Lors d’une intervention pour corriger un trouble de la vision, deux techniques chirurgicales peuvent être proposées par le praticien : la PKR ou le LASIK. Dans quel cas la PKR est-elle préférée au LASIK ? Quelle est la différence entre la PKR et le LASIK ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les deux techniques de chirurgie réfractive.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences de procédure ?

La PKR et le LASIK utilisent le laser excimer pour remodeler le profil de la cornée et en changer son pouvoir optique. La différence majeure entre les deux techniques réside dans la découpe du capot et la préservation de l’épithélium. En effet, dans le cadre d’une chirurgie au LASIK, l’épithélium est préservé. Après avoir dessiné puis soulevé le volet cornéen superficiel avec un laser femtoseconde, le praticien sculpte le tissu stromal à l’aide du laser excimer. Une fois le traitement réalisé, le volet cornéen superficiel est rabattu.

Lors de l’intervention de chirurgie réfractive par PKR, l’épithélium central est ôté. Le praticien pèle délicatement la couche épithéliale avant d’administrer le traitement laser de remodelage.

 

LASIK ou PKR : quelles sont les différences post opératoires ?

Les résultats de correction entre les deux techniques sont comparables. Cependant, la période de récupération marque une vraie différence entre la PKR et le LASIK.

Dans le cadre d’une chirurgie par LASIK, une coque transparente est posée à la suite de l’intervention et sera retirée dès le lendemain. En PKR, une lentille pansement, posée également à la fin de l’intervention, doit être maintenue pendant 3 à 5 jours. La récupération visuelle se fait plus lentement en PKR qu’en LASIK. Comptez en moyenne une semaine après une opération de la myopie par PKR et seulement quelques heures avec un LASIK. Cette différence entre la PKR et le LASIK s’explique par la faculté de l’épithélium à se renouveler.

En effet, l’épithélium est capable de se remplacer en quelques jours après avoir été endommagé. Complètement enlevée en PKR, la couche épithéliale nécessite 3 à 4 jours pour retrouver son intégrité. L’épithélium étant préservé avec une chirurgie par technique LASIK, la récupération visuelle est donc immédiate. Le patient pourra reprendre une vie normale dès le lendemain de l’intervention. Avec une PKR, la reprise du travail est possible après 4 à 5 jours  de convalescence.

De manière générale, le traitement post-opératoire se présentera de la même façon. Ce traitement comprend des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant 1 semaine et des collyres lubrifiants à continuer pendant plusieurs semaines.

Bien que la période de récupération soit plus longue, la technique PKR offre toutefois des avantages. En PKR, la totalité de l’épaisseur du stroma est disponible pour recevoir le traitement. De ce fait, la PKR permet notamment de corriger de très fortes myopies.

 

PKR ou LASIK : comment s’effectue le choix ?

Autre différence entre la PKR et le LASIK : les éventuelles contre-indications. En fonction des examens préopératoires, le chirurgien déterminera la meilleure technique pour corriger le ou les défauts visuels. Le traitement par PKR pourra notamment être privilégié dans le cas où le patient présente une fine épaisseur cornéenne. En effet, la chirurgie par traitement LASIK doit respecter une épaisseur résiduelle minimale de la cornée.

Aussi, la PKR sera préférée dans le cas d’une cornée irrégulière et d’antécédents familiaux de kératocône ou d’un kératocône débutant. Les habitudes de vie, les loisirs et l’âge du patient seront également pris en compte.