’œil.