Opération de la presbytie : comment se déroule-t-elle ?

La presbytie est caractérisée par la perte progressive de la fonction d’accommodation de l’œil. Après 40 ans, l’œil perd peu à peu sa capacité à effectuer la mise au point en vision rapprochée. Cette pathologie est provoquée par le vieillissement du cristallin. En perdant de sa souplesse, de son élasticité et de sa capacité à modifier sa courbure, le cristallin rend l’accommodation moins efficace et la vision des objets de près devient floue. En 2020, le nombre de personnes presbytes pourrait atteindre plus de 2 milliards.

À qui s’adresse cette chirurgie réfractive de la presbytie ?

L’opération de la presbytie s’adresse aux personnes qui, après 40 ans, éprouvent des difficultés à lire ou à identifier des détails fins au sein d’un motif observé à une distance rapprochée. Cette intervention permet au patient de se passer de lunettes ou de les porter de manière très occasionnelle. La presbytie peut concerner trois types de patients :

  • Un emmétrope : personne dont la vision est normale. Pour ce patient, la presbytie se traduit par l’apparition de difficultés à voir de près, notamment s’il s’agit de petits caractères ou lorsque la lumière est faible. Au fil des ans, la vision de près continue de se dégrader, et oblige à porter une correction de plus en plus forte.
  • Un myope : pour un myope devenu presbyte, le retrait de la correction de loin (lunettes) peut aider à avoir une vision nette de près. Cependant, sans cette correction le myope aura alors une vision floue de loin.
  • Un hypermétrope : les personnes hypermétropes devenues presbytes voient leur vision de près diminuer, mais également leur vision de loin, jusqu’alors excellente. L’installation de la presbytie est particulièrement « mal vécue ». Chez les hypermétropes modérés (moins de + 3 D de correction pour la vision de loin), l’effet de la réduction du pouvoir accommodatif de la presbytie apparaît de façon plus précoce : elle rend plus pénibles les efforts que l’hypermétrope avait pour habitude de faire pour compenser les effets de l’hypermétropie, et améliorer la vision de loin. C’est pour cela que le sujet hypermétrope devenu presbyte ressent alors une réduction globale de la qualité de sa vision : non seulement la vision de près diminue, mais la vision de loin, qui était bonne voire excellente, se dégrade aussi rapidement vers la quarantaine. La prescription optique pour la vision de près s’accompagne alors d’une prescription pour la vision de loin (verres de lunettes progressifs, ou l’addition est exprimée en dioptries).

Quelle prise en charge pour une opération de la presbytie ?

 La visite pré-opératoire de la presbytie

Avant l’opération de la presbytie, il est conseillé de ne pas porter de lentilles durant les 48h précédant l’intervention. En effet, le port de lentilles peut occasionner des modifications de la surface oculaire ainsi que des irritations de l’œil. Les lentilles rigides doivent être enlevés au moins 8 jours avant l’opération de la presbytie, les modifications de la surface de l’œil induites par ces lentilles sont plus pérennes.

Pour le maquillage, nous demandons aux patients de ne pas en porter le jour de l’opération. Il vous sera permis de vous remaquiller 48 heures suivant l’intervention LASIK, et à la suite du retrait des lentilles pansement (5e ou 6e jour) après la PKR.

Vous resterez environ 1 heure à l’Institut Laser Vision. Vous devez venir accompagné et arriver 30 minutes avant le début de l’intervention. L’opération s’effectue allongée et est indolore.

 Comment se passe l’opération au laser de la presbytie ?

L’opération de la presbytie se déroule en chirurgie ambulatoire c’est-à-dire qu’elle ne nécessite pas d’hospitalisation.  Au regard des caractéristiques de votre vision, le praticien déterminera le type de méthode permettant de compenser votre presbytie.

Voici les différentes méthodes qui peuvent être utilisées pour compenser la presbytie à l’aide d’une chirurgie réfractive :

  • La monovision : cette technique consiste à utiliser le fait que nous possédons deux yeux, l’un étant alors dédié à la vision de près, l’autre à la vision de loin ;
  • La multifocalité : cette technique augmente la profondeur de champ de l’œil par la création d’un profil multifocal introduit par un implant ou induit sur la cornée par photo ablation – LASIK, ou par des incisions circulaires pour que la vision soit nette à des distances variées, de loin et de près ;
  • La bi ou trifocalité : technique qui consiste à créer plusieurs foyers utiles pour la vision grâce à l’utilisation d’implants diffractifs ;
  • L’augmentation de la profondeur de champ par réduction de la pupille d’entrée et par insertion d’un implant de type « diaphragme » cornéen sur l’œil non dominant (implant KAMRA) ;
  • La restitution d’une fonction accommodative partielle par insertion d’un implant accommodatif au cours de la chirurgie de la cataracte.

Découvrez en cliquant ici, l’article dédié aux travaux de recherche et d’innovation sur la chirurgie de la presbytie.

Quels traitements après une opération de la presbytie ?

Le traitement sera différent en fonction de la technique choisie :

  • Le LASIK : Après une intervention par la technique LASIK, le praticien planifiera une consultation dès le lendemain de l’opération. Les coques devront être maintenues la première nuit et le traitement par collyre devra être commencé dès le lendemain matin. Une sensation de grains de sable dans les yeux et de larmoiement est possible une heure après l’opération. Dès le lendemain, le patient retrouvera toute son autonomie visuelle.
  • Le PKR : pendant 3 à 5 jours, le patient doit maintenir une lentille posée sur l’œil à la fin de l’intervention. Un traitement oculaire commence en général le jour de l’opération de la presbytie. Plus lente que celle qui suit une intervention au LASIK, la récupération visuelle est complète environ 1 semaine après l’intervention.

Quel que soit le type de technique utilisé, les visites de contrôles post-opératoires avec le praticien sont indispensables. Ne modifiez pas ou n’arrêtez pas votre traitement sans l’accord de votre médecin. Le traitement comprend en général des collyres antibiotiques ou anti-inflammatoires pendant au moins 1 semaine et des collyres lubrifiants sur plusieurs semaines.

Partenaire de la Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, l’Institut Laser Vision Noémie de Rothschild assure à ses patients une prise en charge en toute sécurité, un service de qualité, des médecins parfaitement formés justifiant une expérience reconnue et des équipements de dernière génération. Notre unique préoccupation, votre vue.

Nous contacter