hypermétrope2020-03-16T14:28:48+01:00

Hypermétropie, de quoi s’agit-il ?

L’hypermétropie affecte la vision de près. Une personne hypermétrope dispose d’un globe oculaire trop court ou d’une cornée et d’un cristallin trop plats. Les faisceaux lumineux ne convergent pas assez et se dirigent sur l’arrière de la rétine, ce qui rend les objets proches flous. La lumière parvient à l’œil mais ne se focalise pas sur la rétine. La puissance optique est trop faible. De ce fait, le cristallin de la personne hypermétrope a tendance à s’accommoder en permanence. Ce phénomène est source de fatigue et peut engendrer des maux de tête récurrents. Le but de l’opération sera d’augmenter la puissance optique en accentuant la courbure de la cornée

Quels sont les signes d’une hypermétropie ?

Dans les cas d’hypermétropie, le patient a du mal à voir de près. La vision de loin est plus ou moins floue selon les personnes. Si vous avez l’impression d’effectuer une mise au point permanente pour voir de façon nette des objets de près ou pour lire un livre et que vous souffrez de maux de tête régulièrement, il est probable que vous souffriez d’hypermétropie.

Si vous constatez que votre enfant a tendance à plisser les yeux, se plaint d’avoir mal à la tête, est anormalement fatigué ou a les yeux rouges, n’hésitez pas à l’emmener consulter un ophtalmologue. Plus un trouble hypermétrope est pris en charge tôt, mieux il se corrige. De plus, cela évite un retard d’apprentissage par l’amélioration de la capacité de l’enfant à se concentrer.

A quoi ce trouble est-il dû ?

L’hypermétropie apparaît dès l’enfance et est souvent héréditaire. La plupart des enfants naissent avec hypermétropie, qui se résorbe avec la croissance de ce dernier. L’hypermétropie tend à se corriger naturellement jusqu’à l’adolescence, en effet les yeux s’allongent en grandissant et le trouble s’estompe avec la croissance. Ce sont les multiples et constants efforts fournis par les yeux d’une personne hypermétrope qui fatiguent et amènent un adulte à consulter un ophtalmologue. Le diagnostic est souvent tardif et intervient aux alentours de 35-40 ans. Cette errance diagnostique est souvent due à l’habitude de la personne hypermétrope à l’accommodation constante de ses yeux. Vers 35 -40 ans les muscles des yeux se fatiguent et ces derniers n’arrivent plus à compenser leur défaut par cette technique.

Si un trouble de ce type affecte la vision de près, après 45 ans, la vision de loin est aussi impactée.

Comment estimer mon hypermétropie ?

Il faut faire évaluer son importance chez un ophtalmologue qui vous fera passer un test d’acuité visuelle pour définir la correction à apporter pour retrouver une vision de près normale. L’ophtalmologue vous fera tester différents verres et vous définirez ensemble celui où le confort visuel est atteint. Une hypermétropie faible est comprise entre +1 et +2 dioptries, entre +2 et +4 il s’agit d’une atteinte moyenne et élevée au-delà de + 4 dioptries. Sur une ordonnance, l’hypermétropie est indiquée par le signe « + » suivi d’un chiffre compris le plus souvent entre 0.25 et 6.

Comment cette affection de l’œil évolue-t-elle ?

Si l’hypermétropie est très prononcée, elle ne disparaîtra pas à l’adolescence, mais tendra à se stabiliser. Il est important de bien la prendre en charge lorsqu’elle se révèle à 35-40 ans, car une très grande hypermétropie vous expose plus au risque de contracter une forme particulière de glaucome. Il est donc recommandé de surveiller de très près la pression oculaire. Pour tous les patients, l’hypermétropie tend à devenir plus en plus gênante avec l’âge.

Quelles solutions pour la correction ?

L’hypermétropie se corrige à l’aide de verres convexes progressifs qui corrigent l’image sur la rétine, ils sont plus épais au centre et de fait grossissent les yeux. Le port des lunettes est permanent selon le niveau d’hypermétropie ou aux moments de concentration de près comme la lecture, le travail sur ordinateur ou sur tous autres écrans. La personne qui ne souhaite pas porter de lunettes peut choisir de se tourner vers des lentilles cornéennes, qui impliquent une discipline stricte en terme d’hygiène et d’usage.

Une solution alternative est possible, il s’agit de la chirurgie permettant de sculpter et rebomber la cornée afin que les rayons lumineux convergent correctement sur la rétine. Ainsi rabattus, les rayons se fixent parfaitement sur la rétine, la vision devient nette. Ce type d’intervention est sans douleur et se passe sous anesthésie locale en ambulatoire. Sous quelques jours, vous retrouvez une vision sans défaut en vous affranchissant du port des lunettes ou de lentilles.

Chez les patients atteints d’hypermétropie et de presbytie, quand la chirurgie est réalisable, la correction chirurgicale en LASIK induit un effet synergique bénéfique pour restaurer une indépendance à la correction optique.

Notre guide

Go to Top