Qu’est-ce que la sclérotique?

La sclérotique est la couche externe, blanche et résistante du globe oculaire. Aussi appelée sclère ou blanc de l’œil, la sclérotique est la structure de support de l’œil, le protégeant des traumatismes pénétrants et des ruptures.

Quelle est la structure de la sclérotique ?

La sclérotique est constituée d’un tissu fibreux solide qui entoure le globe oculaire. Cette membrane fibro-élastique vascularisée, aussi appelée épisclère, joue le rôle d’une gaine synoviale facilitant les mouvements du globe oculaire. Épaisse de un millimètre, la sclérotique se prolonge en avant par la cornée, transparente et de forme plus bombée.

À l’arrière de la sclérotique se situe l’orifice de sortie du nerf optique, en face de la pupille. Elle contient des vaisseaux sanguins et est percée, à l’avant, par les orifices des vaisseaux ciliaires. La sclérotique compose environ les 4/5 ème de la surface du globe oculaire.

La partie antérieure de la sclérotique est recouverte de la conjonctive qui recouvre également la face interne des paupières.

Quelles sont les pathologies de la sclérotique ?

Partie exposée de l’œil, la sclérotique peut être victime de traumatismes. Aussi, la sclérotique peut être touchée par des affections dégénératives ou des affections inflammatoires.

La scléromalacie : quel impact de cette affection dégénérative sur la sclérotique ?

La scléromalacie est caractérisée par un amincissement progressif et indolore de la sclérotique pouvant aller jusqu’à l’infection de l’œil, la perforation ou l’atrophie du globe oculaire. Cette pathologie, très rare, est presque toujours la conséquence d’autres pathologies comme une polyarthrite rhumatoïde grave, une granulomatose de Wegener ou encore une maladie de Crohn.

Le diagnostic requiert un examen de l’œil, et de sa sclérotique, au biomicroscope. Le traitement d’une scléromalacie s’effectue par la prise d’anti-inflammatoires locaux ou généraux.

La sclérite: quel impact de cette affection inflammatoire sur la sclérotique ?

La sclérite est une inflammation sévère et destructrice de la sclérotique. Cette pathologie peut présenter un risque pour la vision. La vascularisation de la sclérotique étant peu importante, les risques de sclérites sont relativement faibles.

Les symptômes de la sclérotique sont les suivants :

• une douleur oculaire vive, constante et profonde ;
• une sensibilité oculaire accrue ;
• un larmoiement important ;
• une photophobie ;
• un érythème de couleur violacée dans une partie de l’œil ou dans l’œil entier.

On distingue trois types de sclérite en fonction de la localisation de l’inflammation :

• Les épisclérites : elles se situent sur l’épisclère, membrane qui recouvre la sclérotique.
• Les sclérites antérieures : elles se retrouvent sur la partie antérieure et visible de la sclérotique.
• Les sclérites postérieures : elle se manifestent par une inflammation de l’orbite de l’œil.

Le diagnostic de la sclèrite s’effectue par l’appréciation des symptômes du patient et par l’examen de l’œil à la lampe à fente. Une échographie ou une tomodensitométrie peut être nécessaire pour diagnostiquer une sclérite postérieure. La sclérite est traitée par l’administration de corticoïdes par voie orale.